En même temps, vous êtes loin d’être idiot (la preuve, vous lisez ces lignes), vos collègues déjà parents vous en ont parlé à la machine à café : une nouvelle vie vous attend en devenant papa. Ce n’est pas un scoop si on vous dit que la maternité et donc la paternité, ça change bien des choses dans un couple.

Mais ce que vous savez peut-être moins c’est que le changement, c’est… maintenant (on ne pouvait pas ne pas la faire) : dès la grossesse de votre chérie, donc. Que se passe-t-il exactement ? Quelles transformations – et pas uniquement physiques – allez-vous voir apparaître ? Et comment y faire face ? Passons en revue ce qui vous attend. Histoire d’être bien briefé et de réagir en conséquence.

Changement physique

Comme vous êtes très observateur, vous avez remarqué quelques modifications physiques chez votre bien-aimée. Que les choses soient claires, c’est en partie votre faute, alors tâchez d’y aller molo dans les remarques. Oui, elle a pris de la poitrine, mais elle peut être douloureuse. Oui, elle prend du ventre, mais pas que. Soyez délicat et prenez sur vous si vous trouvez que cette prise de formes est un peu trop rapide à votre goût. La nature fait bien les choses et les petites réserves sont là pour « nourrir » le futur bébé. Et toc.

Vos relations intimes vont également prendre, au fur et à mesure de la grossesse, une autre dimension. Parfois, les futurs pères ont peur de faire mal au fœtus. Nous tenons une fois encore à vous rassurer : toutes les études ont démontré que ce dernier, bien à l’abri, ne sentira rien. Tout juste si son rythme cardiaque sera très légèrement modifié, et sans conséquence négative, si sa maman parvient à l’orgasme. Cependant, si pour des raisons médicales, les relations sexuelles sont proscrites, vous saurez sans aucun doute vous adapter et trouver des parades également fort agréables.
Beaucoup de futurs parents voient leur vie intime modifiée pendant la grossesse. Là encore, ne culpabilisez pas, tout reviendra dans l’ordre dans quelques mois, quitte à vous faire aider si cela est vraiment nécessaire, par le corps médical.

Changement de vocabulaire

Bon sang, depuis quelques semaines, vous avez l’impression de vivre sur une autre planète : votre femme qui, jusque là, s’exprimait fort bien, prononce des mots incompréhensibles ! SA, gigoteuse, DPA, épisiotomie, portage physiologique…
Voici ceux que vous avez réussi à décrypter.
Votre femme est enceinte. Avec ce nouvel état, tout un monde vient à vous, peuplé de médecins (gygy), de copinautes (amies virtuelles enceintes également), de dates (SA : semaine d’aménorrhée, en gros, nombre de semaines depuis lesquels votre moitié n’a plus eu ses règles. DPA : date présumée d’accouchement, le D Day quoi), et autres termes techniques du domaine de la puériculture. Jusqu’à présent, vous saviez qu’il faudrait acheter une poussette. Vous découvrez qu’il faut aussi faire des valises (de maternité), des lessives de « bodies » et de «dors-bien » pourtant neufs et payer pour deux ou trois autres bricoles. Hum.
NDLR : un dors-bien est en fait, un pyjama. Oui, vous allez vite comprendre que les marketeurs ont vite fait de semer des pièges sur ce chemin sinueux qui mène à la paternité décomplexée.

Changement d’humeur

Comme si vous n’étiez déjà pas assez perdu comme ça, voilà que votre chérie se prend pour une actrice en casting qui doit jouer en quelques minutes plusieurs rôles bien différents :
Tour à tour hystérique, zombie, épuisée, triste, joyeuse, grognonne… il y en a peut-être pour tous les goûts, mais ce n’est pas vos nerfs qui vont apprécier. Au contraire, vous ne savez plus à quel saint vous vouer !
La bonne excuse est toute trouvée (en plus d’être réelle) : votre femme porte un bébé et pour se faire, son corps fabrique des hormones particulières, dont on peut difficilement maîtriser le dosage. On appelle ça des dommages collatéraux. Prenez votre mal en patience et rassurez le plus possible votre chérie quand elle en a besoin.

Changement de rôle(s)

En atelier de préparation à l’arrivée de bébé nous aimons préciser que les mamans ont 9 mois (à peine) pour se faire à l’idée qu’elles vont devenir mères. Et bien c’est pareil pour le papa. Ces mois d’attente sont bel et bien là pour que, doucement, mais sûrement, vous preniez votre place, que vous preniez votre nouveau rôle en main. Un rôle ou… des rôles ? En tout cas pendant la grossesse, vous serez tour à tour mari, amant, ami, confident, ennemi (bah si, c’est douloureux les contractions), mais aussi, on y pense moins:

  • personal shopper : pour les envies improbables à satisfaire 24h/24
  • futur père (tout de même) : pour la reconnaissance anticipée de ce petit être si vous n’êtes pas mariés afin d’établir dès la grossesse, la filiation entre le père et l’enfant.
  • aide de camps : pour l’aider à mettre ses chaussettes et à la lever du fauteuil
  • accompagnateur en sortie médicale : échographie, visite de contrôle, mais aussi préparation à l’accouchement.

Et puis, chers futurs papas, nous terminerons par la dernière grande nouvelle. Vous allez devoir, déjà, apprendre à partager votre chérie. Elle fabrique un bébé, le vôtre, et suite à ce phénomène, elle va faire entrer des personnages secondaires dans votre vie : belle-maman (youhou), les copines… la future maman aime, pardon, adooooooore partager… et du coup il va falloir vous faire une place pour faire passer vos préférences niveau prénom, déco et autres achats.

Si vous saviez… même votre place dans le lit conjugal, vous devrez le partager.
Ah non, pas pour laisser une place à bébé (ça c’est pour après, cela s’appelle le « cododo »). Non, non, en attendant bébé, il y a déjà LE coussin d’allaitement de votre chérie. Mais si, vous êtes confortable vous aussi, c’est pas ça… imaginez-vous juste avec un énorme ventre (ah c’est déjà le cas ? rho… je plaisante), bref, s’allonger dessus n’est pas chose aisée. L’idéal pour votre femme actuellement c’est de dormir sur le côté, le ventre contre le coussin et une jambe par-dessus.

Allez, hauts les cœurs les papas, c’est « que » du bonheur.