X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Comment traiter la cicatrice d’une césarienne ?

Par Karima Peyronie
Comment traiter la cicatrice d’une césarienne ?

Quand mes amies, qui avaient eu une césarienne, me juraient que leur cicatrice était à peine visible, j’avais du mal à le croire. J’imaginais cette balafre traversant mon ventre, signe indélébile que j’étais devenue mère… dans la souffrance. Mais ça c’était avant ! Depuis je me suis réconciliée avec l’idée de la cicatrice. Si vous aussi, vous avez 1001 questions autour de ce sujet, lisez ce qui suit !

Une cicatrice ?! Quelle cicatrice ?

Bon avant de commencer l’article, je vous épargne le suspens. Est-ce que je suis complexée par ma cicatrice ? Absolument pas ! Et pour cause, je ne la vois pratiquement pas ! Véridique ! J’ai beau approcher mon miroir grossissant proche de mon bas ventre, je la devine à peine. Et au toucher, c’est pareil, elle est totalement imperceptible. Moi-même je n’en reviens pas, car il faut bien le dire je n’ai pas une peau qui cicatrise super bien. Je le vois bien quand je me trifouille un bouton sur le front et que la marque reste pendant trois semaines ! ( Oui mon exemple n’est pas glamour, mais il faut au moins ça pour que vous compreniez que dame nature ne m’a pas épargnée de ce côté.)

Ah, je vous entends bien là, me demander : « Mais comment tu as fait pour avoir une cicatrice aussi parfaite ? » Et je vous répondrai : « Rien ! Je n’y ai pas touché ! » J’vous jure ! Pour tout vous dire, j’étais tellement occupée à gérer d’autres choses (la gestion de la douleur, cf. article, l’allaitement, cf. article ou encore le manque de sommeil de bébé cf. article emmaillotage), que ma cicatrice était le cadet de mes soucis. Alors je l’ai laissé tranquillement faire sa route, prendre son cours naturellement, et comme par magie, un jour elle a disparu.

Bon bien sûr, j’ai aussi eu beaucoup de chance d’avoir une obstétricienne au bistouri d’or qui m’avait prévenu avant l’intervention : « Ne vous inquiétez pas, je suis la reine des cicatrices. » D’ailleurs à chaque consultation, jusqu’à aujourd’hui elle ne manque pas d’y jeter un coup d’œil, comme pour admirer son œuvre.

Tout ça pour vous dire, qu’aujourd’hui les cicatrices de césarienne sont proches de la perfection, dans la majorité des cas. Ne vous inquiétez pas, vous pouvez être sereine… tout en étant avertie !

Quels types de cicatrice ?

La beauté de la cicatrice dépend exclusivement du type d’incision que vous avez dû subir. Aujourd’hui, la majorité des césariennes se pratiquent de façon horizontale en bas du ventre, au niveau du pubis. Il y a encore quelques décennies, l’incision se faisait verticalement, enterrant à jamais l’envie du bikini sur la plage. Ouf, les temps ont changé… Même les mannequins de Victoria’s Secret peuvent avoir eu des césariennes sans que ça ne se voit puisque la cicatrice se trouve exactement au pli, au niveau de la culotte.

Dans les cas extrêmes, la césarienne peut encore être verticale : par exemple si la future maman présente une obésité, alors l’incision horizontale est très difficilement envisageable pour extraire le bébé. Dans le cas d’une naissance très prématurée (avant 7 mois), l’incision est dite corporéale (c’est à dire directement sur le corps de l’utérus et non sur sa partie basse), l’incision est nécessairement verticale. Dans ce cas, la cicatrice est tellement fragile, que les prochaines naissances se feront aussi par césarienne.

La plupart du temps, la césarienne est horizontale : l’incision pratiquée par le chirurgien est dite « segmentaire transverse », c’est-à-dire que seul le segment inférieur de l’utérus est visé. Cette partie se déploie en toute fin de grossesse, pour se rétracter ensuite. Il ne restera donc plus de signe de cette incision dans les mois qui suivent l’accouchement. C’est pourquoi, il est tout à fait possible d’accoucher par voie basse, dans les accouchements suivants si la morphologie de la mère le permet (largueur du bassin…). Voilà pour l’interne…

Maintenant pour l’externe, il existe plusieurs méthodes pour renfermer l’ouverture :

  1. Les agrafes ou points de suture : cette méthode encore très utilisée dans les hôpitaux nécessitent un suivi spécifique. D’autant plus qu’entre le 6ème et 10ème jour, les agrafes ou fils seront retirés. Selon l’appréciation des mamans, ces méthodes ont tendance à démanger davantage, même si elles apparaissent plus « sûres » avec des risques d’ouvertures moins fréquentes que la colle. Aucune étude n’est claire à ce sujet mais il suffit de demander autour de soi. Esthétiquement, les cicatrices sont tout de même moins discrètes, même si cela dépend aussi et surtout de la qualité de la peau de la maman.
  2. Les fils résorbables ou la colle : j’ai eu la chance d’avoir des fils résorbables, ce que j’ai trouvé très confortable, car je n’avais pas la contrainte de devoir aller retirer les fils. De cette façon j’ai pu aussi « oublier » ma cicatrice, sans trop la toucher, puisque je savais que les fils allaient tomber tout seuls, au bout de quelques jours. Les photos sur le net des cicatrices à la colle sont assez impressionnantes les premiers jours. Même si au final la cicatrice se fait très discrète, il est encore plus impératif avec la colle de ne surtout rien porter ! La cicatrisation est très fragile…

La cicatrice évolue avec le temps… patience !

Pas de panique les filles si au sortir de la césarienne, vous voyez une marque boursoufflée, rouge, peut-être même avec quelques saignements… Cette vision d’horreur n’est que temporaire ! Alors voici à quoi votre cicatrice va ressembler jour après jour :

  • Le jour de l’accouchement : votre cicatrice sera invisible à vos yeux puisqu’elle sera recouverte d’un pansement. Le personnel médical vérifiera deux fois par jour ce pansement, et le changera tous les jours, jusqu’à ce que la plaie soit déjà bien renfermée et que les premiers signes de cicatrisation commencent : croûtes… Si le pansement présente des tâches de sang, on redoublera de vigilance pour éviter les complications ou risques d’infection. Si elle est suintante, il se peut que l’on place un drain sous la paroi de l’abdomen pour évacuer les liquides accumulés autour de l’incision. Dans le meilleur des cas le pansement ne dure que 24heures, pour laisser la cicatrice sécher rapidement à l’air libre. Vous mettrez alors des slips de chirurgie (à filet) pour éviter les frottements incommodent, surtout au niveau de l’élastique.
  • Quelques jours après l’accouchement : vous pouvez enfin vous doucher, et donc rincer très doucement votre cicatrice. Vous allez faire connaissance avec votre incision de 10 à 15 cm. Elle sera rouge et gonflée, c’est normal. Ne la lavez pas tout de suite au savon ou autres cosmétiques, laissez-la dans un environnement le plus neutre possible. Si vous voulez calmer les premiers tiraillements, vaporisez de l’eau thermale pour rafraîchir la plaie (ça fait un bien fou !). En revanche, n’oubliez surtout pas de la sécher, pour éviter qu’elle ne macère. Utilisez d’abord un sèche-cheveux, puis dès que les croûtes sont bien établies, vous pouvez tapoter avec un mouchoir en papier (pas de serviettes de toilette pour éviter que les fibres ne restent coincées dans la cicatrice).
  • Les semaines suivantes : la cicatrice va s’éclaircir en devenant rose. Généralement la zone reste encore très sensible et peu agréable à toucher. Une sensation de picotement et d’inconfort lorsque vous passez vos doigts dessus. D’autant plus que la repousse de vos poils pubiens va accentuer les démangeaisons. Et pourtant sitôt la plaie totalement refermée et vos fils retirés, vous pouvez déjà commencer à la masser tout en douceur. Vous en améliorez l’aspect et réduirez les boursouflures. Il faudra attendre quelques mois pour retrouver une sensibilité normale. Attention : ce n’est pas parce que de l’extérieur votre plaie vous parait suturée, que vous pouvez vous permettre des mouvements brusques. Vous ne devez porter que le poids de votre enfant ! Sans vouloir vous faire peur, ma voisine n’a pas écouté ce précieux conseil, et elle a dû retourner à l’hôpital 3 semaines après son accouchement, parce que sa cicatrice s’était ouverte ! Elle m’a dit n’avoir jamais autant souffert de sa vie… la pauvre (et pourtant elle avait déjà accouché trois fois). Alors svp les Mums, faites attention, soyez raisonnables.
  • Les années suivantes : il faudra attendre la première année pour que votre cicatrice s’affine, les boursouflures disparaissent et qu’elle blanchisse. Pour cela, il est très important que votre cicatrice n’ait jamais connu le soleil les deux premières années ! Je me souviens avoir mis (en plus de mon maillot) mon paréo sur mon ventre pendant mes premières séances bronzette après bébé. Pas top pour les marques de bronzage, mais je ne voulais surtout pas que ma cicatrice brunisse. Vous pouvez aussi utiliser des maillots anti-uv qui protègent efficacement des rayons du soleil. Le mieux étant un maillot de bain une pièce… ça tombe bien, ça revient de mode ! Vous pouvez continuer les massages la première année, si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté d’avoir une cicatrice souple et moins épaisse.

Le conseil de la pro : Selon le Dr. Joelle Bensimhon, gynécologue qui a participé à l’ouvrage « Mon bébé, mon utérus et Moi » de Kaz Cooke aux Edtions Leduc.s.

Les premiers jours, voire semaines, les jeunes mamans sont surprises par les démangeaisons très fortes tout le long de la cicatrice. C’est normal, ce sont les nerfs sectionnés qui repoussent, un à un ! Bien sûr, vous devez prendre votre mal en patience et éviter tout frottement, pour éviter de perturber le processus de cicatrisation.

 L’importance du massage

Toutes les cultures ancestrales placent le massage au centre des processus de guérison. Il agit en interne pour des résultats en externe et c’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de cicatrisation. Comme nous l’explique Laura Daraillans, ostéopathe et enseignante à l’Ecole Supérieure d’Ostéopathie (ESO) de Paris :

Les manipulations douces sur la cicatrice dès la résorption des fils, empêche la fibrose et le manque d’élasticité. La jeune maman peut alors masser légèrement en tirant les doigts sur toute la longueur. Lorsque cette zone sera moins douloureuse, elle pourra alors travailler plus en profondeur en appuyant sur chaque millimètre pour éviter la formation d’adhérences, c’est-à-dire d’accolement des tissus.

Si les adhérences se forment, la cicatrice sera moins nette avec des plis et des renforcements à certains endroits.

Le massage de la cicatrice n’est pas que pour un but esthétique comme nous le rappelle notre spécialiste :

Une mauvaise cicatrisation peut amener de violentes douleurs en bas du dos, ainsi que des débuts de sciatiques et de lombalgies.

Oui, oui, ça je confirme ! Je souffrais terriblement au dos, au début, avant mes premières séances post-accouchement. De plus le fait de mal se tenir à cause des douleurs de la cicatrice, provoque des défauts de postures qui à la longue s’inscrivent dans votre corps et créent des déséquilibres.

Enfin Mme Daraillan rappelle aussi :

Si l’on ne manipule pas en profondeur les tissus et les organes, et notamment l’incision au niveau de l’utérus, alors les tissus deviennent fibreux, et peuvent contraindre à une prochaine césarienne ou bien provoquer des gènes et douleurs lors des rapports sexuels.

Comment masser ?

Le massage se fait en deux temps selon l’évolution de la cicatrice. De plus, il faut aussi prendre en compte l’hypersensibilité ou la désensibilisation de cette zone, ce qui peut rendre désagréable le massage. C’est pourquoi au début, il suffit juste de passer votre main avec votre huile végétale ou votre crème pour déjà vous familiariser avec votre nouvelle peau. Puis, au fur et à mesure, vous pouvez tirer sur toute la longueur. Si vous êtes à l’aise, vous pouvez la faire glisser entre vos doigts, la pétrir, la décoller, l’étirer et surtout appuyer en profondeur pour agir sur d’éventuels décollement des tissus.

Le conseil du pro : selon le Dr. Joelle Bensimhon.

Généralement je conseille de masser la cicatrice avec un corps bien gras comme de l’homeoplasmine ou de l’arnica.

Les remèdes naturels

L’importance du massage de la cicatrice réside davantage sur sa qualité que sur les produits utilisés. Comme je vous l’ai dit, personnellement, je n’ai pas particulièrement beurré ma cicatrice de produit en tous genre, et j’ai préféré la laisser respirer. Chris, qui a eu une césarienne pour son premier accouchement, a tout de même visé la prudence en utilisant des huiles pour assouplir la peau. Mieux vaut alors miser sur des produits naturels qui ne pourront pas affecter la peau, et lui apporter que le meilleur. Parmi les recettes de grand-mère qui favoriseraient la régénération de la peau, il y a :

  • Le cataplasme d’argile verte deux fois par semaine pendant deux heures, à même la cicatrice. L’effet frais est déjà anesthésiant, en plus d’avoir des minéraux qui favorisent le renouvellement cellulaire (zinc, sélénium, magnésium…). Un remède utilisé depuis la nuit des temps pour tous types de blessure.
  • Le miel (de thym ou lavande) est utilisé depuis de nombreuses années dans les services des grands brûlés. Son action antibactérienne et reconstituante se révèle efficace sur les plaies ouvertes et fermées. Constituez-vous simplement un pansement de miel, recouvert d’un linge propre pendant la nuit (le moment ou le renouvellement cellulaire est à son pic).
  • Le beurre de karité est l’ingrédient miracle pour nourrir en profondeur. Profitez de sa texture huileuse (après l’avoir chauffé et fondu entre vos mains) pour pratiquer votre massage quotidien. Cet ingrédient venu d’Afrique n’a pas son pareil pour nourrir en profondeur la peau, laissant alors une cicatrice souple, facilement malléable et sans croûte. Le karité est aussi très efficace sur les vergetures et aidera à les rendre plus blanche rapidement. Autant faire une pierre, deux coups, puisque vous y êtes !
  • L’huile essentielle de lavande : ajoutez quelques gouttes de cette HE à 10 ml d’huile végétale (argan, amande douce…) pour accélérer le processus de cicatrisation, tout en prévenant les risques d’infection. Faites le plutôt le soir, car en plus la lavande a des vertus apaisantes propices à la détente…

Focus sur la crème Cicalfate d'AVENE

Grâce à son association unique d’agents réparateurs et antibactériens, la crème réparatrice Cicalfate permet d’obtenir rapidement une cicatrice esthétique. Celle-ci doit être appliquée au moins 2 fois par jour en massant légèrement sur une peau préalablement nettoyée à l’aide d’un produit adapté.

La crème Cicalfate peut être appliquée avant ou après ablation des fils. Des jeunes mamans l’ont testé, comme Dina qui l’a découverte grâce à Mum-to-be Party et l’a testée en association avec le sous-vêtement post césarienne C-Panty.

« J’ai bien aimé la crème, car elle a une texture onctueuse et s’étale facilement. Par contre il faut masser longtemps pour bien la faire pénétrer.  En autre usage possible, je l’ai utilisée pour mon bébé qui présentait des rougeurs. Le résultat a été très satisfaisant! Je pense que c’est une crème qu’il faut avoir chez soi. »

L’assiette cicatrisante

Comme pour les maux de la cicatrice (voir article sur les douleurs après césarienne), il existe bien des aliments qui vous aideront à mieux cicatriser (en plus de manger sainement et favoriser le retour à la ligne). Selon « Sos peau au naturel » paru aux Editions Quotidien Malin, voici quelques bons aliments riches en composés nutritifs réparateurs, à consommer avant et après la césarienne :

  • Les protéines : essentielles pour la formation du collagène, elles favorisent la cicatrisation (poisson, viande, œuf, fromage, soja, lentille…)
  • La vitamine c : est un agent anti-infectieux naturel, nécessaire pour avoir une jolie cicatrice (acérola, goyave, kiwi, papaye, chou vert, persil, brocoli, orange…)
  • Le zinc : indispensable à la synthèse des protéines et à la prolifération cellulaire (huitre, coquillages, viande rouge, œuf…)

THE produit pour votre cicatrice

En exclusivité en France, vous retrouverez sur notre boutique en ligne, un produit tout à fait révolutionnaire dans la prise en charge des cicatrices. Il s’agit du C-Panty, en culotte gainante haute ou basse : les premiers sous-vêtements avec un renforcement spécifique pour favoriser la cicatrisation. Au niveau de l’emplacement de l’incision horizontale, le sous-vêtement possède une bande de silicone pour nourrir la peau tout en exerçant une légère pression et ainsi éviter les gonflements. Au bout de quelques jours, la formation de collagène est activée plus rapidement, pour retrouver des tissus souples. La pression réduit aussi les démangeaisons liées aux points de suture, aux croutes et à la repousse des nerfs pilaires, en agissant sur la microcirculation.

C-Panty
Culotte haute cicatrisante post césarienne noire
41,95
C-Panty
Culotte haute cicatrisante post césarienne nude
41,95
C-Panty
Duopack post césarienne nude et noire
74,90
C-Panty
Starter kit post césarienne nude
79,90

Cette lingerie spécifique est fortement plébiscitée outre-Atlantique et recommandée par les dermatologues et professionnels obstétriques. A recommander sans contre-indication… de jour comme de nuit. Nous l’avons bien sûr fait tester auprès de 3 jeunes mamans en France quelques semaines après avoir accouché après césarienne.

Bon maintenant que vous savez tout sur cette fameuse cicatrice de césarienne ! Pour ma part, si j’ai mal vécu les premiers temps cette marque indélébile sur ma peau, je la regarde aujourd’hui fièrement, comme un signe de maternité. Cette trace que j’ai « mis bas », à cet endroit précis, comme une fleur que l’on sort de son pot. Et quand ma fille me demandera comment on fait les bébés, je lui dirai : « toi tu étais dans mon ventre et tu es sortie par-là, regarde il y a encore une petite trace… »

Tags

Partager

6 Commentaires

  1. Juste pour rectifier, la cicatrice corporéale c’est une incision au niveau de corps de l’utérus et non du col.

    emilie
  2. @emilie : merci beaucoup de ta lecture attentive de cet article. En effet, une petite erreur de frappe s’est glissée 🙂 A bientôt !

    Christel
  3. Bonjour
    Dommage que les deux produits présentés ne soient pas adaptés à une cicatrice verticale également.

    Virginie
  4. @Virginie: la culotte haute gainante C-Panty est adaptée en post opératoire (telle que hystérectomie ou abdominoplastie) puisque sa compression aide à réduire les couleurs et le gonflement, elle soutient muscles et tissus fragilisés par l’opération et rend les mouvements plus confortables en se sentant maintenue.

    Christel
  5. Bonjour
    Votre article est tres interessant. Comme tous ceux du site d ailleurs !
    Dans mon cas, deux cesariennes au meme endroit mais pas du tout dans la zone pubienne…ce n est pas si rare mais du coup les c panty n iront pas ? Le dernier a 3 mois, il n y a plus a rien a faire selon vous ?
    Personnellement je fais au beurre de karité mais cest vrai que l insensibilité cest tres désagréable…

    Celine
  6. Merci pour ce bel article!!! Je dois moi-même masser la cicatrice car des boules dures se sont formées. J’avoue être un peu perdue sur comment masser?? Donc si je comprends votre article. Je passe sur la cicatrice avec une crème cicalfate par exemple et ensuite, j’appuie davantage sur chaque centimètre? Merci!!!!

    Pauline

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi