X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Les rééducations du périnée post-accouchement

Par Karima Peyronie
Les rééducations du périnée post-accouchement

Vous pensiez en avoir fini avec les rendez-vous médicaux et obstétricaux de la grossesse ? Eh bien non… encore une dernière ligne droite, un ultime effort pour aider votre organisme dans son travail de « repositionnement ». Alors, avant de reprendre déjà votre sport et les séances d’abdos, pensez à votre périnée. Voici un topo sur les rééducations du périnée.

Qu’est-ce-que la rééducation du périnée ?

Nous avons posé cette question à M. Alain Bourcier, qui a fait de la rééducation du périnée, sa profession à part entière et il nous parle même d’histoire de cette rééducation.

Elle a été introduite dans le monde, par un gynécologue américain, Arnold Kegel dès 1948. C’est lui qui est à la base de la rééducation du périnée, les célèbres Kegel exercises. Il a été l’inventeur du périnomètre, qui consiste donc à mesurer cette zone (qui pour info varie selon les ethnies, 4 cm pour les africaines et 2 cm chez les caucasiennes). Sa méthode est devenue universelle dans le but de restaurer le tonus et la force des muscles périnéaux endommagés par l’accouchement et après intervention chirurgicale.

En France, c’est en 1977 qu’Alain Bourcier s’était rendu pour un voyage d’études à UCLA, Los Angeles. Il y rencontra la veuve du Dr Arnold Kegel. En rentrant en 1978, il organisera les bases de la rééducation périnéale.

Une date importante pour le périnée français est 1985 ! En effet par le décret EVIN du 2 Août, sous l’impulsion de Pierre Minaire (Saint Etienne), Albert Leriche (Lyon), Alain Pigné (Paris) et Alain Bourcier (Paris), la rééducation post-natale avec électrostimulation va être prise en charge par la CNAM.

C’est aussi une particularité française. Récemment on pouvait lire dans The Telegraph : « J’ai fait la “perineal re-education” class, payée par La France ». Claire Lundberg, la journaliste ajoute avec humour que

 La France est l’un des seuls pays qui « sponsorise » un tel programme, et l’idée qui se cache derrière tout cela, est qu’en France, chacune veut être capable de reprendre une activité sexuelle avec son mari aussitôt que possible.

Il est vrai que nous avons cette chance unique, de pouvoir bénéficier de cette prise en charge de la rééducation périnéale en France.

Voilà pour la théorie, place maintenant à la pratique.

Interdiction de sécher les cours

Vous avez l’impression que tout va bien au niveau de votre vagin ou vessie ? Vous avez eu un accouchement sans trop de difficultés, sans épisiotomie et sans avoir trop poussée ? Vous n’avez pas pris beaucoup de poids pendant la grossesse ? Vous avez accouché par césarienne ? Autant d’arguments qui vous feront dire que vous pouvez sécher les séances de rééducation du périnée. Il est vrai que certaines femmes n’ont aucune séquelle, néanmoins seul un spécialiste pourra l’attester. De plus avoir « conscience » de cette zone, aidée par ce même spécialiste qui par des exercices de contractions et de respirations, vous permettra de la préserver tout au long de votre vie. Alors que nenni vous devez aller consulter au moins une fois après votre accouchement.

Retrouvez également l’avis de l’expert Alain Bourcier et le témoignage de trois jeunes mamans sur le rôle du périnée:

De plus, il ne faut pas oublier que le corps a une mémoire. Ainsi, il est tout à fait possible d’avoir des symptômes d’un disfonctionnement du périnée même plusieurs années après avoir accouché. C’est le cas par exemple de Céline B., 45 ans, qui raconte :

 Le diagnostic de l’incontinence a été posé après un test d’urologie. Pourtant, après mes trois grossesses – la dernière a eu lieu il y a douze ans -, j’avais fait les rééducations du périnée. Mais de nouvelles séances chez un kinésithérapeute se sont avérées indispensables pour tonifier le périnée et soigner mes troubles urinaires.

La rééducation précoce du périnée (selon Evelyne Cosquer-Féry, sage-femme et auteure de « le guide pratique de l’accouchement) :

Dès les premiers jours qui suivent l’accouchement, vous pouvez entreprendre une auto rééducation. Commencez par les muscles de votre périnée : faites des exercices de contraction et de relâchement accompagnés d’inspiration et d’expiration. Même en cas d’épisiotomie, la mobilisation précoce de votre périnée en stimulant la circulation sanguine accélère la récupération énergétique et la sensibilité des tissus musculaires. Nous vous expliquerons dans un prochain article le type d’exercices concrets que vous pouvez réaliser seule, et ce dès votre séjour à la maternité, de votre lit.

Le « stop pipi », une méthode pour se muscler seule ?

Nous avons toutes testé cette méthode en pensant qu’elle puisse agir sur le tonus musculaire de cette zone. Or notre spécialiste est catégorique,

non seulement cela ne sert à rien, mais en plus il peut-être nocif pour la santé : en déréglant tout le mécanisme d’évacuation urinaire, il favorise une stagnation des urines et est par conséquent la cause d’infections urinaires. 

Vous n’êtes plus obligée de vous retenir d’uriner en pensant que vous travaillez votre périnée… ouf, soulagée !

Avant et pendant la rééducation du périnée : ce qu’il faut savoir

Notre sage-femme conseille de consulter un ostéopathe surtout si vous avez le coccyx douloureux. Elle s’explique

le coccyx peut avoir subi un traumatisme lors de l’expulsion, que ce soit un petit déplacement ou une véritable luxation .

C’est aussi un élément anatomique qu’il ne faut pas obliger, même si c’est caché derrière vous… hein !

En complément au travail du périnée effectué avec une sage-femme, vous pouvez vous procurer des « cônes » de rééducation, sorte de gros tampons hygiéniques en plastique, lestés de 20 à 100g (en vente par coffret en pharmacie).

Le but du jeu est d’insérer le cône le moins lourd dans le vagin et de le conserver au moins 15 minutes deux fois par jour. Lorsque le cône peut être maintenu sans problème, il faut utiliser le poids suivant et ainsi jusqu’au plus lourd.

 La rééducation périnéale manuelle

La rééducation périnéale a pour but de normaliser le tonus musculaire et de tonifier les muscles de la région. Elle fait partie d’une rééducation plus globale que l’on nomme rééducation ou réadaptation uro-génitale. Elle porte le nom dans le pays anglo-saxons de « pelvic floor rehabilitation ».

La rééducation périnéale a comme base la participation volontaire et active de la patiente. Elle est pratiquée par des professionnels de santé (kinésithérapeute ou sage-femme) qui vont évaluer le tonus périnéal et la commande volontaire du périnée. Ils commencent par une rééducation manuelle qui consiste à un toucher vaginal suivi de pressions légères à partir des muscles du vagin, afin de diriger la pression vers les muscles ayant besoin d’être travaillés.

La rééducation périnéale par sonde

Dans certains cas, si le périnée a subi un plus grand traumatisme, on peut avoir recours à deux procédés à l’aide d’une sonde introduite dans le vagin.

La méthode du  biofeedback se fait grâce à une sonde intra vaginale reliée à un appareil enregistreur de signaux musculaires émis par la contraction. Sur un écran le praticien peut alors de suivre les processus de contractions périnéales et de relâchement.

Il existe un autre procédé, l’électrostimulation fonctionnelle, qui a pour but d’activer la musculature périnéale via des courants d’intensité croissante. Dans le cas de l’électrostimulation passive, la stimulation électrique est transmise par une sonde vaginale aux muscles qui se contractent involontairement au rythme de l’appareil. Mais il est également possible de l’utiliser pour renforcer le travail actif de la patiente (électrostimulation active). L’intensité de l’impulsion électrique est augmentée progressivement en fonction des sensations. Les résultats s’affichent sur un écran d’ordinateur pour inciter la patiente à ajuster sa participation au travail de l’appareil.

L’auto-rééducation à domicile

Bien qu’une récupération rapide soit toujours recherchée, il est parfois impossible de se rendre plusieurs fois par semaine chez le kinésithérapeute ou la sage-femme. Selon M. Bourcier :

Il est possible de limiter la fréquence des séances en réalisant de l’auto-rééducation à domicile. Parfois les résultats ne sont pas satisfaisants et des séries supplémentaires sont alors nécessaires mais là encore le temps manque.

Certaines femmes peuvent aussi avoir recours à une intervention chirurgicale si le tonus périnéal est faible (la plus fréquente est la pose de bandelette pour traiter une incontinence). Mais cette faiblesse périnéale persistera après intervention.

D’autres femmes pensent, à tort, que le fait de reprendre le sport permettra de retrouver une parfaite tonicité à commencer par les exercices abdominaux. Or s’il est important de reprendre une activité physique douce, elle doit respecter votre corps sans le brutaliser. C’est notamment ce que propose les ateliers d’exercices autour du périnée à l’Institut de Gasquet ou autres lieux qui appliquent la méthode de Gasquet (voir la thalasso post natale). Lors de ces stages ou séances, vous apprendrez des gestes simples et efficaces pour continuer le travail de rééducation de chez vous.

Selon notre spécialiste M. Bourcier,

dans tous ces cas l’auto-rééducation à domicile est la seule possibilité envisageable sur un traitement au long cours ou une prévention.

Avec Innovo, le must de la thérapie à domicile

L’appareil nommé Innovo (société BMR Health) est le premier sur le marché à être conçu pour stimuler la zone du périnée de manière externe. Il se présente sous la forme de deux cuissières que vous enfilez, et, dans lesquelles sont placées huit électrodes. Chaque électrode cible des muscles du plancher pelvien, et des impulsions croisées sont ainsi envoyées pour contracter l’ensemble des muscles du périnée. L’unité de contrôle connectée aux cuissières permet de régler le niveau de l’intensité des impulsions. Pour obtenir des résultats optimaux, il vous est recommandé de faire une séance de 30 mn par jour cinq jours sur sept pendant douze semaines. C’est indolore. Simplement, quand vous augmenterez l’intensité des impulsions, vous ressentirez comme une forte contraction, comme si vos muscles se soulevaient.

Le procédé est révolutionnaire puisque vous pouvez tout à fait l’utiliser tranquillement de chez vous, tout en faisant une activité debout, comme Christel Niquille, notre fondatrice, ou allongée comme Céline, notre maman-testeuse.

Pour M. Bourcier cette prise de conscience active est aussi un bien-être psychologique puisque Innovo propose enfin aux femmes « d’agir directement et par elles-mêmes autour de tout le plancher pelvien. ». Et puis, ça vous évitera de vous acharner sur des séances abdos-fessiers trop précoces, vous serez déjà occupée par le biais de Innovo ! Déjà après quatre semaines d’utilisation, une amélioration significative est constatée. Après douze semaines, plus de huit femmes sur dix disent ne plus avoir quasiment de fuites urinaires. Et la qualité de vie est améliorée, ce toujours trois mois après la fin du traitement. Cet appareil Innovo peut également vous être préconisé par le médecin en prévention, pour tonifier les muscles du périnée qui ont tendance à se relâcher après 45 ans et à la ménopause. Il s’agit alors d’un bon investissement que vous pourrez utiliser à tous moments de votre vie de femme (prochaine grossesse, ménopause…).
Retrouvez-le directement sur notre e-shop!

Et voilà, chères Mums maintenant que vous savez tout sur la rééducation du périnée, à votre tour d’en prendre soin  !

 

Innovo
Appareil de rééducation et de renforcement du périnée
399,00
Editions Marabout
Livre Périnée, arrêtons le massacre !
20,00

Tags

Partager

Sois la première à donner ton avis !

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi