Il m’a fallu de nombreux mois pour poser les mots sur cette expérience incroyable. Sans doute parce ce que ce voyage initiatique fut d’abord intime, même si partagé aux côtés de bien d’autres femmes actives et très occupées comme je l’étais. Des femmes auprès de qui une confiance et une proximité se sont instaurées dès la première journée de cette retraite au féminin.

Nous étions très loin de ces retraites et cures detox à frôler le ciel avec nos postures acrobatiques, nous n’étions par contre pas loin d’embrasser les arbres comme d’invoquer la lune. C’est aussi pour ceci, pour les réactions de moquerie inappropriées que ce type de voyage, sans être vécu, génère, que je n’ai pas voulu vous raconter. Mais maintenant, il est temps que vous aussi, ayez la possibilité de savoir et pourquoi pas de planifier ce même séjour, tant il raisonnera longtemps en vous.

Pourquoi faire une retraite

Dans mon cas, j’y allais sans but précis. Je savais que ce bon plan partagé par ma tendre amie (ex-collègue de travail qui s’est reconvertie dans la médecine chinoise après un burn-out) était tout à fait sérieux, porté par des professeurs de yoga qu’elle avait connues en Suisse. Mais son titre, Sanctuary sacred self care for women, à lui seul me parlait : se faire du bien, se reconnecter à soi.

selfcare-retreat-for-women

Pourtant, quelques jours avant que cette retraite ne débute, les organisatrices nous ont demandé d’écrire nos « intentions ». J’ai tenté de griffonner 2/3 lignes dans le train me menant à Eremito, à la dernière minute, sans vraiment prendre ceci si au sérieux. Là où d’autres sortaient le grand cahier et notaient chaque enseignement de cette retraite. Je ne regrette aucunement d’avoir eu cette approche libre, en mode «pause », en réaction à ma vie qui est ultra cérébrale. Dans ma vie pro comme perso, tout est calibré, maîtrisé, souvent contrôlé pour que les émotions ne fassent pas d’esclandre. Alors là, pendant ces 5 jours en Italie, je ne voulais rien savoir, rien anticiper, et juste vivre le moment présent.

Les intentions exprimées par les autres participantes, que je découvrais en arrivant en retard au rassemblement (je vous jure, c’est la faute au réseau ferroviaire italien, mais avec mon look et mon retard, pas de doute, j’étais bien la Frenchie du groupe !), étaient diverses :

  • aborder de manière sereine son accouchement,
  • laisser exprimer sa part de féminité ou la trouver,
  • traverser une séparation/un deuil/une agression sexuelle,
  • ressentir de nouveau la petite flamme en soi
  • reconnecter avec sa propre intuition

Soyons honnête : quand j’ai rejoint le rassemblement, je me suis vraiment demandée où j’avais mis les pieds. Les femmes en partageant chacune leur intention et faisant circuler un coquillage semblaient déjà à fond dans le recueil, dans l’introspection, dans une ambiance hippie et babacool au fin fond de la forêt italienne, avec une maigre connection 4G de surcroit. Je l’avais voulu ma detox digitale !!  J’étais loin de m’imaginer que j’allais suivre aussi facilement le mouvement et faire autant de hugs, moi qui n’y suis pas très habituée.

Coupées du monde

Evidemment, si je me suis inscrite à cette retraite, c’est parce que son programme était alléchant, vendeur, prometteur. Rien de tout cela les Mums !!! Son nom « sacred self-care for women » suffisait à le rendre inspirant, et son lieu, mon dieu, finissait de me convaincre d’y trouver la paix et les éléments indispensables à la reconnection avec soi. Je vous laisse regarder cette vidéo…et vous comprendrez.

Ancien couvent du XIVème siècle dans une réserve naturelle de 3 000 hectares, Eremito n’est pas un établissement hôtelier comme les autres. Situé entre Rome et Florence dans la région de l’Umbria, ce lieu est accessible depuis la gare de Fabro en Jeep (ou vos propres moyens) via des sentiers…c’est le bout de monde et la déconnection totale. Ce qui charmera, c’est aussi tout ceci :

  • Un propriétaire, Marcello, et une équipe aux petits soins, discrets, passionnés, sensibles, proches des gens
  • Des produits frais et bio du jardin et une cuisine végétarienne savoureuse et légère.
  • Aucun alcool n’est servi mais des boissons chaudes, notamment celle du soir à la pomme, délicieuses !
  • Silent dinner : le soir, personne ne se parle durant tout le repas. On entend le feu crépiter, les couverts, l’eau servie dans son verre, et surtout les sens sont mille fois plus en éveil.
  • Aucun wifi, aucune télévision : vous aurez loisir pendant les pauses de vous balader, vous reposer, lire, dessiner…
  • Des chambres « cellule » toutes petites mais si charmantes et si confortables. Rien d’ostentatoire mais pourtant bien des détails qui la rendent unique.
  • Un grand salon décoré de méridienne et gros coussins où se reposer, lire, parler à voix basse.
  • Une très grande salle de yoga pour nos sessions de groupe avec une vue époustouflante sur la vallée.

selfcare-retreat-for-women-eremito-hotel

Les temps forts

Je n’avais aucune idée du programme, aucune idée de que Alexandra, Sheila et Brooke allaient nous réserver le matin, l’après-midi, parfois le soir pendant ces 6 jours (et 5 nuits sur place). Nous nous laissions porter, nous suivions la dynamique de groupe, tout en ayant la liberté de choisir à bien des égards. Voici cependant quelques temps forts de cette retraite :

Yoga matinal. De 7h à 9h. De loin le moment que j’aimais le moins car il fallait se lever tôt et réaliser des postures qui n’ont rien à mes yeux d’ultra reposantes ou confortables (je sais, ce n’est pas le but du yoga !). J’ai fait le job, mais attendais qu’une chose : me retrouver sous la couverture pour laisser mon esprit divaguer puis imaginer la suite…

selfcare-retreat-for-women-yoga-class

Petit-déjeuner healthy : la suite c’est le petit-déjeuner. Tellement beau, frais et bon ! Présenté dans un cadre magnifique, partagé sur des tables d’hôtes. Nous prenions chaque jour le temps de le savourer et de faire connaissance avec les autres femmes de la retraite.

selfcare-retreat-for-women-eremito

selfcare-retreat-for-women-eremito-hotel-silent-breakfast

Promenade et contemplation. Eremito est situé en forêt traversée par une rivière que nous rejoignions presque chaque matin après le petit-déjeuner. La promenade nous y menant était l’occasion d’être vraiment attentive à la nature : croiser un serpent, constater une floraison le lendemain de la pleine lune, toucher la mousse d’un arbre, observer la couleur des pierres…

selfcare-retreat-for-women-walk

Méditation. En pleine nature ou à l’intérieur, bercées par de douces voix et par notre respiration, nous nous concentrions sur le moment présent en essayant de chasser les pensées qui traversent sans cesse notre esprit. Reposant.

selfcare-retreat-for-women-meditation

selfcare-retreat-for-women-meditation-nature

Silent Dinner. Je vous en parlais précédemment. Les dîners en silence sont une signature du lieu. Je n’appréhendais pas le fait de ne pas pouvoir parler avec mes voisines de table, ayant déjà mangé seule lors de déplacements professionnels. Mais là, ce qui est étrange, c’est de manger face à face, les yeux dans les yeux, dans le silence. Alors parfois, on ferme les yeux, on prend à coup sûr davantage le temps de mastiquer, de manger petites bouchées par petites bouchées, d’écouter les moindres bruits de couverts et chuchotements (parce qu’évidemment il y a toujours des tricheurs lol). A coup sûr la digestion est facilitée par ce rapport à la nourriture plus détendu et plus conscient.

selfcare-retreat-for-women-eremito-hotel-silent-dinner

Yoga du rire. Pendant cette retraite, croyez-moi, les larmes vous viennent souvent aux yeux. Pour de multiples raisons : des émotions remontent à la surface (ce fut mon cas dès la première séance de yoga, c’était incontrôlable !), vous traversez au moment de cette retraite une période douloureuse ou écoutez le récit bouleversant de votre voisine de « circle » (le cercle), soit parce que pleurer est libérateur et même joyeux. Bref, il n’y avait aucune honte à pleurer. Comme à rigoler (pendant le yoga du rire, excellent) ou faire rigoler, à être soi. Nous avons dans nos vies tendance à juger très vite les personnes sur leur physique, leur attitude…et à rejeter ce qui « dérangerait » ou sortirait de l’ordinaire. Ainsi dans la pratique de yoga, on n’imaginerait pas des blagues, à un silent dinner, une personne qui vous fasse des grimaces…et pourtant, ces mêmes personnes « excentriques » et blagueuses, mais tout aussi profondes que les autres, ont apporté une saveur bien à elles à ce séjour ensemble.

yoga-du-rire-selfcare-retreat

Danse. Le corps, le rapport au corps, le mouvement en soi. La danse a un pouvoir de reconnection à soi et là a vie incroyable, et nous pousse à oser nous exprimer et occuper l’espace. Au début timides, nous avons laissé tomber la peur du regard de l’autre pour laisser place à l’envie et au plaisir. Et finir sur un “Like a Prayer déchainé”. Well, c’était une reconnection avec mon moi profond !!!

selfcare-retreat-for-women-sisterhood

Pouvoir du féminin. J’ai adoré cette partie car il était évident que nous avions toute une féminité singulière : soumise, enfouie, épanouie, blessée, chouchoutée, assumée…il est rare d’être tout à fait en phase avec elle. En cercle, avec une parole libre, nous avons osé aborder l’intime, la puissance du corps, les tabous, les blessures, les envies…et nous soutenir entre femmes, quelles que soient la génération, la culture, l’histoire de chacune. Souvent accompagnées de douces mélodies choisies par Ayla Schaffner, chanteuse anglaise. « In the shade in my sister gaze, I’m warm, protected and safe…»

Oser dire non comme oui. Nos enfants n’ont aucun mal à l’exprimer. Mais plus tard, cela se complique. Peut-être que nous sommes très à l’aise avec notre conjoint, moins avec notre famille ou dans l’entreprise, sans retenue avec nos amis… ? Pourtant quand c’est « non », c’est « non » ! Osons, avec fermeté et sans violence. Ceci a pris la forme d’exercices en duo, qui n’avaient rien d’évident et devaient se concentrer sur l’essentiel : l’intention verbale et comportementale. A l’issue de ces exercices intenses, où mon regard a du rester longuement dans celui de mon binôme, nous nous sommes jetées dans les bras l’une de l’autre…c’était un grand oui, je crois !

selfcare-retreat-for-women-yoga-care

Care for other. Et faire confiance. Ce n’est pas l’affinité qui nous a amené à former des petits groupes (genre, ce que nous aimons toujours faire : nous sentir en confiance avec les personnes qu’on connait bien, qui nous aime bien…), mais plutôt le ressenti, nos traits de personnalité, nos besoins du moment. Et au sein du petit groupé constitué, nous allions prendre soin de chacune à tour de rôle par le biais de massages et d’effleurages, sans qu’aucune instruction ne soit donnée. A nous d’imaginer ce qui pourrait ressourcer l’autre. Et puis accepter d’être aussi papouillée par des personnes que nous connaissions depuis 2 jours. Des sensations incroyables ont eu lieu. Le corps a été très reconnaissant d’accueillir toute cette bienveillance et cette douceur.

selfcare-retreat-for-women-care-treatment

selfcare-retreat-for-women-massage

Pleine Lune. Elle influence les marées, la nature, notre sommeil, nos humeurs…quand on s’y intéresse de plus près, on apprend que les phases lunaires et celles du cycle menstruel (tous les 2 de 28 jours) sont intimement liées. Lors de la Pleine Lune, plein de rituels sont mis en place pour exploiter la force de la Lune. Nous nous sommes alors retrouvées en soirée toutes autour d’un feu à chanter mais aussi à faire des vœux à la Lune. Esotérique pour certains, initiateur pour d’autres. Cela donne envie d’en savoir plus sur son pouvoir et pourquoi les médecines orientales, chinoises et indiennes, soignent leurs patients en fonction du calendrier lunaire.

selfcare-retreat-for-women-celebration

Celebration. Ce fut la fin du séjour, et elle fut sacrée. Tout en blanc vêtues, nous avons chacune fait nos au revoir à nos sistas, sous une pluie de fleurs, d’étreintes, de rires, de larmes, de mots glissés dans l’oreille.

selfcare-retreat-for-women-ceremony

Je suis partie de ce séjour à la fois libérée et reboostée, mais aussi portée et confiante, avec dans ma tête des souvenirs merveilleux avec ma tendre amie Annette  que j’aime plus que tout, et puis des échanges vraiment chaleureux avec Mathilde, Isabelle, Fabienne, Alma, Morgan et Froukje. Je me souviendrai toujours de nos conversations !

Qui sont ces 2 yogeuses ?

selfcare-retreat-for-women-alexandraAlexandra Macdonald, maman de 3 enfants, est danseuse et yogini. Sa vision du yoga va beaucoup plus loin que de simples postures exercées sur un tapis, il s’agit surtout de la grâce et de la beauté de son incarnation. Pour elle, l’objectif ultime de cette pratique est d’améliorer le bien-être quotidien, la manière dont nous communiquons avec les autres et d’aider dans la prise de décision finale.

Le but de son enseignement est de créer un espace sacré au sein duquel chaque personne peut entrer en lien avec sa sagesse intérieure et son intelligence intuitive. Elle enseigne le Soma Yoga, le Shadow Yoga, le Yoga des Dix Lunes en Suisse et co-anime également des retraites permettant de se ressourcer en Europe et en Australie avec sa collègue Sheila comme à laquelle Christel a participé par exemple.

Parallèlement, elle se forme à la Médecine Traditionnelle Chinoise et conçoit elle-même des huiles thérapeutiques, des essences et des mélanges d’herbes.

selfcare-retreat-for-women-sheila

Sheila Chacko est coach holistique et enseigne le yoga qu’elle pratique depuis maintenant 20 ans. Elle accompagne les personnes sur le plan émotionnel, mental, physique, spirituel mais aussi professionnel. C’est après être devenue maman qu’elle a décidé de se consacrer à une grande cause qui la passionne tout particulièrement : l’émancipation des femmes. Grâce à ses multiples périples à l’étranger, elle a su maîtriser différentes disciplines du yoga et parfaire ses connaissances en termes de spiritualité.

Elle anime des cours de yoga (en groupe ou privé) mais ce qu’elle aime le plus, c’est guider et accompagner les personnes lors de retraites ou d’immersions yogiques.

Son style d’enseignement est basé sur deux facteurs : la reconnaissance du génie inné de l’organisme et la capacité de notre corps et esprit à nous faire passer des messages au travers de nos émotions et sensations. Par le biais de cette pratique, elle encourage l’écoute du corps, son assouplissement et de la capacité d’autrui à puiser dans sa propre force intérieure.

La bonne nouvelle, c’est que suite au succès de cette première édition, Alexandre et Sheila ont reprogrammé une retraite cette année dans le même et sublime endroit en Italie, qui aura lieu du 3 au 8 mai. Vous avez jusqu’au 14 février pour bénéficier de tarifs “early birds”. Etant donné la qualité de ce séjour, tant dans son contenu que son hébergement, son accueil, sa nourriture, je trouve le tarif très très correct ! Il vous faut ensuite réserver vos billets pour rejoindre Rome et à vous l’Italie !

 >> Informations et réservations

Sanctuary 2019 Postcard- compressed.jpeg

L’autre bonne nouvelle, c’est qu’avec Alexandra et Sheila, nous travaillons pour vous proposer cette année la 1ère retraite 100% dédiée au post-partum, PostPartum Self-Care Retreat. Un programme qui sera bilingue permettant d’accueillir toutes les Mums anglophones qui nous suivent en France, comme en Belgique ou en Suisse ! Cela fait plus de 8 ans que nous organisons des rencontres, des ateliers, des conversations autour du féminin après bébé. Notre expérience et nos différents tests de cures nous permettront de concevoir un programme super, dans un lieu que nous allons adorer dénicher pour vous.

Evidemment, comme pour nos événements, les places seront limitées pour offrir un espace d’échange intimiste et une pratique des activités dans le plus grand confort. Vous voulez faire partie des premières informées de cette retraite ? Laissez nous vos coordonnées en remplissant le questionnaire ci-dessous !

Credit photo : Magdalena Janczak