L’arrivée d’un bébé, suivi du retour de couches, nous amènent souvent à repenser la contraception. Cette période de reprise de votre cycle étant très irrégulière, même si vous allaitez, il est nécessaire de penser moyen de contraception dans les premières semaines après accouchement. De manière souvent automatique, on vous prescrira une pilule micro-dosée mais aujourd’hui, nous sommes nombreuses à envisager et vouloir essayer de nouvelles méthodes, plus naturelles, plus simples ou encore plus équitables dans la relation de couple. Dans cet article, nous vous présentons les méthodes innovantes qui arrivent sur le marché et offriront un choix encore plus large de maîtrise de sa fécondité.

Le désamour

Quand on parle contraception, la pilule vous vient spontanément à l’esprit n’est-ce pas ? Si elle a révolutionné le quotidien des femmes au 20ème siècle et permis de maîtriser notre fécondité, le recours à une contraception orale a fortement diminué ces dernières années. En effet, entre 2010 et 2013, le recours à la pilule à baissé de 50 à 41 %.  Les causes ? Le scandale médiatique survenu en 2012 sur les pilules de 3ème et 4ème génération. Sans oublier les contraintes de la pilule (bonjour les oublis et les risques de grossesse !) et les effets secondaires notables (fatigue chronique, saut d’humeur, bouleversement de l’appétit, etc).

contraception-revolution

D’autres moyens de contraception existent, avec leurs avantages et leurs inconvénients : implant, stérilet, diaphragme, anneau vaginal, patch, DIU en cuivre ou hormonal, cape cervical, préservatif féminin…La naissance d’un enfant est souvent l’occasion de reparler contraception avec son gynécologue et de discuter des options possibles. Prenez ce temps avec lui ou votre sage-femme dans les premières semaines après accouchement. Vos amies peuvent être source de conseils également, tout en sachant que votre corps pourra totalement réagir différemment de votre amie.

Pourtant, de plus en plus de femmes ne se reconnaissent plus dans ces méthodes “classiques” et on assiste à la fois à un retour aux “méthodes de grand-mère” et parallèlement à l’apogée de nouveaux moyens plus technologiques et connectés ! Dans tous les cas, le dénominateur commun, c’est d’être davantage actrice de sa contraception. Nous nous sommes intéressées aux nouvelles méthodes de contraception, certaines encore à l’état de test, qui vont révolutionner sans aucun doute le quotidien des femmes et des hommes !

Maîtriser sa fécondité un smartphone à la main

Lorsque les moyens de contraception “traditionnels” ne conviennent plus, certaines femmes n’ont le choix que de revenir à la méthode “de grand-mère” appelée également méthode Ogino Knaus. Celle qui consiste à s’abstenir de rapports sexuels durant les jours de fertilité (entre le 8ème et le 10ème jour du cycle). Pas très novateur me direz-vous ! Ce n’est pas la méthode qui est révolutionnaire mais plutôt l’outil ! Pour aider les femmes à connaître parfaitement la période féconde, des applications ont vu le jour. Brillant non ?

L’application gratuite Natural Cycles, développée par deux médecins, recense 900 000 utilisatrices dans le monde. Elle regroupe de nombreux éléments (température corporelle, taille, poids, durée du cycle…) afin de déterminer les “journées vertes” où la femme peut avoir un rapport et les “journées rouges” où il faut utiliser un moyen contraceptif ou bien s’abstenir. L’utilisatrice de l’application doit assidûment rentrer tous les matins de nombreuses indications, notamment sa température corporelle, afin de suivre scrupuleusement son cycle et éviter les “mauvaises surprises”. Un test sur plus de 15 000 femmes a été mené pendant 8 mois aux Etats-Unis. A l’issu de ce test, le taux d’échec était de 1,8 %. Assez élevé par rapport à une contraception orale pour les gynécologues, pourtant la FDA (l’agence américaine du médicament) a reconnu pour la première fois l’application comme moyen de contraception !

Une première mondiale pour un marché en forte croissance. En effet, Natural Cycles n’est pas la seule disponible sur les plateformes de téléchargement. On retrouve la berlinoise Clue, leader du marché avec 4 millions d’utilisatrices, Kindara, Lady Timer et tant d’autres. Si pour certains gynécologues ces applications ne sont pas des méthodes de contraception, elles permettent néanmoins pour les femmes de reprendre la main sur la gestion de leurs cycles et de mieux connaître leurs corps. C’est le cas du bracelet connecté AVA, que nous avons testé et fait tester à plusieurs lectrices. Il a démontré son efficacité pour aider ces femmes et couples dans leur projet de désir d’enfant.

AVA-bracelet-tracker-fertilite

La puce télécommandée, le nouvel implant

Développée par la société de biotechnologie MicroChips Biotech et avec le soutien de la fondation Bill & Melinda Gates, un nouveau moyen de contraception révolutionnaire devrait très bientôt se placer en alternative de l’implant classique. Placée sous la peau, cette puce envoie à heure fixe 30mg de Lévonorgestrel par le biais d’une petite décharge électrique indolore. Sa durée de vie de 16 ans permettra comme un interrupteur avec son mode ON/OFF de stopper à tout moment son fonctionnement à l’aide d’une petite manette fournie avec la puce. Plus d’oubli de pilule, la puce le fait pour vous.

Si ce moyen est encore à l’état de projet, il a fait ses preuves dans la lutte contre l’ostéoporose auprès d’un panel de femmes ménopausées et devrait donc être déployé prochainement au contraceptif.

Une pilule oui mais sans hormones svp !

Elle pourrait voir le jour très prochainement, la pilule naturelle sans hormones à base de plantes ! On en rêvait et ce rêve deviendra bientôt réalité. L’université de Berkeley en Californie est parvenu à trouver la combinaison de plantes qui bloque le processus chimique permettant aux spermatozoïdes d’affluer vers l’ovule. Il faudrait de la pristimerine que l’on trouve dans la vigne, du lupéol présent dans une grande variété de plantes (aloe vera, racine de pissenlit…) et une plante médicinale chinoise. Cette association rendrait la fécondation impossible ! Adieu hormones et effets secondaires (à confirmer, car les plantes ont toujours un grand pouvoir). Cette pilule pourrait être prise en contraception d’urgence mais une prise quotidienne serait à l’étude sous forme d’anneau vaginal ou même de patch disponible pour les femmes et les hommes ! On valide à 100 %.

contraception-revolution-2credit photo Pinterest

Et les hommes dans tout ça ?

Parce que cette “charge mentale” qu’est la contraception ne devrait pas incomber uniquement aux femmes ! Si la recherche pour une pilule contraceptive masculine est encore à l’étude, peu de méthodes existent pour les hommes : préservatif, vasectomie, slip chauffant ou encore injection hormonale. Le Boston Herald a relayé une innovation mise au point par l’ONG Population Council. Il s’agit d’un gel contraceptif à mettre directement sur la peau (le dos et les épaules) avant un rapport sexuel. Sa composition ? Un progestatif de synthèse à base d’acétate de segesterone (plus connu sous le nom de Nestorone contenu dans les implants et anneaux contraceptifs féminins) et une dose de testostérone de synthèse. La combinaison des deux va bloquer la production naturelle de testostérone et donc du sperme tout en maintenant une libido normale.

Il faudra néanmoins 16 semaines pour que le gel donne des effets significatifs. Cette méthode fait l’objet de nouveaux tests cliniques aux Etats-Unis. Evidemment on peut se poser la questions des effets long-terme d’une telle méthode sur la fertilité masculine et les risques de cancer masculin (comme le lien souvent attribué à la pilule avec le cancer du sein).

La révolution de la contraception est belle et bien en marche. Et de votre côté, avez-vous revu votre méthode de contraception après bébé ? Vous posez-vous des questions ?