X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Sa première rentrée scolaire

Par Isabelle Duvert
Sa première rentrée scolaire

Le grand jour est arrivé. Votre tout-petit va entrer à l’école. Il va devenir élève. Vous avez le sentiment pourtant qu’hier encore, il faisait ses premiers pas. Le temps passe si vite quand on est parents. Les progrès quotidiens de nos petits dans leurs premiers mois de vie rendent le phénomène encore plus important. On nous avait prévenus… mais à l’époque, exténués par les nuits difficiles, vous ne vouliez pas l’entendre ce fameux : « Profite, ça passe si vite ! »
Et vous voilà, la veille de sa première rentrée scolaire à vous poser plein de questions et même à stresser pour certaines.

Alors, comment bien réussir sa rentrée scolaire. Comment l’aider ? Comment surmonter les pleurs des premiers jours ?

Une étape comme une autre

Une chose est certaine, la rentrée à l’école est une étape de sa vie. Comme ses premières dents, ses premiers pas, ses premiers mots, votre première séparation. Notre tout petit ne nous appartient pas à 100%. Il est un petit être en devenir que l’on porte vers l’âge adulte. Notre petit être. C’est notre rôle de lui faire passer les différentes étapes d’apprentissage le plus sereinement et le mieux équipé possible.

Dans ce sens, vous, mamans, papas, vous vous devez de comprendre que, certes l’entrée à l’école constitue une étape très marquante, mais qu’elle est normale, naturelle. Votre enfant a, ou va avoir 3 ans d’ici la fin de l’année. C’est son tour. Il est prêt. Et… vous devez l’être. Pour lui.

Expliquer. C’est quoi l’école ? Je vais y faire quoi ?

Depuis quelques semaines, sans aucun doute, vous parcourez avec lui des livres d’images présentant une école maternelle. Vous lisez également les aventures de son héros préféré (Petit Ours Brun ou Tchoupi, peu importe) qui, oh tiens dis donc lui aussi rentre à l’école ! C’est une excellente chose.

N’hésitez pas non plus, si vous le pouvez, à visiter ensemble son école. Cela rendra les choses plus concrètes.

S’il a besoin d’un petit sac, choisissez-le ensemble, idem pour le « doudou » qui restera à l’école pour les siestes.

Expliquez-lui, très simplement, et sans insister lourdement s’il ne réclame pas, ce qu’il va faire de ses journées. Vous pouvez par exemple lui dérouler une journée type. Cependant, chaque école/maîtresse a ses propres méthodes, tachez donc de ne pas rentrer trop dans les détails pour qu’il n’y ait aucune déception ou avouez-lui que vous ne savez tout simplement pas exactement tout ce qu’il fera. Car l’école sera d’ailleurs SON monde.

Rassurer en affichant vous-même votre confiance

Toutes les maîtresses vous le diront. C’est pourtant évident et pourtant… Un enfant qui voit ses parents inquiets, tristes ou pire qui expriment clairement (en pleurant devant lui par exemple) ses sentiments « négatifs », ne sera pas rassuré. Il se demandera bien pourquoi maman est si triste alors qu’elle répète que l’école, ça sera « rigolo ».

Alors, faites un effort : pleurez si vous en ressentez le besoin, MAIS pas devant votre enfant et après l’avoir déposé. Ne lui dites pas que vous êtes malheureux de le laisser. Vous pouvez simplement lui dire que cela vous fait, à vous aussi, un peu drôle, car c’est une nouvelle étape pour vous deux. Sincérité et responsabilité sont les maîtres mots.

Le jour J

Bien souvent, les rentrées des Petites Sections se font de manière progressive et dans la mesure du possible par petit groupe. Dans tous les cas, soyez ponctuels (mais pas trop en avance), suivez les recommandations de la maîtresse et précisez-le d’ailleurs à votre enfant. « La maîtresse m’a dit que je pouvais entrer avec toi quelques minutes dans ta classe, ensuite, je te laisserai avec elle et tes nouveaux amis »

Il doit bien savoir avant d’arriver que vous partirez après un bisou-calin et que vous (ou un proche, qu’il doit connaître) viendrez le récupérer le midi/le soir… à un moment qu’il doit également comprendre.

Bien souvent, les parents sont très surpris par l’attitude de leur petit en ce premier jour ! Finalement, ils sont bien contents de découvrir enfin leur classe, il y a plein de jouets, la maîtresse sourit et elle a préparé des activités rigolotes comme de la peinture. Tant de choses à découvrir qu’ils en oublient sincèrement pour la plupart très vite la présence de leurs parents… qui se retrouvent un peu béta au milieu des micros-chaises et des micro-tables.
Dans ce cas, ne perdez pas trop de temps. Profitez justement que votre enfant se plaît pour partir. Un grand sourire aux lèvres toujours. Un peu du genre : « bon, ba écoute mon loulou, on va te laisser, on va travailler, amuse-toi bien surtout et puis on se retrouve ce soir comme prévu ! »
Et vous partez.
Sans vous retourner.
C’est un ordre.
Même si vous pensez reconnaître ses pleurs. La maîtresse ou l’ATSEM prendra le relais.
Votre enfant doit comprendre très vite qu’il ne pourra pas décider de votre heure de départ…

Les jours suivants…

Voilà, en général, c’est souvent là que le bât blesse… c’est-à-dire que les enfants vont vite comprendre qu’il va falloir en fait revenir tous les jours à l’école et ça, ça risque de leur déplaire fortement.

Il est courant d’avoir des pleurs pendant une dizaine de jours. Ensuite, n’hésitez pas à en parler avec la maîtresse pour voir si tout se passe bien ensuite dans la journée.

Parlez de l’école avec votre enfant, mais… n’attendez pas de lui qu’il vous raconte tout ! C’est qu’il a sa petite vie sociale maintenant ! Et son jardin secret.

Un dernier rappel, comme pour toutes les étapes qui paraissent, sur le coup, difficiles, vous verrez que tout finit par passer et que les souvenirs qui restent sont les plus positifs. Tout ira bien, soyez-en convaincus. Faites-lui confiance. Faites-vous confiance. Offrez-lui un nouvel horizon d’apprentissage enrichissant et ludique en toute sérénité.

Tags

Partager

Sois la première à donner ton avis !

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi