X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Le changement d’activité professionnelle

Par Isabelle Duvert
Le changement d’activité professionnelle

Parce que la reprise de son activité professionnelle après l’arrivée d’un bébé n’est pas chose facile pour une jeune maman… Je vous invite à lire ou relire, d’ailleurs, mon article sur la reprise du travail. Il arrive parfois, souvent même lorsque l’on y regarde de près, que malgré une tentative de réadaptation, décidément, non, ce n’est plus possible… Il faut, pour la jeune mère, repenser sa vie professionnelle. Exercice d’autant plus difficile qu’il faut pour cela du temps (ah ah ah et c’est fou ce qu’on en a quand on a de jeunes enfants hein ?!) : pour se poser, réfléchir, mûrir, bien comprendre ce qui ne va plus. Tout cela avant d’envisager un changement.

Pourquoi cette envie de changement ?

En devenant maman, beaucoup de choses changent, on le sait. À la maison, dans son couple, dans sa tête aussi. Nos valeurs, nos envies, nos choix de vie changent.
Les habitudes sont bousculées, les priorités recalculées. C’est normal, mais il arrive que ces phénomènes se produisent … dans la douleur. Rupture. Dépression. Bouleversement profond.

Impossible de vous consacrer autant qu’avant à votre travail

Pour certaines, aucune surprise finalement : déjà AVANT cela ne se passait pas bien. Pour d’autres, c’est une vraie révélation. Ce rythme, ces contraintes, ce n’est plus possible.

Un désir d’autre chose…

Vous voulez autre chose, vous voulez par exemple vous recentrer sur votre vie personnelle, ou sur un projet qui vous tient à cœur, car il correspond désormais plus à vos nouveaux objectifs de vie. L’environnement, l’écologie, la création, la solidarité sont des domaines qui deviennent souvent avec la maternité beaucoup plus importants, plus attirants.

Un nouveau rythme moins contraignant

Certaines jeunes mamans ne souhaitent plus rester des heures au bureau, devoir rentrer rapidement, récupérer tard leurs petits pour … les embrasser et déjà les coucher. Même les possibilités offertes par certaines sociétés pour du temps partiel ne sont pas satisfaisantes. Les réunions incessantes et tardives, les réflexions lancées par vos collègues ou votre hiérarchie lorsque vous partez à 18h (« Tu prends ton après-midi ? »), le stress engendré par cette situation. Vous ne le supportez plus.

Le changement d’activité professionnelle est donc très souvent motivé par l’envie d’aménager son temps de travail afin qu’il soit compatible au souhait de la jeune maman de profiter de ses enfants.

Comment se faire aider ?

Le bilan de compétence, financé entièrement par FONGECIF, est une aide précieuse – et gratuite – pour une maman qui ne sait plus trop où elle en est, qui se pose des questions, qui a des idées ou des projets plus ou moins construits – ou pas. Le bilan s’adapte à tous les cas de figure. Attention : point de miracle ! À la sortie du bilan, vous ne serez pas transformées miraculeusement !

Comment procéder si vous souhaitez faire un bilan ? Deux solutions : soit vous allez voir votre Direction des Ressources Humaines et leur demandez. Évidemment, dans ce cas, vous n’avez rien à gérer, mais votre entreprise prend connaissance de votre situation et de votre potentiel envie de changement… Pour rester dans le secret, contactez directement le FONGECIF de votre région. Tout est parfaitement indiqué sur les sites web. Il y a même des listes d’agences proposant cette prestation de bilan. Il est préconisé d’en contacter plusieurs pour vous faire une vraie idée et choisir un conseiller qui vous convient le mieux possible. C’est essentiel pour la réussite de ce projet. Croyez-moi, si vous le faites avec sérieux, si vous jouez le jeu des questions, des interrogations personnelles, des réflexions au fur et à mesure des rendez-vous : vous aurez de quoi mettre en place un changement ! On dit que les bénéfices concrets des bilans de compétence se font sentir dans les 6 à 12 mois suivants.

Je viens de terminer le mien ! J’ai trouvé l’exercice passionnant : c’est une sorte de thérapie professionnelle. On cherche à comprendre ce qui se passe dans notre tête, à se connaitre, à mettre le doigt sur ce qui nous freine, à tort ou à raison ! Cela demande clairement un vrai investissement personnel, surtout si vous choisissez l’option de ne PAS le dire à votre hiérarchie et qu’il faut donc dégager du temps (2h par semaine pendant 2 à 3 mois en moyenne) pour vous rendre à vos rendez-vous.

Les réseaux professionnels de mamans

Les mamans s’organisent et sont solidaires. Profitez-en pour demander conseils, vous inspirez d’expérience, conforter – ou pas :o) vos projets… Maman Travaille, premier réseau des mères actives que vous pouvez suivre, via l’association, le blog, mais aussi au travers des conférences/journées “Maman travaille”. Les Mampreneurs, rassemblent les mamans ayant fait, elles, le choix de créer leur propre entreprise. Des mamcafés sont d’ailleurs organisés régulièrement dans toute la France.

Les aides publiques

Renseignez-vous également auprès des organismes publics : Pôle Emploi, Fongecif… vous avez des droits, ne partez pas billes en tête sans assurer vos arrières. Les créatrices d’entreprises peuvent bénéficier d’aides financières, les salariées et les chercheurs d’emploi de formations ; le statut d’auto-entrepreneur, quoique controversé en ce moment, est aussi un bon moyen de se tester, à moindre coût sur une nouvelle activité !

Le changement fait peur, il s’agit, quel que soit le contexte, d’un saut vers l’inconnu brusque et donc terrifiant. En tout état de cause, il y va souvent de la santé psychologique de la jeune maman, alors dans ce cas, il ne faut pas hésiter et mettre toutes les chances de son côté pour provoquer ce changement et se lancer, confiante, sereine, dans une activité professionnelle plus adaptée, plus proche de ses nouvelles valeurs et de ses nouveaux besoins. Le rôle du conjoint est aussi très important, il faut qu’il comprenne le mal-être de sa compagne, qu’il la soutienne, moralement, mais aussi parfois, financièrement, si la jeune maman souhaite démarrer une activité en tant qu’entrepreneuse. Ces décisions sont à prendre à 2 deux, pour une meilleure réussite !

Tags

Partager

1 Commentaire

  1. c’est exactement ce qui m arrive en ce moment !!! et le mal être est bien là !!! allez allez on se motive !!!! merci pour l avoir aussi bien décrit !

    GUEVEL

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi