C’est à Aix-en-Provence que nous sommes partis avec MAM Baby à la rencontre de Laurie, maman allaitante qui a de suite adhéré à notre projet de partage de conseils et d’expériences. Elle-même en distille sur son blog Amour Bébé Episio et son compte Instagram au gré de son allaitement, qui a pris la tournure qu’elle souhaitait et s’inscrit dans la durée, sans concession. Pour ce faire, Laurie a pu compter sur le soutien de plusieurs personnes clés dans son aventure mais aussi sur une détermination sans faille.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_28

Consultante freelance quand elle a accouché, elle a tenu à ce que son allaitement et sa vie de working mum ne soient pas incompatibles. Ce qui nous a beaucoup plu chez Laurie, c’est sa curiosité naturelle et une recherche continue de mieux-être, sans jamais se mettre la pression. Sans surprise, c’est autour de cookies maison qu’elle nous a accueillis chez elle et embarqués avec Noa, 9 mois, dans ses lieux favoris de maman allaitante active.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_31

Après Océane à Nantes et Julie en région parisienne, c’est avec une grande joie que nous invitons à découvrir son histoire d’allaitement sous l’objectif de Candice Hénin et dont vous trouverez des extraits vidéos de conseils sur le compte Instagram de MAM Baby par Eleonore de Mini Minois .

Partir confiante

L’allaitement était un geste qui lui paraissait naturel. Elle n’avait cependant pas dans son entourage proche d’exemples ou de modèles d’allaitement, et a elle-même été peu allaitée. C’est donc une démarche tout à fait personnelle qu’elle a entrepris pour se préparer à l’allaitement, qu’elle a pu partager avec 3 personnes clés : le papa, sa sage-femme et sa sophrologue.

Via son blog, elle avait pu interviewer une sage-femme avec qui le feeling était tout de suite passé. Lorsqu’elle est tombée enceinte de Noa, elle l’a alors contactée pour bénéficier de son accompagnement tout à fait particulier, puisque cette sage-femme allait la suivre jusqu’à sa chambre nature. Laurie avait en effet décidé d’un accouchement naturel en plateau technique. Le choix de la maternité s’est fait en concertation avec sa sage-femme, et conformément à son souhait d’allaiter.

Pour accueillir bébé dans les meilleurs conditions possibles, Laurie tenait à travailler son mental. Elle a alors choisi d’avoir recours à la sophrologie pour mettre toutes les chances de son côté pour ce 2ème allaitement. Ainsi cette pratique lui a permis de gagner en confiance et d’aborder en toute quiétude l’accouchement sans péridurale et la mise au sein.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_30

Auprès de sa sage-femme, elle a pu trouver une écoute bienveillante, et se confier sur ce projet qui lui tenait tant à cœur. Des lectures lui ont été suggérées comme des astuces données en évoquant tous les cas un peu stressants des débuts d’allaitement : crevasses, engorgements, pics de croissance…. Ainsi renseignée, Laurie avait l’impression d’avoir les bons outils en main et d’être « armée ».

Je voulais connaître les éléments aussi bien physiologiques que psychologiques nécessaires à un allaitement réussi.

Ce que l’on retient

  • Trouver une écoute auprès de professionnels qui partagent la même vision et sont prêts à (faire) respecter votre choix
  • Exprimer ses éventuelles peurs
  • Les surmonter en étant « armée » tant au niveau psychique que pratique

Cap ou pas cap ?

L’accouchement naturel s’est produit comme elle l’avait tant désiré.

La mise au sein s’est faite toute seule. On m’a posé Noa sur le ventre et je l’ai laissé chercher le sein. La tétée d’accueil s’est bien passée, nous étions lancés !

Pour autant, ne croyez pas que le récit de ces premiers moments n’était qu’idyllique. Laurie a su les surmonter, en ayant les bons outils et cette confiance inébranlable, conjuguée au soutien de la sage-femme et de son mari qui pouvaient faire barrière contre les tentations d’abandon et les regards critiques.

1er cap à passer : le sein ombiliqué, qui rend la prise en bouche et la succion plus compliquées pour bébé. Pour aider à faire sortir le téton, Laurie a eu recours à des bouts de sein, qu’elle avait glissé dans sa valise de maternité (au cas où !) et lui furent aussi recommandés par sa sage-femme. Elle a décidé de les utiliser en alternance, une tétée sur 2 et de changer de sein à chaque fois.  Au bout d’un mois d’utilisation, victoire : le téton a pris bonne forme, mieux, le bout de sein l’a protégé des crevasses.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_18

2ème cap à passer : la position. Si la tétée de bienvenue est passée comme une lettre à la Poste, les positions ont été plus difficiles à trouver par la suite, notamment en raison de la montée de lait qui rendait la mise au sein plus délicate.

La tétée d’accueil s’est passée très naturellement. Les suivantes, j’avais perdu ce côté instinctif et j’étais vraiment dans le « alors comment on fait maintenant ? ». Et c’est là en fait que je me suis un peu perdue et je ne savais pas comment le positionner, il n’était pas forcément bien mis, il n’arrivait pas forcément à attraper le sein, il s’énervait. Donc je n’ai pas hésité à demander de l’aide

Au final, elle a trouvé en la madone et allongée sur le côté deux positions qui lui conviennent…et lors de notre venue, la position debout aussi fut souvent optée (LOL). Laurie nous a en effet confié qu’elle n’a désormais aucun problème à allaiter dans toutes les situations et positions à chaque fois que Noa en a envie : au restaurant, dans la queue d’un supermarché ou d’un manège…tant qu’elle trouve en endroit où appuyer son dos pour se reposer à minima.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_32

3ème cap à passer  : la reprise rapide du travail. Les mamans freelance sauront de quoi nous parlons, l’ayant moi-même vécu avec mes 2 enfants. C’est nullement vouloir remettre son uniforme de wonderwoman et bruler les étapes, mais juste assurer la pérennité et la solvabilité de sa petite entreprise. En réponse à une invitation d’un de ses clients pour l’accompagner sur l’inauguration d’un restaurant, Laurie n’a pu imaginer une seconde laisser son fils de 3 semaines à la maison, alors que l’allaitement se mettait tout juste en place. Ne souhaitant sacrifier ni l’un ni l’autre, Laurie a prévenu ses clients qu’elle amènerait son fils avec elle pour cet événement. Elle garde encore aujourd’hui un excellent souvenir de cette expérience qui l’a conforté dans son désir de concilier les 2 pans de sa vie. Quelques mois plus tard, alors qu’elle n’était pas parvenue à tirer suffisamment de lait pour le laisser à la crèche, son fils l’accompagnait à Lyon sur une mission !

Faire le choix d’emmener son enfant avec soi dans un lieu professionnel c’est pas forcément évident et surtout pas très courant en France en tout cas. Je pense qu’une des premières clés pour être ok avec ça c’est d’être complètement à l’aise avec son choix et de se dire que l’on peut tout à fait être maman et travailler, que l’un n’empêche pas l’autre, qu’on n’est pas moins compétente en étant maman et en ayant son enfant avec soi.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_29

Les pics de croissance, une formalité ? Laurie a pu les aborder en tout état de cause, ayant été renseignée du fameux 3, 6, 9 semaines. Ce n’est pas pour autant que ces moments n’ont pas été intenses, mais elle savait qu’ils étaient normaux et temporaires. Ouf !

Ce que l’on retient : se faire confiance et oser ! Laurie ne s’est pas posée de limites et a tenté aussi bien les bouts de sein, les nouvelles positions, les sorties professionnelles avec son tout petit (alors même qu’elle devait sortir les bouts de sein pour allaiter, j’en sais quelque chose pour avoir été championne dans l’application express et discrète de bouts de sein en public !). Résultat : en écoutant son instinct, elle a trouvé son propre chemin.

La séparation

Même si Noa a pu accompagner très tôt sa maman dans la poursuite de son activité professionnelle, il a rejoint à l’âge de 6 mois la crèche pour que Laurie puisse pleinement se concentrer sur le développement de son agence de communication.  Pour Laurie, ce fut évidemment une grande séparation et une grande appréhension : n’allait-elle pas entraver son allaitement ? Noa n’allait-il pas confondre sein et biberon ? De combien de ml de son lait allait-il avoir besoin à la crèche?

Un mois avant la séparation, Laurie a débuté à constituer un petit stock de lait de 30 à 50ml conservé au congélateur. Puis elle s’est mise à la quête du graal : le biberon. Après de nombreux essais, sa fille aînée n’avait accepté que les biberons MAM. C’est naturellement que Laurie a porté son choix sur cette marque dont la forme de la tétine se rapproche de celle du sein, sans oublier ses propriétés anti-coliques du biberon Easy Start qui apportèrent confort à Noa, et tout particulièrement dans ses moments de régurgitation.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_21

Quelques semaines avant la rentrée de Noa et parce qu’une formation l’obligeait à s’absenter 3 jours pendant l’adaptation (ou comment rajouter une petite dose de stress !), elle se décide à réaliser un petit « test » : elle part 2h se faire les ongles en ville après avoir donné une bonne tétée et tiré son lait.

Pendant tout ce temps j’avais les yeux rivés sur mon téléphone et je m’imaginais des tas de scénarios catastrophe. Finalement quand je suis rentrée, j’ai trouvé un biberon vide et un petit garçon endormi par son papou.

Un vrai petit rituel s’est mis en place à la crèche pour Noa, qui réalise une grosse tétée dans la voiture juste avant que sa maman ne le dépose le matin. Etonnamment pendant la journée, il s’est vite calé avec 2 biberons avec le lait que Laurie tire à la pause-déjeuner ou dans l’après-midi.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_24

Elle s’était imaginée que ses besoins auraient été plus importants, lui qui est très en demande du sein quand il est à la maison. Mais on le sait bien, après expérience,  il y a beaucoup de tétées de réconfort en jeu ! Noa adore se rattraper d’ailleurs le soir à la maison au moment des retrouvailles et ne veut jamais vraiment se séparer de sa maman. Si bien que Laurie, qui adore cuisiner, se retrouve souvent à préparer les repas avec Noa au sein.

J’apprends à faire beaucoup de choses à une main !

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_23

 

Et là, on imagine sans aucun mal les douleurs que ce portage peut occasionner ! Cela a d’autant plus motivé Laurie de reprendre le sport qu’elle avait tant affectionné pendant sa grossesse au Carré d’O. Dès lors que Noa a repris le chemin de la crèche et qu’il a su bien gérer la transition sein-biberon et biberon-sein, Laurie a eu plus de latitude pour suivre les cours de yoga ou de pilates en journée ou en soirée. Dans ce dernier cas, c’est son mari gère les biberons en décongelant du lait maternel stocké dans des pots de conservation !

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_27

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_26

Il est évident qu’il faut se motiver pour rejoindre la salle, alors que le rythme d’une maman est ultra chargé. Laurie voit bien des bénéfices dans la reprise d’un sport doux, respectueux du périnée, tant sur la récupération physique que sur le moral.

Aller au sport, c’est éviter de me rendre trop souvent chez mon ostéopathe en renforçant ma sangle abdominale. Et puis cela change les idées et me permet d’avoir d’autres discussions !

En rentrant à la maison, Noa a su reprendre sans souci ses petites habitudes au sein et papa a encore assuré !

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_17

Ce que l’on retient : la séparation, toujours angoissante, se prépare en mettant en place et en testant tout simplement de nouveaux rituels qui seront adaptés pour soi et bébé !

Les bonnes adresses de Laurie à Aix

  • Carre d’O : créé par 3 kinésithérapeutes, ce centre propose un large panel d’activités pouvant être utile à la jeune maman : bébé nageur, yoga, pilates, ostéopathe…
  • Anti-Café : ce petit espace très convivial offre l’opportunité à nos mamans freelance ou en congé maternité de venir travailler et boire un café, avec ou sans bébé.

Le soutien paternel

Comme nous avons pu le voir précédemment quand Laurie a du gérer ses déplacements et sa reprise du travail à 100%, son mari a toujours su trouver sa place. Il n’a pas forcément suivi Laurie dans sa préparation mais a fait corps dans tout le processus.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_19

En discutant avec Laurie et observant le rythme de leurs journées respectives, le papa s’implique au jour le jour dans l’allaitement :

  • Changer la couche de Noa
  • Donner le bain à Noa et sa grande soeur
  • Mettre Noa au sein quand Laurie dort ou se repose
  • Gérer la sortie de crèche de Noa, avec toute l’organisation clé mise en place autour de l’allaitement (récupérer le sac et le pain de glace, le lait non utilisé, et le mettre dans la glacière…)
  • Donner le biberon pendant les absences professionnelles et personnelles de la maman
  • Participer aux tâches ménagères pour décharger la maman

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_22

Si vous suivez Laurie sur son compte Instagram, vous verrez que le papa s’est aussi investi dans le challenge #monmecmhabille. Challenge que Laurie a aussi accepté de remplir, même si il ne lui a pas été évident de porter des vêtements aussi sexy et sans soutien-gorge ! Au final, face aux remarques encourageantes de ses abonnées, elle a vu le bon côté de ce challenge amusant lancé sur Instagram, et l’a pris comme une forme d’acceptation de son corps de jeune maman… voluptueux !

Le tétée libre, plus pratique pour allaiter et tellement de liberté !

Ce que l’on retient : faire confiance au papa pour occuper toute sa place dans l’allaitement !

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_34

La liberté

Si l’allaitement peut représenter aux yeux de certain(e)s une forme de dépendance et de sacrifice (rester chez soi, ne pas profiter de moments pour soi…), l’expérience de Laurie semble nous montrer qu’il est possible d’être libre d’explorer, avec ou sans bébé, de nouveaux horizons.

Deux nouvelles et récentes aventures viennent corroborer ce sentiment :

  • son voyage en famille à Disney où nourrir Noa au sein a été très pratique.

C’était à mes yeux tellement simple : je n’avais rien à transporter, rien à préparer, rien que je n’ai eu peur d’oublier. Juste des vêtements pratiques et une écharpe de portage. Il a pu téter au chaud et s’endormir sans être transporté : je le gardais ensuite contre moi.

  • la reprise récente d’un nouveau travail en tant que salariée à Marseille, pour lequel elle a pu dès le départ évoquer son allaitement, et obtenir des conditions de travail adaptées (bureau séparé avec frigo, horaires flexibles…).

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_25

Ce que l’on retient : la loi étant du côté des mamans allaitantes pendant leur 1ère année de reprise du travail mais son application et ses dispositions variables selon les conventions collectives, nos trois portraits auront révélé l’importance d’un dialogue bien en amont et du partage de ses motivations avec sa direction d’entreprise, tout comme avec la crèche. Nos mamans ont réussi à trouver dans ces 2 organisations de précieux soutiens pour que l’allaitement au travail rime avec sérénité.

C’est une maman joyeuse et pleine de projets pour sa famille et sa vie de femme que nous avons laissé et que nous vous invitons à suivre sur son blog Amour Bébé Episio et son compte Instagram.

histoires-allaitement-mam-mumtobeparty-laurie_33

RDV dans quelques jours pour un super jeu-concours !

qui vient clore cette série d’Histoires d’allaitement par Océane à Nantes,
Julie en région parisienne et Laurie à Aix en Provence
.

Les bouts de sein MAM

Résultat de recherche d'images pour "bouts de sein MAM"Les bouts de sein MAM sont une aide passagère à l’allaitement. Extrêmement fins et doux, ces bouts de sein en silicone offrent un confort et un contact privilégié au sein de la maman (le nez du bébé pouvant sentir la peau du sein). Des petits reliefs laissent passer l’air entre la peau de bébé et le bout de sein. MAM propose plusieurs tailles adaptées à celle du téton. La taille est idéale si le téton reste bien centré et ne vient pas se frotter sur les côtés de l’embout.

Le lait maternel est ce qu’il y a de mieux pour votre enfant.

C’est pourquoi MAM a élaboré sa gamme d’accessoires d’allaitement avec une équipe d’experts médicaux. Réfléchissant à ces produits jusque dans ses moindres détails, médecins et sages-femmes ont voulu vous permettre de donner le meilleur à votre bébé tout en vous facilitant la vie. Les mamans peuvent compter sur toute une gamme de produits d’allaitement avec le tire-lait manuel, les bouts de sein ainsi que les coussinets d’allaitement et pots de conservation MAM. Ainsi les mamans peuvent allaiter sereinement tout en ayant une vie active