Bien-être future maman

L’appareil EPI-NO testé par deux futures mamans pour éviter l’épisiotomie

A l’origine de ce test, il y a Elodie, une fidèle lectrice depuis 2013 qui nous a contacté en février pour nous demander de parler d’un appareil qui aurait évité l’épisiotomie à ses amies. Elle-même enceinte de son 2ème enfant, elle s’apprête alors à l’acheter et le tester. Deux mois plus tard, elle nous adresse son témoignage : “J’ai accouché sans episio grâce au système EPI-NO ! Ça a l’air de fonctionner. Je suis ravie :  les suites de couches n’ont rien à voir sans episio !“.

Nous avons donc proposé à deux futures mamans de le tester pour confirmer ces résultats. Si le produit bénéficie d’un excellent bouche-à-oreille parmi les mamans et certains experts, force est de constater que bien des professionnels, par peur de la nouveauté et par méconnaissance, n’ont pas autorisé nos mamans à effectuer ce test. Dommage puisqu’il fut extrêmement bien encadré, avec l’appui d’une kinésithérapeute…et que l’appareil EPI-NO n’a de bleu que sa couleur, car ce produit existe depuis des années et qu’une étude très sérieuse a été réalisée pour prouver son efficacité auprès de plus de 700 mamans françaises. Bref, nous allons donc pouvoir aussi nous faire une idée avec trois témoignages.

L’appareil et son fonctionnement

L’appareil EPI-NO, conçu et fabriqué en Allemagne, permet de muscler le périnée 4 à 6 semaines avant la date prévu du terme afin de faciliter l’accouchement. Le produit se compose d’un ballon de forme anatomique en silicone médical et d’une pompe manuelle avec indicateur de pression.

Afficher l'image d'origine

L’exercice consiste à contracter les muscles contre le ballon introduit dans le vagin, qui offre une résistance. À l’aide de la pompe, le ballon peut se remplir d’air et se gonfler doucement et sans aucun risque pour le bébé. Le diamètre du ballon augmente ainsi progressivement, pour un étirement en douceur des muscles et des tissus. À l’issue de cet exercice d’étirement, la femme enceinte laisse le ballon, toujours gonflé, glisser hors du vagin. Une sensation semblable à celle ressentie lors du passage de la tête du bébé.

Un programme d’entrainement sur-mesure peut être défini avec une sage-femme ou une kiné. Il est une des clés de succès de la méthode, donc n’hésitez pas à en parler et à vous faire accompagner. Vous pouvez également suivre le programme chez vous en suivant les étapes préconisées par la marque (EPI-NO mode d’emploi), sous réserve que votre médecin n’ai émis aucune contre-indication médicale. La motivation passe par le constat des progrès faits de jour en jour et du volume gagné. Une petite brochure est fournie dans le set pour bien visualiser le ballon gonflé, alors qu’expulsé. C’est là qu’on réalise que nos muscles peuvent être étirés à merveille !

Présentation des testeuses

Jessica, jeune maman ayant accouché au mois d’août, connaissait déjà l’appareil EPI-NO suite à des recherches sur internet concernant la préparation du périnée à l’accouchement. Pour assouplir son périnée, Jessica l’a massé avec une huile Weleda au bout de la 34ème semaine de grossesse. Ses attentes concernant l’appareil EPI-NO consistaient à éviter une déchirure ou une épisiotomie.

Marine , jeune maman ayant accouché fin septembre, n’avait jamais entendu parler de l’appareil EPI-NO avant ce test mais préparait tout de même son périnée à l’accouchement avec des cours de yoga prénatal. Elle attend de l’appareil d’être préparée pour l’accouchement de manière à ne pas subir de péridurale et de mieux supporter la douleur.

Je me dis que renforcer et assouplir mon périnée sera probablement une des clés d’un accouchement naturel !

La veille de la rencontre avec la kinésithérapeute, Marine se demandait si elle réussirait à faire les exercices correctement et pourquoi personne ne lui avait parlé de l’appareil à la maternité.
Les quelques appréhensions qu’elle a pu rencontrer concernait la difficulté d’utilisation, et la taille de l’appareil devant tenir dans ses valises de vacances.

L’accompagnement

Nos deux testeuses ont pu essayer l’appareil avec la Sabine Dugelay, Kinésithérapeuthe dans le 17e arrondissement de Paris lors du 1er rendez-vous. Jessica nous raconte qu’elle a d’abord vérifié manuellement la tonicité de son périnée avant de lui expliquer les exercices qui allaient permettre à terme de muscler, étirer et entraîner le périnée.

C’est rassurant de faire ces exercices avec elle la première fois, de savoir jusqu’où aller, quel est le point de tension à rechercher, mais aussi de se donner des objectifs finaux !

Elles ont toutes les deux trouvé l’appareil EPI-NO facile à comprendre et à utiliser.

D’après Jessica, la kinésithérapeute a su anticiper toutes ses questions ! Marine a voulu savoir pourquoi ce produit était si peu connu et d’après la kiné les obstétriciens accordent peu d’importance au périnée en France, l’important étant d’accoucher d’un bébé sain.

Je suis bien entendu d’accord que c’est la priorité, mais si on peut le faire sans abîmer notre corps, c’est mieux !

Elle voulait également savoir si il y avait des risques. Si il y a un risque de naissance prématurée, l’utilisation de l’appareil est à proscrire mais si vous avez l’accord de votre sage-femme il n’y a pas de soucis : aucun risque de se créer des lésions soi-même. Il faut être à l’écoute de son corps : dès que la future maman ressent des picotements ou tiraillements, c’est que le ballon est trop gonflé.

Avant de partir la kiné leur a donné des conseils spécifiques concernant l’utilisation, notamment utiliser l’appareil avec un préservatif et du lubrifiant mais elle a aussi prévenu des petits désagréments comme l’inconfort lors de l’expulsion, des pertes liquides…

Utilisation

Marine et Jessica ont utilisé l’appareil tous les jours. Jessica l’utilisait à différents moments de la journée selon son planning et Marine le soir après sa douche. Les deux l’ont utilisé allongées dans leur chambre.

J’ai ajouté ça à mon rituel de « crémage post-douche » contre les vergetures !

Les séances d’exercices avec EPI-NO duraient environ 10 minutes par jour.

Jessica recommande d’utiliser l’appareil le matin car d’après elle la future maman est plus en forme après une bonne nuit de sommeil. Marine, elle, conseille juste de trouver un moment de tranquillité, peu importe le moment de la journée.

Il faut être calme et détendue

En ce qui concerne les sensations au niveau de l’utilisation, Marine trouve que le fait que l’appareil soit manuel et simple d’utilisation est confortable car on adapte la difficulté des exercices à ses sensations. Elles ont toutes deux ressenti de la tension, mais aucune vibration ni picotement.

Nos deux testeuses ont réussi à gonfler le ballon au fur et à mesure des utilisations ainsi qu’à l’expulser facilement.

Si Jessica a réduit son utilisation lors du test à cause de fortes douleurs au dos, Marine elle à su rester positive malgré une réaction peu encourageante du personnel de sa maternité. D’après elle, le fait de pouvoir mesurer ses progrès soi-même chaque jour est très motivant et donne envie de progresser. Elle a également beaucoup apprécié le fait que la kiné soit toujours présente et réactive par sms, elle a trouvé cela rassurant et motivant.

L’idée de pouvoir vivre plus sereinement son accouchement est une belle motivation

Marine et Jessica sont d’accord pour dire que l’appareil est facile d’entretien car il s’utilise avec un préservatif, une fois celui-ci jeté il suffit de passer un petit coup d’eau et de savon.

Marine a effectué en parallèle d’autres exercices pour muscler et détendre son périnée. Au début elle le massait avec l’huile de massage du périnée Weleda puis s’est rendue compte que l’appareil était plus efficace, elle à donc arrêté les massages. Cependant elle continue le yoga prénatal avec des exercices de respirations focalisés sur le périnée, qui sont pour elle complémentaires à EPI-NO.

Efficacité

Marine a bien ressenti que ces exercices avaient musclé mais aussi détendu son périnée. Elle nous explique que pour la musculation, un petit appareil mesure la pression et donc il est possible de vérifier la contraction faite sur le petit ballon et donc voir les progrès effectués.
Concernant l’assouplissement, il faut mesurer le ballon et gagner en centimètre pour atteindre l’objectif fixé avec la kiné, elle a ressentit les premiers progrès au bout d’une semaine seulement !

Par contre, la semaine d’arrêt des exercices (ma faute…) m’a fait perdre un demi-cm ! On voit donc à quel point c’est important d’être régulière.

Jessica n’était pas anxieuse par rapport à l’accouchement. Marine ne l’était qu’un peu, car ce test lui à fait rendre compte de la difficulté à “faire passer le bébé”. Mais une fois qu’elle a vu tous les progrès réalisés avec l’appareil EPI-NO elle était rassurée.

L’idée de pouvoir éviter une épisiotomie, et de pouvoir mieux pousser et mieux faire sortir mon bébé est très motivante et rend moins anxieuse. Je me sens mieux préparée, et cela fait du bien c’est sûr !

Après l’accouchement

Jessica a bien accouché par voie basse et n’a pas subi d’épisiotomie. Sa plus grande satisfaction avec cet appareil a été l’impression de mettre plus de chances de son côté. Même ses problèmes de dos l’ont empêché d’aller jusqu’au bout du test et que son périnée a été impacté suite à l’accouchement, elle recommande l’utilisation de l’appareil EPI-NO.

Marine n’a pas subi d’épisiotomie ni de déchirure. Le passage du périnée s’est fait en douceur pour son bébé et sans douleur pour elle.

J’étais assise deux heures après l’accouchement et n’ai aucune douleur depuis, ni désagrément usuel post-accouchement. Mieux encore, je sentais mon périnée et pouvais le contracter dès le lendemain.

Marine recommande l’appareil EPI-NO Delphine plus car selon elle, le bonheur d’être en forme après l’accouchement et de se sentir en pleine possession de son corps facilite beaucoup le retour à la maison. C’est important à ses yeux pour elle, mais aussi pour son couple.

Mon attente était de ne pas abîmer mon périnée, et c’est chose faite ! Il a même surpassé mon attente, car au moment de la poussée la sage-femme elle-même a remarqué la facilité avec laquelle mon bébé est sorti !

L’accompagnement de la kinésithérapeute lui a semblé indispensable car d’après Marine, on ne sait pas forcément au début “jusqu’où aller” dans les exercices, et la motivation peut rapidement disparaître lorsque l’on se retrouve à faire les exercices seule.

La seule amélioration que Marine suggère pour l’appareil EPI-NO Delphine plus se trouve au niveau du corps médical. Elle conseille une meilleure sensibilisation des sages-femmes et équipes médicales, car aucune des sages-femmes qu’elle a pu rencontrer ne semblait intéressée ou formée à cet appareil.

Il faudrait qu’EPI-NO soit plus connu ! Ce serait super qu’EPI-NO se fasse au sein de l’accompagnement global par la maternité.

Malgré les différentes épreuves que nos deux M2b Testeuses ont pu affronter au cours de leur grossesse, elles sont satisfaites (voir très satisfaites) de l’appareil EPI-NO Delphine plus et le recommandent aux futures mamans désireuses d’accoucher sans douleurs ni épisiotomie, mais aussi aux jeunes mamans ayant déjà subi une épisiotomie et qui souhaitent concevoir un deuxième (troisième ou quatrième) enfant.

Vous pouvez retrouver l’appareil EPI NO Delphine Plus en vente sur notre Boutique. N’hésitez pas à vous rendre sur la fiche descriptive du produit qui vous donne plus de détails sur l’utilisation et les conseils d’utilisation, notamment donnés par un Gynécologue-obstétricien.

Article-Partenaire

Nos testeuses

Marine
Marine
Qui suis-je?

Je suis une future maman de 30 ans, active et curieuse, je travaille dans l’environnement. Tout est bio à la maison, de l’alimentation aux produits ménagers ! J’aime la cuisine méditerranéenne, je suis assez fan de design et de décoration intérieure. Je m’intéresse aux modes de production écologiques, aux médecines douces et alternatives, et bien sûr aux cosmétiques bio.

Mes habitudes pendant grossesse

J’ai fais du yoga prénatal, et j’ai l’impression que cela a été la meilleure préparation possible ! J'adore les massages et je suis allée sur les conseils de Mum-to-be Party tester l'Espace Catherine Leroy et cela a été une super expérience ! Côté alimentation, je n’ai rien changé : nourriture saine et bio, beaucoup de légumes, mon jus de fruit frais pressés chaque matin.

Jessica
Jessica
Qui suis-je?

J’aime beaucoup voyager, découvrir de nouvelles choses, danser et passer du temps avec mes amis. Côté beauté je suis adepte de produits bio et naturels et côté mode je suis une grande amatrice de jolies robes, escarpins et sacs à main.

Mes habitudes pendant grossesse

Je marche beaucoup , fait de l’hypnose et rencontre des experts notamment pour l’allaitement et le portage.

Lire aussi
L'avis de la communauté
Tara le 25 octobre 2016 / Répondre

Bonjour
J’ai utilisé l’epino mais malheureusement j’ai eu une episiotomie mais sinon c’était sûrement les spatules. Ma puce ne se présentée pas bien donc je l’aurais eu quoi qu’il arrive en accouchant en position anatomique. Mais je le recommande car ça permet de se préparer un peu à la délivrance et c’est plus pratique que les massages manuels. Maintenant je vais m’en servir pour la rééducation du perine.

Elodie le 25 octobre 2016 / Répondre

J’ai fait la préparation Epino pour mon 2e accouchement car je voulais à tout prix mettre toutes les chances de mon côté pour éviter une 2e épisiotomie (la première était assez costaud!). Ce sont ces copines qui m’ont parlé de ce système que je ne connaissais pas c’est pourquoi j’en ai parlé à mon tour à Mum-to-be car j’aurais aimé être au courant dès mon premier accouchement!
J’ai commencé la préparation assez tard (seulement 3 mois avant la date du terme), c’était un peu juste et je n’ai pas eu le temps de terminer la préparation (j’ai accouché 3 semaines avant terme) mais j’ai accouché sans épisiotomie! Des suites de couches au top, sans soins particuliers, exactement ce que je voulais! Si les exercices ne sont pas très agréables, il permettent quand même de mieux comprendre et appréhender la poussée. J’ai vraiment eu l’impression d’être beaucoup plus efficace au moment de l’expulsion car je travaillais la poussée depuis plusieurs semaines avec le système Epino. Autre avantage : je me suis remise beaucoup plus vite de l’accouchement par rapport à la première fois!
Ma sage femme et ma gyneco n’étaient pas trop pour par méconnaissance peut être et aussi parce qu’elles étaient inquiètes de l’impact potentiel sur le périnée. J’ai accouché il y a 7 mois, j’ai été sérieuse pendant ma reeducation et je n’ai aucun problème de fuite ou autre (pour l’instant du moins!).
Bref, un peu contraignant et chronophage mais a priori une préparation qui porte ses fruits!
Bon accouchement aux futures mamans!
Elodie

Mathilde le 1 mars 2017 / Répondre

Bonjour à toutes, maman, futures mamans,

J’ai eu littéralement la chance d’être suivie par un médecin qui pense avant tout aux femmes et qui m’a prescrit de faire EPI-NO; le docteur Mellerio.
Grâce à cet appareil je n’ai pas eu d’épisio et j’en suis ravie. Certes la préparation est un peu contraignante, il faut prendre du temps pour le faire bien mais penser au résultat final motive beaucoup.
Il faut être accompagnée par une kyné aussi pour savoir comment bien l’utiliser et noter sa progression. Pas de panique je n’ai pas réussi à aller jusqu’à 10cm (taille de la tête d’un bébé) je dirais jusqu’à 9,5cm et cela s’est très bien passé. Surtout mon fils est sortie avec des cuillères et je n’ai eu que deux déchirures. Très franchement je vous le conseille vraiment !

Anna le 19 février 2018 / Répondre

Grâce à l’info d’une amie, j’ai pu me préparer la naissance de mon 1e enfant avec le dispositif Epi-No. Résidant sur Paris à l’époque j’ai eu la chance de pouvoir consulter 3 fois une kiné spécialisée sur le périnée et convaincue de l’efficacité d’EPI-No. Elle m’a conseillée et expliqué comment utiliser correctement ce dispositif. J’ai été très consciencieuse sur les exercices car complètement stressée par une possible épisiotomie. Les exercices étaient “particuliers” mais ils m’ont tellement permis de comprendre les sensations d’un accouchement et la façon la plus efficace de “pousser” que je les ai fait sans rechigner.
Mon fils est né très rapidement (il parait que je poussais bien justement malgré une péri ultra forte qui faisait que je n’avais aucune sensation) et avec un périmètre crânien de 36cm donc pas petit = pas d’épisio, à peine deux éraillures ! Et cerise sur le gâteau = un périnée tellement bien préparé que la rééducation était à peine nécessaire (je l’ai faite avec une autre kiné plus proche de chez moi qui n’en revenait pas).
Autant dire que j’ai prôné Epi-No autour de moi et que je suis ravie de m’apercevoir qu’il se fait de + en + connaître !
Je l’ai à nouveau utilisé pour ma 2e grossesse = tout aussi parfait. Bref, même si je suis persuadée que la qualité de la peau est aussi être un facteur à prendre en compte, je suis tout autant persuadée qu’Epi-No est un merveilleux dispositif pour se préparer à l’accouchement quand les conditions médicales le permettent.

Mon avis à moi
  • * Champs obligatoires