X
Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Épisode 20 – Fausses couches à répétition, le témoignage plein d’espoir

Par Christel
Épisode 20 – Fausses couches à répétition, le témoignage plein d’espoir

A chaque grossesse, la même peur : celle de vivre au bout de quelques semaines la perte de son bébé. Caroline a vécu plusieurs fausses couches à répétition dont une tardive après avoir annoncé sa grossesse à ses proches et au travail. Elle apporte dans cet épisode un témoignage plein d’espoir puisqu’elle est devenue maman…après des années d’essais, un traitement et des grossesses « faciles mais fragiles » comme elle le dit !

Le risque de fausse couche est réel mais reste encore tabou, passé sous silence. Au même titre que la PMA, la FIV en France, les couples se retrouvent bien souvent seuls avec leurs douleurs, leurs questions alors qu’un suivi et un traitement peuvent changer la donne ! Tandis que certains pays comme la Nouvelle-Zélande ou certaines entreprises comme PwC France s’engagent pour un congé accordé aux femmes ayant subi une fausse couche (et PwC va même plus loin avec un arrêt fausse couche rémunéré à 100% pour la mère et le second parent), l’espoir est permis en matière de politique familiale. Mais l’histoire que nous raconte Caroline dans le vingtième épisode du podcast maternité Donner Naissance révèle bien d’autres possibilités d’améliorer le vécu des parents en devenir.

Faire face aux fausses couches

Si Caroline est tombée rapidement enceinte et a vu son test de grossesse positif, elle traverse grossesse après grossesse la même épreuve douloureuse de perte de son enfant au bout de quelques semaines. Comme de nombreuses femmes, elle fait face à peu de bienveillance pour gérer ce deuil de la fausse couche et à des situations oh combien difficiles comme se retrouver dans une salle de réveil auprès de nouvelles mamans venant d’accoucher. Ressentir l’agitation d’une maternité dans les couloirs et repartir…sans bébé. Sans même parfois un arrêt de travail pour récupérer. Au bout de 3 fausses couches à répétition dont une tardive à 16 semaines, c’est décidé :

Je ne repars pas de cet hôpital sans enfant !

Elle tente alors avec son conjoint de comprendre et d’expliquer ces fausses couches qui se répètent, minent le moral et abiment le corps des femmes. Ils font le choix de prendre conseil auprès d’autres professionnels de santé.

Comment expliquer ces fausses couches à répétition ?

Caroline est alors partagée entre le désir d’avoir un diagnostic pour connaître les causes et son souhait d’avancer et de plus perdre de temps. Car l’examen ne se passe pas comme prévu et bouleverse ce timing auquel le couple s’accroche. Fort heureusement, une prise de sang leur permet ENFIN d’obtenir une explication et grâce à un traitement pour corriger cette anomalie, Caroline voit ses deux nouvelles grossesses se mener à terme.

Comment ne pas stresser pour sa grossesse après une fausse couche ?

Effectivement la peur de la fausse couche est toujours présente. Outre cette angoisse, Caroline était loin de s’imaginer vivre ses grossesses de cette façon. Elle se voyait faire du sport, voyager, souffler après toutes ces années d’essais bébé. Mais ses grossesses sont à risque, et notamment la deuxième avec une menace d’accouchement prématuré…à seulement 26 semaines. Alors que le cerclage avait été suffisant pour la première grossesse, elle doit passer le reste de sa seconde grossesse alitée sur un canapé. De longs mois immobile, isolée, avec des douleurs qui s’accumulent…sans pouvoir aller chercher son fils à la crèche, s’occuper de lui comme elle l’aurait souhaité.

J’avais mal partout et je m’épuisais. J’aurais eu besoin de voir un kiné pour mon dos, une sage-femme ou d’avoir un programme qui me motive et me permette de prendre soin de moi. Mais personne ne veut prendre de responsabilité avec une femme enceinte cerclée et alitée !

Pour autant, malgré la fatigue physique et morale et le manque d’accompagnement après ses fausses couches qu’elle avait aussi déploré, elle va se tourner vers la sophrologie qui va beaucoup l’aider pour se détendre et à visualiser de manière positive sa grossesse.

Une vie de femme qui reprend

Elle va tisser un lien très fort avec chaque bébé in utero, notamment en pratiquant l’haptonomie en couple, mais aussi à l’accouchement en allaitant. Elle ressent alors le besoin d’être en fusion totale avec ses enfants, de se « rattraper ». Auparavant femme ultra dévouée dans son activité professionnelle, Caroline revoit ses priorités et se donne du temps pour se retrouver après tout ce vécu. Qui même après 7 ans reste encore sensible.

Mon corps a beaucoup pris. J’arrive enfin à souffler, ma vie reprend enfin !

Nous vous invitons à écouter le témoignage complet de Caroline dans le vingtième épisode du podcast Donner Naissance à écouter sur toutes les plateformes Spotify, Apple Podcasts, Deezer et Ausha.

A lire aussi :

Tags

Partager

Sois la première à donner ton avis !

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi