La rentrée ce n’est pas QUE pour les écoliers ! C’est aussi en septembre que sonne la cloche de l’entrée à la crèche ou des débuts avec la nounou ! Parlons de ce moment où votre bébé et vous allez devoir vous séparer pour quelques heures. Ce moment où une autre personne que vous, chère maman, va s’occuper – très bien aussi – de votre tout petit.
À 2 mois, à 8 mois ou même un peu plus tard encore, la grande première journée approche; vous êtes angoissée depuis des semaines. Cela ne changera malheureusement rien, à part, peut-être, troubler aussi votre bébé.

La 2ème grande séparation

La naissance est naturellement la première séparation physique importante entre un bébé et sa mère. Ça y est, votre tout petit est prêt à voir le monde, à être alimenté autrement, à respirer seul. Cependant ce nourrisson a toujours besoin de vous de manière quasi permanente et vous restez près de lui de longues semaines, pour certaines quelques mois même !

Mais il y a bien un jour où vous devez reprendre le travail ! La question du mode de garde s’est posée, vous avez trouvé une solution qui, j’espère, correspond à vos besoins. C’est l’heure de confier votre bébé… à une autre : puéricultrices en crèche, au domicile d’une assistante maternelle, ou chez vous avec une auxiliaire parentale (nounou).

L’étape est importante, il est normal de l’appréhender. Vous ne faisiez qu’un avec votre enfant, il va falloir désormais faire confiance à une personne « étrangère », et … le perdre de vue, de bras, de longues heures quotidiennement.

Les séparations bénéfiques à l’enfant

J’ai du mal à le penser à 100% pour les petits de 2 mois. Mais pour l’avoir vécu avec ma fille de 8 mois, je suis sincèrement persuadée que les séparations sont bénéfiques pour le développement de l’enfant. Il va découvrir un autre lieu, expérimenter d’autres façons de faire, il va devoir s’adapter, va pouvoir comparer, les plus grands comprendront d’ailleurs très vite, à et parfois à notre insu, que les règles sont différentes avec ses parents et à la crèche.

La première fois que j’ai laissé ma fille, âgée de 8 mois donc, à la nounou, j’étais terrifiée : allait-elle savoir la coucher pour la sieste? Ma puce allait-elle bien vouloir manger dans cette nouvelle chaise haute, différente de la nôtre ? Etc. Je me suis retenue de ne pas donner trop d’indications sur le rythme et les habitudes de ma fille. J’ai pensé qu’il fallait que je fasse confiance et que je ne vexe surtout pas la nounou dès son premier jour !!
Et devinez ? Eh bien tout s’est merveilleusement bien passé ! Ma fille était contente de me retrouver, mais elle a tendu les bras… à la nounou !
Gloups.

Un âge idéal ?

Y a-t-il un âge plus adapté à cette première grande séparation ? Un âge où bébé vivra vraiment bien cette période ? Difficile à dire… de toute manière, nous n’avons en général pas le choix ! Si par hasard, vous l’avez et que, notamment, vous prenez un congé parental pour prolonger de quelques mois votre congé maternité, on dit que la période des 7/9 mois de bébé avec la fameuse « crise des 8 mois », n’est pas propice.

En effet, c’est à cette époque que bébé prend justement conscience de son individualité et qu’il se rend désormais compte de la séparation. On joue d’ailleurs beaucoup avec lui au « coucou/caché », qui lui montre que même si maman se cache, maman réapparaît toujours. Durant cette petite crise, qui peut parfois passer inaperçue et d’autres fois bien se faire sentir (réveil nocturne, difficulté d’endormissement, problème d’alimentation…), il faut rassurer l’enfant, lui dire où l’on va, quand on revient et garder son calme et sa patience devant ses pleurs. C’est en général à cet âge que bébé ne vous laisse plus aller faire pipi toute seule !

La période d’adaptation

Pour tous les modes de garde, une période dite d’adaptation est prévue. Il s’agit de laisser l’enfant progressivement à sa nourrice de quelques minutes à plusieurs heures, tout ça donc étaler sur une semaine environ.

Que les choses soient bien claires : la période d’adaptation, c’est pour les parents hein ! Si si, l’enfant lui, surtout s’il est tout petit, n’y voit que du feu. Lui, tant qu’il est chouchouté, nourri, changé, distrait et bien conscient que sa maman revient le chercher plus tard : ça lui va.
Les enfants s’adaptent honnêtement très bien. Surtout si vous avez pris soin de lui parler, sans dramatiser surtout ! La reprise du travail, la garde, la séparation, cela fait partie… de notre vie, de sa vie donc ! Tout est normal et naturel, pas la peine d’en faire un plat ! Votre bébé vous fait confiance : donc si vous êtes sereine, il le sera.

Faire confiance, déléguer, ne pas se vexer

Chères mamans, pour bien réussir ce cap de votre côté, quelques conseils que je sais ne pas être toujours faciles à appliquer, cela dépend aussi beaucoup de votre personnalité et votre rapport à la maternité, mais :

  • Faites vraiment confiance à la ou les personnes qui vont s’occuper de votre enfant. Prenez pour ça le temps de la choisir, dans la mesure du possible, faites des essais, recréez des situations précises pour voir comment elle réagit. Votre bébé sentira que vous le confiez avec « légèreté », ce point est essentiel.
  • Déléguer : encore et toujours. Non, elle ne fait pas comme vous. Et alors ?! Vous n’auriez pas donné la purée de haricot avant la purée de carotte. Et alors ? Si les règles d’hygiène et de sécurité ou les recommandations spéciales et indispensables à suivre sont respectées par la personne : tout va bien. Laissez votre bébé expérimenter autre chose. Vous verrez, il en sera encore plus riche et curieux des autres !
  • Ne vous vexez pas. Souvent, bébé, ce coquin, va vous faire payer votre retour tardif ou votre absence de la journée. Ils sont ainsi. Il vous aime, tout simplement. Mais il est parfois un peu rancunier. Alors… il va se mettre à hurler au moment où vous venez le chercher. Il va s’accrocher à sa nounou, faire une colère ou « juste » vous bouder ! Ca fait mal, je vous le confirme hein. Mais forcez-vous à ne pas le prendre mal. Il tourne la tête en vous voyant ? Hop, dites-lui que vous êtes contente de le retrouver et envoyez-lui un petit bisou de la main. Parlez-lui, confiez-lui qu’à vous aussi, il vous a manqué un peu et que vous comprenez qu’il soit un peu triste ou mécontent. C’est un petit être, il a déjà ses sentiments, et il faut les respecter. De votre côté, protégez-vous : c’est normal ! Votre bébé ne vous déteste pas car vous travaillez : au contraire, il vous montre – maladroitement – à quel point il tient à vous.

N’hésitez pas à partager en commentaires vos impressions, vos expériences et à poser vos questions, je serais ravie de vous lire également sur ce sujet !

Crédit photo : Babilou