En général, on se fait une joie de ne plus avoir nos règles pendant sa grossesse et pendant l’allaitement, et inversement on déprime de les voir arriver alors qu’on essaie depuis des mois de faire un bébé avec son chéri.  Parfois, les règles nous réservent de sacrées surprises et décharges émotionnelles. On vous aide dans cet article à dénouer le vrai du faux sur les règles et la grossesse, et à mieux comprendre comment le corps peut fonctionner.

Qu’est-ce que les règles ?

C’est vers l’âge de 13 ans qu’arrivent en moyenne les premières règles chez les filles. Chaque corps est différent et elles peuvent donc arriver plus tôt comme plus tard. Avoir ses règles signifie que le corps de la femme se prépare à la grossesse. Les règles marquent la fin et le début d’un cycle menstruel. Il se compose de plusieurs phases : folliculaire, ovulatoire et lutéale. Lorsque l’ovule n’est pas fécondé, l’utérus va expulser l’endomètre et l’ovule et donc provoquer un saignement vaginal que l’on appelle les règles. Cette période dure environ 3 à 7 jours selon les femmes. Un cycle menstruel peut varier d’une femme à l’autre entre 22, pour les plus courts et 35 jours pour les plus longs. Le fonctionnement de notre corps est complexe et parfois même après des années d’apprentissage il peut s’avérer imprévisible.

Si l’arrivée des règles chez les femmes est très souvent le signe d’une absence de grossesse, il n’est pas rare d’avoir quelques… surprises. Décidément notre corps n’a pas fini de nous jouer des tours !

regle-grossesse-3

 Est-ce que je peux tomber enceinte pendant mes règles ?

VRAI. Et oui ! Même si cette situation est assez exceptionnelle, il arrive pour certaines femmes, dont le cycle est très court d’environ 22 jours, que l’ovulation tombe au 8ème jour et rende ainsi possible une grossesse. En effet, la durée de vie d’un spermatozoïde est de 3 à 5 jours, si un rapport sexuel a eu lieu pendant les règles, la fécondation d’un ovule et d’un spermatozoïde peut alors avoir lieu. Si cela reste des cas plutôt rares, sachez que cela existe ! De plus, la date d’ovulation peut quelque peu varier et elle n’est pas toujours ultra précise malgré les méthodes de calcul.

Si vous souhaitez donc tomber enceinte, il est important que vous ayez un suivi régulier et attentif de votre cycle, car votre période d’ovulation peut être tout autre que celle que vous imaginez. Parfois, comme l’a vécu une de nos lectrices après des années d’essai et une fausse-couche, le simple fait de suivre son cycle avec le bracelet AVA permet d’identifier une anomalie et de faire des examens, puis des traitements pour maximiser ses chances de tomber enceinte (lire son témoignage).

Le bracelet connecté Ava permet de suivre votre cycle et de calculer votre période fertile sur base de différents critères physiologiques (température, pouls, sommeil…) qui sont mesurés pendant que vous dormez. Vous pouvez quand vous le souhaitez consulter le tableau de bord de l’application pour mieux comprendre votre cycle, noter les dates de vos règles et les symptômes observés (glaire cervicale, humeur, zones sensibles…). Pour les femmes souhaitant tomber enceinte, ce bracelet leur permet de prendre le temps de s’écouter et de maximiser leurs chances de conception. Retrouvez sur le site l’avis de femmes testeuses sur le bracelet tracker de fertilité Ava.

A noter : Vous pouvez bénéficier de 25 € de réduction sur l’achat d’un bracelet AVA avec le code MTBP25

regles-grossesse-ava-bracelet-connecte-detecteur-fertilite-credit photo Candice Henin Paris

Est-ce que je peux tomber enceinte sans avoir mes règles ?

FAUX et VRAI. Comme évoqué plus haut, l’arrivée des règles marque le début du cycle menstruel : l’ovule n’a pas été fécondé et est donc expulsé avec l’endomètre. En toute logique si il n’y a pas de règles, il n’y a donc pas eu de fécondation donc pas de grossesse. Jusque là tout est clair. Cependant les jeunes mamans allaitantes doivent être néanmoins prudentes… En effet, l’allaitement suspend les menstruations des jeunes mamans jusqu’au retour de couches. Pourtant, il arrive que l’ovulation puisse contre toute attente se produire ! Elle arrive dans les cas suivants : le bébé ne prend pas exclusivement le sein et lorsqu’il a plus de six mois. L’allaitement n’est donc pas un moyen de contraception dans ces cas là et une grossesse peut donc avoir lieu. C’est pourquoi nous conseillons aux jeunes mamans d’en discuter avec leur gynécologue ou sage-femme afin de trouver le moyen contraceptif le plus adapté.

Est-ce que je peux avoir mes règles pendant ma grossesse ?

FAUX mais aussi VRAI… Tomber enceinte signifie souvent pour beaucoup de femmes l’arrêt des menstruations pendant 9 mois et parfois la stupeur et l’angoisse s’invitent lors des premiers mois de grossesse dès l’apparition de saignements. Plusieurs explications :

Les règles anniversaire : les saignements pendant la grossesse

Différentes études ont été menées et il apparaît que de nombreuses femmes soient confrontées à ce que l’on appelle des “règles anniversaire”. Il s’agit de saignements qui surviennent à la date où vous auriez dû avoir vos règles si vous n’étiez pas enceinte. C’est pourquoi ces saignements portent ce nom. Ils sont également connus sous le nom de “métrorragie” qui signifie “des saignements en dehors des règles menstruelles”. Cependant, les “règles anniversaire” ne portent que le nom puisqu’elles sont souvent différentes de vos menstruations “habituelles”. La couleur est plutôt marron que rouge, la quantité plus faible et la durée de ces saignements est plus courte (1 à 2 jours). Ces saignements peuvent également être à l’origine des petits hématomes qui se résorbent et créent donc une perte de sang. Lors de la nidation de l’oeuf dans l’utérus, celui-ci devient plus sensible et peut donc réagir lors d’un rapport sexuel ou d’un touché vaginal.

Que faire lorsque cela vous arrive ? Il est tout à fait normal de paniquer et d’être angoissée en découvrant ces saignements. Par principe, tout saignement pendant la grossesse nécessite une consultation. Il faut donc ne pas attendre pour en parler et consulter votre praticien. Des examens plus poussés (palpation de l’abdomen, examen du col de l’utérus, test de grossesse) pourront être réalisés pour veiller au bon déroulement de votre grossesse et surtout vous RASSURER !

Le déni de grossesse

Il n’arrive pas qu’aux autres, non. Ce phénomène que la médecine a souvent du mal a expliquer touche environ 800 à 2 000 femmes chaque année en France. C’est peut-être peu mais ça n’en reste pas moins non négligeable ! Le déni de grossesse est le comportement de négation inconscient du fait d’être enceinte. Le psychique joue beaucoup au quotidien et dans le cas du déni de grossesse il “surpasse” tout. Ce phénomène inhabituel se présente sous deux formes : le déni total qui perdure jusqu’à l’accouchement et le déni partiel qui intervient avant l’accouchement. Dans les deux cas, la femme n’a aucun symptôme (nausée, prise de poids…) et les règles surviennent tous les mois comme à l’accoutumée. Difficile de croire qu’un petit foetus s’est logé dans l’utérus et évolue sans que personne ne puisse le soupçonner. Pourtant, il y a quelques explications. Le bébé peut se loger en position debout dans l’utérus et se coller à la colonne vertébrale. Ainsi la future maman ne peut pas le sentir bouger. Lors d’un déni de grossesse partiel, lorsque la grossesse est révélée avant l’accouchement, le corps reprend le contrôle et les femmes peuvent alors en quelques jours voir leur ventre s’arrondir et le foetus prendre sa place initiale. Le déni de grossesse touche plus souvent des femmes dont les cycles menstruels sont désordonnés (l’ovulation n’intervient jamais à la même date ou même ne se fait pas tous les mois).

regle-grossesse-2

Il y a quelques jours nous avons été touchées par le témoignage poignant de Roxane une jeune maman de 28 ans qui a livré son récit de déni de grossesse dans le podcast de Bliss Stories. C’est avec émotion qu’elle revient sur la découverte de sa grossesse, l’accompagnement de sa gynécologue, la réaction de son compagnon, de ses proches et toutes les questions et appréhensions qui lui sont venues à l’esprit. Aujourd’hui le petit Léandre a 3 ans et des parents épanouis qui l’aiment plus que tout. Le récit de Roxane est à écouter pour les jeunes mamans qui peuvent se reconnaître dans cette situation mais également pour toutes celles à venir.

Nous espérons que cet article vous a permis d’y voir plus clair. N’hésitez à consulter tous nos articles sur le Désir d’enfant mais également tous nos articles sur le cycle menstruel féminin !

Article – partenaire