X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Mon assiette anti-fatigue après accouchement

Par Karima Peyronie
Mon assiette anti-fatigue après accouchement

Après la douce parenthèse de la grossesse il y a : les nuits blanches, les tétées, les machines à laver quotidiennes, les couches, les visites de la famille et tout ce qui suit. Bref un rythme assez fatiguant les premières semaines. Alors comment lutter contre les coups de pompes, l’état de fatigue chronique, le stress ou les crises d’insomnies ? Tout simplement en se préoccupant un peu plus de ce qui passe dans votre assiette… Voici votre programme boosteur en suivant les conseils du diététicien Stéphane Delage*.

Je choisis les bons aliments

L’idée est de comprendre que votre alimentation n’est pas seulement utile pour vous nourrir, ou pour répondre à vos pulsions ou gourmandises… votre alimentation est aussi une source première de santé. C’est votre premier médicament, celui qui peut agir sur votre forme mais aussi sur votre moral. Alors que jusqu’à présent, vous faisiez essentiellement la chasse aux calories, cette fois-ci vous allez rechercher les bons micronutriments. C’est-à-dire ces vitamines, minéraux, oligo-éléments et acides gras, qui agissent sur les neurotransmetteurs et donc sur votre état de fatigue. Vous devez aussi faire le juste choix d’aliments qui ont une forte densité nutritionnelle même si le volume est petit (ex : les bienfaits d’une simple poignée d’amande).

  • Les fruits et les légumes : et oui, le fameux « cinq fruits et légumes », ce n’est pas seulement de la démagogie, c’est aussi la réalité ! Dans les fruits, vous allez chercher en priorité ceux riches en vitamine C, la vitamine qui permet de donner un coup de booste à l’organisme. On pense alors aux oranges, clémentines et kiwi. Mais savez- vous que le cassis ou la myrtille sont de véritables concentrés de vitamine C ? Pour pouvoir garder tous les bénéfices du fruit, mieux vaut le consommer mûr, et avec la peau, s’ils sont issus de l’agriculture biologique. Pour les légumes, focalisez votre attention sur ceux riches en fer et en magnésium. Le fer régule la faiblesse et les coups de fatigue. Tandis que le magnésium agit sur la fatigue physique mais aussi psychologique. Privilégiez les aliments riches en fer d’origines animales (pour une meilleure assimilation par rapport au végétal) comme le poisson ou les viandes. On retrouve le magnésium dans les lentilles, les fruits secs, les noix, les fruits de mer, les céréales complètes et aussi…le chocolat (youpi !).
  • Les féculents et graisses : on arrête de diaboliser ces deux éléments qui sont pourtant très utiles pour une meilleure forme. Les glucides contenus dans ces aliments permettent à l’organisme de stocker des réserves d’énergie utilisables pendant toute la journée. Tout en ayant un index glycémique relativement faible. Réconciliez-vous alors avec les pâtes (plutôt complètes), le riz, le blé complet, les pains spéciaux (pas le pain blanc qui se digère mal)…
  • Les poissons et viandes rouges : les protéines et les omégas 3 sont de véritables carburants pour l’organisme également. Les omégas 3 aident à lutter contre la fatigue, stimulent les capacités intellectuelles, favorisent la mémoire, et aident à retrouver un sommeil réparateur. Pile ce dont on a besoin quand on est une jeune maman, qui enchainent les nuits de sommeil chaotiques entre réveils nocturnes, tétés et coliques… Dans votre assiette, vous devez inclure de l’huile de colza, des noix (ou toutes les graines oléagineuses), des poissons gras comme la truite, le hareng, la sardine ou encore le saumon.

Je veille à une juste chronologie alimentaire

Le premier écueil lorsqu’on est jeune maman, est de sauter le repas par manque de temps. Du coup vous n’avez pas le bon apport en énergie et c’est la fatigue assurée. Sachez qu’en repensant le rythme de vos repas, vous agirez directement sur votre tonus. Le petit déjeuner doit être votre priorité. Quand bébé dort encore, réservez-vous cette demi-heure le matin, rien que pour vous, en vous confectionnant la meilleure réserve d’énergie pour la journée. Vous devez augmenter et varier les micronutriments. Dans l’idéal, on retrouve :

  • Du jambon ou des œufs : une source de protéine qui aide à la fabrication de la dopamine, la substance de l’éveil et du tonus.
  • Des produits céréaliers (sous forme de pains ou de céréales) : les féculents se digèrent plus lentement et sont stockés plus longtemps dans l’organisme
  • Un produit laitier : pour favoriser la sécrétion de la sérotonine, une hormone et neurotransmetteur qui agit sur l’état dépressif et l’anxiété.
  • Une poignée de graines oléagineuses : pour l’apport en acides gras et oméga 3
  • Un fruit ou un jus : pour le juste apport en vitamines

Au-delà de ce repas, si vous n’avez pas le temps, l’envie ou l’énergie de vous faire de vrais bons repas, vous pouvez aussi fractionner les repas. Il ne s’agit pas de grignoter mais bien de se concocter plusieurs collations équilibrées. En forçant l’organisme au processus de digestion, vous provoquez de l’énergie, et donc luttez contre la fatigue. Il n’y a pas de risque de poids, si les quantités sont faibles. C’est d’ailleurs le secret de beauté d’Heidi Klum (et quand on sait sa silhouette après ces enfants, on a envie d’y croire…). Une collation type peut se constituer : de fruits secs, de graines oléagineuses, du fromage ou un yaourt ou une tranche de jambon, ou encore d’un bol de Muesli.

J’ai recours aux compléments alimentaires si besoin

Si malgré tous ces efforts, vous vous sentez encore très affaiblie, vous pouvez avoir recours à une supplémentation sous forme de gélule, de comprimé ou encore d’ampoule. Vous viserez principalement le ginseng, le fer ou le magnésium. Pour savoir si vous êtes en carence de fer, vous devez faire une prise de sang. Généralement les femmes enceintes et allaitantes ont souvent cette carence. Le manque de magnésium n’est pas détectable par prise de sang, ce sont surtout des symptômes cliniques qui sont des signes d’alarme : la paupière qui tressaute, de violentes crampes au mollet, des fourmillements au bout des doigts, le bras engourdi… L’idéal est alors de faire des cures de deux à trois mois.

Nous vous recommandons sans hésitation les compléments alimentaires 100% naturels anti-fatigue de notre marque chouchoute, disponibles en cure de 28 jours et en 2 formules  : l’une pour les futures mamans et les mamans allaitantes, l’autre pour les mamans n’allaitant pas ou plus, qui trouveront aussi dans ce produit de quoi calmer les fringales !

D-LAB
Activateur d’Équilibre anti-fatigue
26,00
D-LAB
Complexe Energie Active anti-fatigue brûle-graisse
22,80

Si vous êtes fatiguée parce que vous avez trop de mal à vous endormir,  essayez les tisanes de Valériane, bienfaitrices pour renouer les liens avec les bras de Morphée…

Voilà, les Mum2be, vous savez tout maintenant pour être au top de votre forme pour vous occuper de petit bout dans la joie et la bonne humeur !

* auteur de l’excellent ouvrage « Ne me parlez plus de régime ! » (Aux Editions Du Dauphin) : un livre où il est question de s’alimenter selon le bon sens et non suivant les diktats de la minceur. Une bible !

Tags

Partager

Sois la première à donner ton avis !

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi