X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Chirurgie esthétique post-accouchement : elles ont fait le choix et en parlent sans tabou !

Par justine
Chirurgie esthétique post-accouchement : elles ont fait le choix et en parlent sans tabou !

Reconstruction mammaire, abdominoplastie, liposuccion… la chirurgie esthétique séduit de plus en plus de jeunes mamans et devient moins tabou surtout. Elles sont plusieurs influenceuses à parler sans filtre de leur choix, en expliquant leur motivation, en partageant les étapes de l’opération et des soins post opératoire, et leur transformation physique. Nous avons pu recueillir le témoignage de l’une d’elles.

Quand le body positivisme montre ses limites

La bienveillance envers le corps des jeunes mamans et le body positivisme sont proclamés dans les médias et sur Instagram depuis une bonne année et font un bien fou ! Pouvoir s’identifier à des mamans en proie aux mêmes maux en post partum, afficher du vrai, trouver du beau dans un corps transformé, parfois marqué à jamais pour avoir porté et donné la vie. Se rassurer que pour la plupart d’entre nous, il faut bel et bien du temps pour retrouver son corps d’avant, et du temps aussi pour l’accepter.

Mais parfois le reflet dans le miroir et l’inconfort sont plus forts que tout cela. Vergetures, peau ultra distendue, ptose mammaire, cellulite et surcharge pondérale peuvent vite devenir une obsession, voire un cauchemar pour certaines jeunes mamans.

La chirurgie esthétique pour reprendre possession de son corps

Apprivoiser ce nouveau corps post-accouchement n’est pas simple. Pour certaines femmes, la chirurgie esthétique devient le dernier recours pour faire la paix avec son corps et se sentir épanouie. Et surtout, elle n’est plus tabou. Elles sont ainsi plusieurs influenceuses francophones à avoir partagé leur choix de la chirurgie post-partum en toute transparence avec leurs abonnées, comme Cindychtis ou encore Famille Chaton (lire son témoignage ci-dessous).

Prudence sur le “Mommy Makeover”

La tendance du “Mommy Makeover” qui signifie “le relooking des mamans”, est très marqué notamment chez les Américaines âgées de 25 à 34 ans. En effet, de nombreuses jeunes mamans ont recours à un “forfait post-accouchement” dont le plus prisé est le combiné “poitrine et ventre”. En France, l’augmentation mammaire et la liposuccion du ventre pour retirer la graisse sont les deux opérations les plus nombreuses. Les demandes pour ces “multi-interventions” seraient notamment en constante augmentation.

Face à cette tendance, les professionnels de santé français rappellent qu’une opération de chirurgie esthétique n’est pas un acte banal (anesthésie générale, risques de complications…). Les conséquences pour la santé de la jeune maman sont à prendre en compte. Le secrétaire général de la société française des chirurgiens esthétiques plasticiens (SOFCEP), Dr Michel Rouif, alerte sur le fait qu’une jeune maman ne doit pas subir une intervention de plus de six heures, notamment si elle possède des facteurs à risque (surcharge pondérale, tabagisme). De plus, il ne recommande pas non plus d’avoir recours à une intervention dans les six mois voire un an après l’accouchement.

Elle a fait le choix de l’abdominoplastie après son 2ème accouchement

Anne B, que vous connaissez notamment sous le pseudo Instagram @la_famille_chaton, est une influenceuse belge que nous adorons suivre. Maman trentenaire de deux enfants de 4 et 1 ans, elle a accepté de témoigner et de raconter son expérience après une abdominoplastie.

Avant ton opération tu souffrais d’un diastasis (séparation abdominale), est-ce la seule raison qui t’a conduit à faire ton abdominoplastie ? Quelles étaient tes motivations ?

J’ai eu deux césariennes et pour Charles, mon premier enfant, j’avais pris 21 kilos. Après avoir perdu tous mes kilos de grossesse, j’ai dû faire le constat terrible que j’avais un surplus de peau assez important au niveau de la sangle abdominale. J’ai toujours eu un rapport très complexe avec mon corps. Je ne l’ai jamais vraiment aimé. Du coup, cela devenait excessivement compliqué pour moi de me regarder dans un miroir. Je ne supportais plus mon image. Les césariennes n’ont pas du tout aidé. Mon vendre était complètement de travers. Je rencontrais également des soucis pour m’habiller. J’achetais toujours des habits amples pour cacher mon ventre. Pour les pantalons, il me fallait un 36-38 pour les jambes et une à deux tailles au dessus pour caser mon ventre.

avant / après

Comment tes proches mais également ta communauté Instagram ont-ils réagi suite à l’annonce de ton opération ? 

​Ils l’ont tout de suite compris. Avant de tomber enceinte de Louise, j’avais déjà consulté un chirurgien et j’hésitais à tomber enceinte car j’avais peur d’être encore plus abimée. Tout le monde était donc au courant de mon envie et mon BESOIN de passer par la case chirurgie car tous mes efforts ne servaient à rien. Je ne pouvais RIEN faire ! On peut mettre autant de crème que l’on veux, faire du sport autant que possible, ma peau ne retrouverait jamais sa place. Elle était distendue et j’étais impuissante.

Comment s’est passée ta transformation suite à l’opération ? 

Ma​ vie a littéralement changé. Je me sens enfin belle et femme. Je n’ai plus peur de me montrer à mon compagnon, je peux enfin mettre des habits plus près du corps. C’est une véritable révélation ! On ne se rend pas compte à quel point l’aspect physique peut avoir un impact considérable sur le reste de sa vie.  J’ai beaucoup plus confiance en moi et je pense que cela se ressent et se voit. Auparavant je focalisais sur mon ventre, je ne voyais que lui. Je n’avais pas du tout conscience que le reste de mon corps, mes bras, mes jambes étaient “normaux voire minces”.

Aujourd’hui tu es clairement rétabli et tu as repris le sport, comment te sens-tu ? As-tu enfin fait la paix avec ce ventre qui te rendait si triste auparavant ? 

Je me sens enfin bien dans mon corps. J’ai eu deux merveilleux enfants mais je ne suis pas d’accord pour me laisser aller. Je ne comprenais pas ces femmes qui me disaient “Sois fière ! tu as porté la vie” Oui c’est clair, c’est magique !

J’ai prêté mon corps 2 fois pendant 9 mois et je veux en reprendre possession ! Il m’appartient et j’ai le droit de le récupérer. En quoi être maman m’oblige à garder les stigmates de mes césariennes ? En quoi cela ne fait pas de moi une maman fière ? 

Je suis bien plus fière maintenant d’avoir réparer ce qui a été abimé et d’être bien dans mes baskets !

Dans tes stories sur Instagram tu as bien rappelé qu’il ne s’agissait pas d’une opération banale, quels conseils peux-tu donner aux jeunes mamans qui souhaitent se lancer ? 

Oui, je trouve ça important d’en parler. Cela reste de la chirurgie lourde, avec des conséquences qui peuvent être graves. Il y a une anesthésie générale, des douleurs post-opération conséquentes. A l’heure actuelle, la chirurgie est totalement banalisée par les starlettes de télé réalité. Or, c’est une décision importante. On ne doit pas se décider sur un coup de tête. Une opération ne résoudra pas tous vos problèmes. Il faut en prendre conscience. De plus, il est important d’être bien entouré et d’avoir de l’aide afin de pouvoir récupérer correctement après s’être fait opérer.

Merci à Anne pour son témoignage

Suivez leur récupération post abdominoplastie

Tout comme Anne sur son compte insta @la_famille_chaton, Milena de @pinketgreen et Laure @__lorette_ ont eu recours à une abdominoplastie après leurs grossesses et partagent leur expérience.

Toutes testent le kit de cicatrisation post abdominoplastie CicaLux, qui permet de soulager et traiter la cicatrice sur toute sa longueur grâce à l’action combinée de silicone médical, de bandes adhésives réductrices de tension et d’une pierre chauffante. Un traitement 100% naturel et ultra simple à suivre à domicile dès lors que la cicatrice est bien fermée, disponible en exclusivité sur notre SHOP.

Et vous les Mums, que pensez-vous de la chirurgie esthétique post-accouchement ? Avez-vous déjà réfléchi à cette option ?

Tags

Partager

Sois la première à donner ton avis !

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi

Nullam vel, dolor. Curabitur quis, quis justo ut ut