X

Se connecter

Pas encore inscrite ?

Créer un compte

Le périnée, cette zone fragile

Par Karima Peyronie
Le périnée, cette zone fragile

Avant votre accouchement, c’est à peine si vous aviez entendu parler du « périnée ». Vous auriez pu vaguement le situer sans grande conviction. Depuis que vous êtes enceinte, on vous en parle à tout va, mais vous restez encore dans le vague ? Pas d’inquiétude, nous avons demandé à THE expert en la matière, M. Alain Bourcier, physiothérapeute et spécialiste en rééducation pelvi-périnéale, de nous éclairer sur cette zone d’ombre.

 Commençons par le plus basique : pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le périnée ?

Déjà étymologiquement parlant, il y a une particularité à relever. Nous sommes le seul pays qui parle de « périnée », tandis que dans la plupart des autres pays, la fonction est plus globale en l’appelant : Le Plancher Pelvien. Ce qu’il est en réalité, puisque c’est une région anatomique qui se situe autour de l’anus et des organes génitaux, s’étendant du pubis en avant au coccyx en arrière. Chez la femme, il contient l’extrémité inférieure des voies digestive, urinaire et génitale, il est constitué principalement de muscles dont le rôle est crucial puisqu’ils soutiennent l’ensemble du contenu abdominal et participent également aux phénomènes de continence. En résumé, il faut alors comprendre que le périnée soutient les organes pelviens : urètre, vessie, utérus, rectum et est impliqué dans l’accouchement, la continence urinaire et anale et la sexualité.

 En quoi la grossesse est-elle une période à risque ?

L’une des premières conséquences de la grossesse est un accroissement de la quantité d’urine produite par vos reins, ce qui se solde par des envies plus fréquentes d’uriner. S’y ajoute, sous l’influence des hormones féminines, un relâchement général des tissus du petit bassin, qui deviennent plus souples pour accueillir le fœtus. A mesure que l’utérus se distend avec l’avancement de la grossesse, la pression qu’il exerce sur la vessie s’accroît et vous force à uriner plus souvent, et parfois involontairement, surtout au troisième trimestre de la grossesse. Votre périnée peut en être affaibli et relâché dès la 12e semaine de votre grossesse. Pendant la grossesse, le périnée est mis à rude épreuve car il supporte beaucoup de tensions avec le poids du bébé et a donc tendance à se relâcher. La première conséquence est donc le problème d’incontinence urinaire.

 Quels facteurs engendreraient les problèmes liés au périnée ?

Ils sont nombreux et variables selon chaque mère. Cependant on peut vérifier des facteurs récurrents qui peuvent abîmer cette zone sensible. Parmi eux :

  • Si le poids de l’enfant est supérieur à 3.9 Kg à la naissance
  • Si son périmètre crânien est supérieur à 35,5 cm
  • Si la prise de poids de la grossesse excède les 13 Kg
  • S’il y a eu une expression abdominale durant l’accouchement (le fait de presser sur le ventre pendant l’expulsion)
  • Si la maman a déjà vécu plus 3 accouchements par voie vaginale
  • Si la future maman est âgée de 40 ans ou plus
  • Si l’expulsion a au moins duré plus de 100 min ;
  • Et s’il y a eu l’usage de manœuvres instrumentales durant l’accouchement (type forceps…)

 Un périnée altéré présente quelles conséquences après accouchement ?

Les problèmes liés au périnée après accouchement peuvent être nombreux (sans vouloir être alarmiste, c’est toujours dans le pire des cas) : fuite urinaire, sensation de pesanteur, relation sexuelle altérée…

Plus vous présentez de facteurs, plus votre risque est grand. Il est d’observation courante dans les services d’obstétrique, de constater à la visite post-natale, des « descentes d’organes » dans près de 20% des accouchements, surtout après des facteurs de risques tels que : le poids du bébé, le périmètre crânien du bébé ou encore la pression abdominale exercée lors de l’accouchement (une technique pourtant interdite en France !).

 Toutes les jeunes mamans sont-elles exposées aux problèmes liés au périnée ?

Cela dépend de leur exposition aux facteurs précités. Pour faire simple, on peut classifier les jeunes accouchées dans trois catégories.

  1. aucun problème à signaler (30% des cas) : toutes celles qui ont accouché naturellement et qui n’ont eu aucun des facteurs de risque, ou celles qui ont eu une césarienne programmée.
La rééducation est inutile, il suffit de re-tonifier le périnée en faisant régulièrement chez soi les exercices de contraction recommandés, type Kegel.
  2. exposée à un ou deux facteurs de risques ainsi que quelques signes cliniques (40%) : ce sont celles qui peuvent déjà présenter quelques problèmes urinaires ou périnéaux. Alors la rééducation est vivement conseillée, à raison de 10 à 15 séances, deux mois après l’accouchement.
  3. exposée à plusieurs facteurs de risque (30%) : le périnée a été fortement endommagé, ce qui provoque soit des bruits d’air vaginaux importants, soit une sensation de pesanteur abdominale associée à un prolapsus (descente d’organes), soit une forte incontinence urinaire. Il est recommandé de s’adresser à un kinésithérapeute ou une sage-femme spécialisée en pathologie périnéale (ayant donc suivi des formations complémentaires à la prise en charge de cette affection). La rééducation dépasse alors largement les 10 séances classiquement prescrites, jusqu’à 20 à 30 séances, étalées sur un an.

Même si vous n’en ressentez pas le besoin immédiatement, il faut savoir que le traumatisme du plancher pelvien, vécu lors de l’accouchement, va être gardé en mémoire par l’organisme. Avec des premiers symptômes qui peuvent apparaître dès 50 ans, lorsque le relâchement musculaire s’ajoutera à la distorsion des muscles pelviens vécue lors de la maternité. C’est pourquoi, peu importe la méthode choisie, il est important de suivre une rééducation du périnée, même à titre préventif.

Innovo : le choix d’une rééducation douce et accessible

Souvent les jeunes mamans invoquent le manque de temps pour se soucier de la rééducation de leur périnée. D’autres se plaignent d’avoir eu une zone trop endolorie et « exposée », qu’elles préfèrent mettre au repos. Il s’agit pourtant de faire un « dernier petit effort » dans la parenthèse maternité de votre corps puisque l’on considère que la maternité ne cesse pas immédiatement après l’accouchement, notamment lors qu’il s’agit d’allaitement ou de perte de poids (votre corps mettra un temps physiologique à se remettre des transformations). Pour compléter le travail de rééducation que vous effectuerez auprès d’un professionnel dès la sixième semaine, il existe désormais une méthode douce et discrète … à domicile !

Une véritable révolution pour les jeunes mamans qui peuvent désormais être encore plus actives dans leur prise en charge post-accouchement, sans contrainte de rendez-vous en cabinet.

Innovo est basée sur le même d’électrostimulation mais sans sonde. La jeune maman enfile tout simplement deux cuissières qui, munies d’électrodes, stimulent toute la zone du périnée en le contractant.

Christian Monod, de BMR Health (société qui a créé Innovo) va même plus loin : « quand la sonde classique ne sollicite qu’une petite partie du plancher pelvien, Innovo et ses 8 électrodes permettent une stimulation de l’ensemble des muscles ».

La rééducation à domicile de Innovo participe donc au tonus de la zone périnée et donc à lutter efficacement contre les signes de relâchement et les problèmes d’incontinence. C’est le seul traitement externe qui agit en prévention ou en complément de rééducation.

La méthode permet un gain de temps précieux, vous pouvez l’utiliser tranquillement pendant que vous vous adonnez à une autre activité (lecture, ménage…). Et en plus vous n’avez absolument pas mal, si ce n’est la contraction du muscle, et en toute discrétion (car chez vous !).

Retrouvez ci-dessous l’avis de trois jeunes mamans :

La césarienne protège-t-elle le périnée ?

Le rôle protecteur de la césarienne est controversé puisque plusieurs études ne retrouvent pas de différences significatives entre l’accouchement par voie basse et la césarienne.

Ainsi, je recommande à toutes les jeunes mamans, même les césarisées, d’être attentive à la consultation post-accouchement. Quand on sait qu’une bonne prise en charge de l’incontinence urinaire après accouchement diminue le risque d’incontinence à un âge plus avancé.

Voilà, les Mums, vous avez déjà un bon aperçu de la question. Les bases fondamentales autour du périnée, mais ce n’est pas tout : on va vous expliquer aussi toutes les méthodes de rééducation, et les pratiques douces au quotidien… et un témoignage précieux d’une maman après le test du Femifree chez elle.

 

Innovo
Appareil de rééducation et de renforcement du périnée
399,00
Editions Marabout
Livre Périnée, arrêtons le massacre !
20,00

Tags

Partager

4 Commentaires

  1. Très bon article de sensiblisation, mais LA référence question périnée : le Docteur Bernadette de Gasquet (http://www.degasquet.com/), dont je ne saurai trop vous recommander la lecture du livre “Périnée, arrêtons le massacre” (qui fais suite à “abdominaux, arrêtons le massacre”) et “Maternité et bien être”. L’intérêt de son travail est de proposer un changement d’habitude sensible et quotidienne pour agir en prévention …
    Je suis danseuse, je fais beaucoup de yoga et à mon 6 mois de ma première grossesse, je me sens vraiment avertie et consciente de ce qui m’attends dans 3 mois et au delà …

    Estelle
  2. Ah le périnée!! Quel mystère! Petit Paul va avoir 6 mois dans 2 jours (déjà!) et je ne l’ai toujours pas faite. Il faut vraiment que je m’y mette! Y a t-il un délai pour le faire?

    *Laura*
  3. Pour ma première rééducation, je suis allée chez un Kiné: une sonde + un écran. 1 minute d’explication .

    J’ai réalisé mes deux dernières rééducation périnéale avec une sage femme qui m’a appris des exercices à réaliser tout au long de la vie. Les premières séances ont été réalisés manuellement pour bien reconnaître et différencié les zones du périnée, les dernières avec une sonde différente du Kiné, que je peux réutiliser chez moi.

    J’ai le livre du Dc Gasquet mais je le trouve trop technique et difficilement praticable seule. L’aide d’un professionnel reste requis.

    L’important est de bien choisir son Kiné ou sage femme.

    Valérie

Laisse un commentaire

Tu pourrais aimer aussi