Vous avez perdu le gros ventre depuis l’arrivée de bébé, mais vous avez encore quelques bourrelets qui font de la résistance ? Si les courbes de la femme enceinte sont magnifiques, celles de la maman post-accouchement rencontrent moins de succès devant votre miroir. Et si vous vous repreniez en main en vous faisant aider d’un nutritionniste ? Le Dr. Pierre Nys, nutritionniste et endocrinologue, auteur du « Régime IG métabolique » (aux Editions Leduc.s), nous explique comment un suivi post-grossesse peut faire toute la différence…

Quelle est la prise de poids idéale pendant la grossesse pour retrouver plus rapidement sa silhouette ?

Tout dépend de son poids d’avant. Plus vous aviez des problèmes de surpoids avant la grossesse, plus il faudra faire attention pendant, car la prise de poids risque d’être plus importante. En moyenne, il faudrait prendre un kilo par mois les six premiers mois puis, deux kilos les trois derniers mois. Ce qui revient à une moyenne de 12 kilos pendant la grossesse. Au-delà vous risquez d’avoir plus de mal à perdre rapidement vos kilos.

Si une femme est en surpoids avant la grossesse, quelle attitude doit-elle avoir pendant ?

Il y a cette croyance populaire qui consiste à dire qu’une femme enceinte doit manger pour deux pendant la grossesse et qu’elle ne doit surtout pas faire de régime. C’est faux ! Les femmes enceintes qui veulent (et doivent pour certaines) contrôler leurs poids par un régime hypocalorique le peuvent tout à fait, sans danger pour le fœtus. Le but étant de calibrer l’alimentation et de pouvoir limiter les conséquences des pulsions alimentaires difficiles à refreiner durant cette période. La prévention est alors nécessaire et pas dangereuse, à partir du moment où elle est encadrée et ne provoque pas de carences. D’autant plus qu’une surcharge pondérale peut avoir de lourdes conséquences pendant la grossesse entrainant diabète gestationnel ou encore des problèmes de rétention d’eau.

Après l’accouchement, à partir de quand doit-on se soucier de sa ligne ?

Mieux vaut attendre le retour de couches (de 3 à 6 semaines après l’accouchement) pour s’attaquer au problème. Le temps que les hormones se régulent, car elles ont tendance à favoriser un mécanisme de stockage de l’organisme. En période d’allaitement, on ne s’impose pas de régime également car les dépenses énergétiques sont trop élevées et les besoins caloriques du bébé aussi. Dans ce cas, on a effectivement le droit de manger pour deux ! Je conseillerais alors à une jeune maman d’attendre environ trois-quatre mois avant d’entamer un régime. Il faut comprendre que plus on tarde à perdre ce poids, plus dure sera la tâche…

Le régime est alors la seule solution pour perdre du poids ?

Tout dépend du nombre de kilos à perdre. Une maman qui est encombrée de cinq petits kilos disgracieux doit se focaliser sur un recalibrage alimentaire qualitatif (choisir les bons aliments et se débarrasser de quelques mauvaises habitudes). Si elle a plus de six kilos, alors je prévois en effet une restriction quantitative. Elle ne doit pas être trop importante, ni trop soudaine au risque de modifier l’organisme et le bloquer dans la perte de poids.

Quelles erreurs les jeunes mamans font le plus fréquemment dans leurs habitudes alimentaires ?

Deux pièges sont assez récurrents. D’abord la facilité des plats cuisinés, par manque de temps et de disponibilité. Ce sont des plats saturés en gras et en sel et donc à éliminer catégoriquement de l’alimentation lorsque vous devez perdre du poids. Autre piège : la jeune maman, préoccupée par son stress, surmenée par des nuits pas toujours reposantes, va souvent avoir la tentation de sauter le petit déjeuner. Cette carence calorique dès le matin va avoir de mauvaises répercussions sur tout le reste de la journée.

Comment se passe une consultation chez un nutritionniste ?

D’abord, le médecin recherche une éventuelle cause médicale à la prise de poids. Comme un déséquilibre de la thyroïde ou des raisons hormonales. Si cette hypothèse est écartée, le médecin va alors, à travers un questionnaire très précis, tenter de comprendre ce qui se passe au niveau diététique au quotidien. Une simple modification d’une mauvaise habitude alimentaire suffit pour que tout revienne à la normale (ex : les mamans qui grignotent trop souvent, faute de temps pour se faire à manger et qui focalise tout sur le diner). Le médecin propose ensuite un programme alimentaire adapté à la jeune maman qui se compose d’abord d’une phase de rééquilibrage alimentaire (mangez de justes doses et de façon variée), puis si cela ne suffit pas, on passe à une restriction alimentaire. La patiente revient tous les 15 jours ou tous les mois pour qu’on fasse le point, qu’on mesure les résultats et éventuellement, on évalue les ajustements à apporter.

Pourquoi conseiller à une jeune maman de se faire suivre par un nutritionniste ?

Une femme, qui poursuit un régime seule, peut s’exposer à des carences et à un manque de résultat sur le long terme. Par exemple, certaines pensent qu’elles doivent obligatoirement éliminer les féculents ou les protéines de leur alimentation, alors que ce sont des nutriments tout aussi essentiels au bon fonctionnement de l’organisme. Un médecin peut non seulement faire perdurer la perte de poids, et aide aussi à l’acquisition de bonnes habitudes alimentaires nouvelles qui deviennent des acquis, les mieux adaptés au mode de vie de la jeune maman. Et ainsi éviter une nouvelle prise de poids trop importante pour de prochaines grossesses…

Le dernier mot de Karima

J’avoue que pour ma part, j’aurais vraiment dû consulter pendant la grossesse, car j’étais bien (bien bien) loin des un kilo par mois. Avec un bilan de + 20 kilos (au 8ème mois, j’ai arrêté de compter, je ne pouvais plus!), j’ai mis près d’un an pour perdre mes kilos. Je me suis jurée que pour la prochaine grossesse, on ne m’y reprendra plus! Et vous, les filles ça se passe comment sur votre balance?