blank
X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Une césarienne bienveillante, est-ce possible ?

Par justine
Une césarienne bienveillante, est-ce possible ?

Césarienne et bienveillance, deux mots qui à première vue ne vont pas très bien ensemble… Pourtant que la césarienne soit de convenance, en urgence ou programmée, elle reste un accouchement pour la mère qu’il faut accompagner. Depuis quelques années certains médecins ont pris conscience du traumatisme que pouvait engendrer un accouchement par césarienne pour le bébé mais surtout pour la maman. Un accompagnement bienveillant de la césarienne est possible en permettant à la femme d’être actrice de son accouchement malgré l’acte chirurgical.

En 15 ans le taux de césarienne a doublé dans le monde passant de 12 % en 2000 à 21% en 2015 (étude publiée dans la revue The Lancet). En ce qui concerne la France, le taux de femmes césarisées reste stable depuis 2010 avec environ 20 % d’accouchement réalisé par césarienne. Les techniques de césarienne ont évolué avec le temps pour arriver à “maturité” dans les années 90 avec la technique de Starck-Cohen qui est la plus répandue dans le monde. Elle permet aujourd’hui à la jeune maman d’avoir des traumatismes des tissus “modérés” et de pouvoir se lever 24h après l’opération. Cependant, l’accouchement par césarienne peut être vécu comme un acte chirurgical froid et entraîner une récupération douloureuse ainsi qu’un sentiment de ne pas vraiment avoir donné naissance à son enfant.

Une accompagnement bienveillant de la césarienne

Plusieurs professionnels de santé ont entendu le cri d’alarme des femmes quant à la brutalité des accouchement par césarienne. De nouvelles méthodes et techniques ont ainsi vu le jour ces dernières années pour proposer un accompagnement bienveillant de la césarienne et tenter de se rapprocher d’un accouchement par voie basse.

La césarienne extrapéritonéale ou technique de FAUCK

Dans les années 2000, le chirurgien obstétricien Denis FAUCK a modifié la technique de la césarienne extrapéritonéale afin de l’en rapprocher d’un accouchement le plus “naturel”. L’absence d’ouverture de la cavité péritonéale lors de la césarienne va donc réduire considérablement les douleurs chez la femme. La sonde urinaire n’est alors plus indispensable pour la jeune maman qui peut se relever environ 3 heures après l’intervention contre 24 heures pour une césarienne classique.

La volonté du Dr FAUCK est également de réduire la quantité des doses anesthésiques qui favorisera la récupération de l’autonomie de la jeune maman.

Cette technique est encore peu répandue et enseignée aujourd’hui. Peu de chirurgiens obstétriciens sont formés pour utiliser cette méthode. Quelques cliniques proposent néanmoins la césarienne extrapéritonéale dont la maternité Santa Maria de Nice avec le Dr Velemir qui s’est formé auprès de FAUCK. Sa démarche très engagée permet de déculpabiliser les femmes qui accouchent par césarienne :

Les femmes qui accouchent pas césarienne devraient être rassurées et déculpabilisées. J’aimerais aussi qu’on arrête de juger les femmes qui font le choix d’accoucher par césarienne !

Le souffleur GUILLARME

Dans la continuité de la césarienne extrapéritonéale du Dr FAUCK, le Dr Bénédicte SIMON et Luc GUILLARME ont eu l’idée du souffleur qui rend active la future maman en aidant à expulser son bébé à travers le souffleur.

Toutes ces techniques et nouvelles méthodes ne sont possibles sans les équipes médicales qui doivent également être dans une démarche bienveillante au service des besoins de la future maman. Dans le cas d’une césarienne bienveillante les équipes permettent aux parents “d’assister” à la naissance de leur enfant en baissant le champ opératoire afin qu’ils puissent voir leur bébé sortir. Les premiers soins sont prodigués sur une table à côté de la maman afin qu’elle ne puisse pas quitter des yeux son nourrisson.

Se préparer à une césarienne
blank
Néo
Bandeau peau à peau Néo rose poudré
29,90
Kit de traitement de cicatrice post césarienne CicaLux
Alvalux Medical
Kit de traitement de cicatrice post césarienne CicaLux
69,00
blank
D-LAB x Mum-to-be Party
Programme Post-Césarienne récupération 1 mois
84,00
blank
C-Panty
Culotte haute cicatrisante post césarienne noire
69,95
Culotte haute gainante post cesarienne C-section
Belly Bandit
Culotte gainante post césarienne C-section
74,95

Pourquoi demander une césarienne bienveillante ?

La pratique d’une césarienne dite bienveillante ou “naturelle” a de nombreux bénéfices pour la jeune maman, notamment pour la récupération post-partum (aussi bien physique que psychologique) :

  • Permettre à la future maman de participer à l’expulsion du bébé : le sentiment de subir son accouchement en étant inactive est moins présent chez la jeune maman lors d’une césarienne bienveillante
  • Favoriser très rapidement le lien mère-enfant grâce au peau à peau précoce
  • Rassurer la future maman grâce la présence de son conjoint (un tiers seulement des maternités françaises proposent au futur papa d’assister à la césarienne)
  • Réduire le temps de récupération post-partum et rendre à la future maman son autonomie plus rapidement

Dans la vidéo “Une césarienne plus facile à vivre” diffusée dans l’émission La Maison des Maternelles, on découvre comment, depuis près de 4 ans (vidéo diffusée en 2017), l’équipe médicale de la clinique Saint-Grégoire près de Rennes aide les mamans césarisées à vivre un accouchement plus “naturel”.

Une césarienne plus douce pratiquée à la clinique de Saint-Grégoire près de Rennes

Le cas d’une césarienne itérative

Lorsqu’une femme a déjà accouché par césarienne et qu’elle s’apprête à donner à nouveau naissance par voie haute, on parle alors de césarienne itérative. Cela signifie que l’acte chirurgical de la césarienne est répété une nouvelle fois pour l’accouchement. Le chirurgien va inciser à nouveau à l’endroit de la première cicatrice de césarienne. La césarienne itérative est souvent proposée aux mamans qui ont déjà subi une césarienne. En effet, l’utérus est fragilisé par une première intervention. Le tissus cicatriciel est considéré comme étant à risque et peut donc entraîner des complications. Cependant, elle n’est pas obligatoire ! Une première césarienne n’empêche pas forcément un accouchement par voie basse. Cela se décide donc au cas par cas.

C’est une décision à prendre avec votre gynécologue en fonction du déroulement de la grossesse. Si celle-ci nécessite une césarienne, elle sera programmée. Vous aurez plus de temps pour vous y préparer mais surtout de faire connaître votre projet de naissance (présence du papa, participation à l’expulsion du bébé, peau à peau immédiat sur la maman…) et d’aborder plus sereinement la venue au monde de votre bébé.

Qu’il s’agisse de votre première grossesse ou non, il faut impérativement dialoguer avec votre gynécologue pour lui exprimer vos attentes afin que votre projet de naissance soit respecté par l’équipe médicale peut importante l’issue de votre accouchement.

À lire aussi :

Tags

Partager

Sois la première à donner ton avis !

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi

lectus quis, ipsum libero. leo facilisis consequat. libero elit. commodo