Il y a la mode des box, il y a aussi la mode des coachs… Sans tomber dans le coaching à tout prix, on ne peut pas nier qu’il y a des moments dans notre vie de femme et de jeunes mamans, où l’on peut en effet avoir vraiment besoin d’aide. Et qu’elle s’appelle coach, psy, copine ou conseillère, cette tierce personne peut faire beaucoup pour notre bien-être personnel et/ou professionnel.

L’arrivée d’un bébé peut très naturellement fragiliser un terrain parfois déjà mouvant. Cela peut se produire dès la grossesse. Ces longs mois d’attente durant lesquels se bousculent 20 milliards de questions (oui, j’ai compté).

Qui suis-je ? Que vais-je faire ? Comment gérer ma carrière ? Pourquoi ai-je peur ? En voici déjà des questions courantes, partagées par de nombreuses jeunes femmes !

Nous avions déjà parlé de la reprise, parfois difficile, de l’activité professionnelle. C’est à la suite de cet article que nous avons eu l’idée d’aborder plus en détail ici, le phénomène des coachings. Professionnel, mais aussi personnel. Pour cela, je me suis entourée de deux pro, justement, afin d’aborder sérieusement ce sujet et nous aider à comprendre leurs missions. Je pense que beaucoup se reconnaîtront dans les profils des mamans qui “consultent”. Moi la première…

Garance Yverneau, fondatrice de 5A Conseil, consultante, formatrice, coach

 Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots votre métier de coach ?

J’accompagne les femmes qui souhaitent entreprendre un changement dans leur vie, qu’il soit d’ordre professionnel ou personnel. Il arrive parfois que nous traversions une période de doute ou de difficulté dont on n’arrive pas à se sortir seul. Le coach vous permet alors de clarifier une situation, d’identifier vos objectifs, de lever vos freins et de vous mettre en action. Ce travail est centré autour des valeurs telles que la bienveillance, la confidentialité et le respect mais également de professionnalisme. Un bon coach est toujours un professionnel de la relation d’aide, formé à des techniques éprouvées. Son écoute, ses techniques d’entretien et son regard extérieur permettront à la personne de résoudre sa problématique.

Vous vous êtes spécialisées auprès des femmes, pourquoi ?

Ce positionnement est un choix personnel. Étant également consultante en bilan de compétences, je constate chaque jour à quel point les femmes éprouvent des difficultés à s’affirmer et à se valoriser. Les chiffres nous le prouvent : une femme attend de posséder 100 % des compétences requises pour postuler à un poste contre 50 % pour les hommes et le salaire net moyen des femmes est d’environ 25% inférieur. Elles mettent en place sans le savoir des mécanismes d’autocensure qui les freinent dans leur vie privée et professionnelle. Mais cela n’est pas insurmontable, le coaching peut leur permettre de dépasser leurs pensées limitantes. Je viens d’écrire un mémoire sur ce sujet, plusieurs études prouvent l’efficacité de ces techniques concernant ces problématiques. De plus, les femmes vivent de nombreux bouleversements dans leur vie : grossesses, interruption de carrière, etc.

A qui conseillerez-vous vos services ?

Nos services sont particulièrement adaptés à des femmes qui souhaitent changer ou évoluer dans leur vie, sans trop savoir comment s’y prendre… Cela peut être pour clarifier une situation floue, dépasser et résoudre une problématique ponctuelle ou récurrente, réussir une reconversion professionnelle, ou tout simplement apprendre à
mieux articuler sa vie personnelle et professionnelle. Cela peut concerner également des femmes qui souhaitent dénouer un conflit ou optimiser leurs comportements : mieux communiquer, mieux gérer leur temps, mieux gérer leur stress et de manière plus générale leurs interactions avec les autres. Face aux divers bouleversements qu’elles peuvent vivre (grossesses, difficulté à concilier vie pro/vie privée, prendre sa place professionnellement…), le but est avant tout de leur permettre d’avoir une vie plus épanouissante et de se réaliser pleinement.

J’imagine que le changement n’est pas immédiat et radical, mais que peut-on retirer assez rapidement comme résultat après ces séances ?

L’un des intérêts du coaching est sa limitation dans le temps, ce type de prestation dure en effet une dizaine de séances en moyenne. De plus, le coach encourage l’autonomie de son client pour qu’il puisse à l’issue du coaching mettre en œuvre ses propres solutions durables.

Enfin, le coaching est régi par un contrat qui détermine les objectifs et les indicateurs de résultats. Le client peut ainsi constater de manière assez rapide les bénéfices obtenus en réponse à sa problématique.

Pouvez-vous nous donner une idée de tarif pour bénéficier d’un bon coaching ?

Une séance de coaching coûte 95 €. C’est un budget, mais à nouveau, la cliente et le coach décident conjointement et contractuellement de la durée du coaching. Ainsi, la cliente a une visibilité sur la durée et le coût total de la prestation. De plus, le coût psychologique, familial et social, peut parfois être beaucoup plus élevé lorsque l’on est enlisé dans une difficulté que nous n’arrivons pas à dépasser… Cet accompagnement permet une amélioration de sa qualité de vie par la résolution de ce problème, cela peut donc valoir le coup d’investir. Dans le cas d’une reconversion professionnelle, nous pouvons proposer un bilan de compétences qui a l’avantage de se faire sans l’accord de l’employeur et d’être pris en charge à 100 %.

Et sur les aspects plus personnels…

De son côté, Hélène Bedel, aide les femmes d’un point de vue plus personnel. Elle n’aime pas trop le mot “coaching” et préfère employer le terme, plus doux, de “soin”. Son objectif est d’apprendre aux gens à prendre soin d’eux. Elle agit à la fois sur le mental, les émotions et les énergies.

Plusieurs types de profils s’adressent à elle :

  • des femmes qui n’ont jamais travaillé leur spiritualité, leur réflexion, elles sont donc “inconscientes”. Il peut s’agir ainsi d’une maman stressée, ne sachant pas gérer cet état. Un travail est donc mis en place, à la fois sur le corps (relaxation, danse, etc) pour se reconnecter à ses sensations et sur l’esprit avec un travail analytique et mental. L’idée étant bien sûr d’arriver à harmoniser le corps et l’esprit.
  • des mamans, ou futures mamans qui, du fait de leur état, voient remonter des choses liées à leur propre enfance, et à leur relation avec leur propre mère. Ces périodes sont sources d’opportunités pour se reconnecter avec des choses très profondes. La grossesse est en effet un moment de reconnexion avec notre passé. Hélène propose alors un accompagnement sécurisant. L’objectif est que la femme puisse se pencher sur ces problèmes, ces questions, sans être seule. L’alléger en douceur, afin qu’elle accepte ce qui vient, ce qu’elle est sans tourner en rond sur ses soucis.

Hélène propose aussi durant ses séances un accompagnement des femmes dans leurs rituels quotidiens. En les revisitant, pour faire la même chose MAIS de manière plus consciente. Pourquoi ne pas profiter par exemple d’un trajet de 10 minutes à pied pour méditer en mouvement ? Elle aide les mères actives, débordées à trouver du temps, de l’espace pour elles. En douceur, toujours.

Ce qui est important à retenir de ces deux témoignages : la nécessité absolue de prendre du temps pour soi, de se faire aider pour sortir du cercle vicieux de ces questions qui nous pourrissent la tête, de se prendre en main pour faire le point de ses compétences, trop souvent oubliées, à tort. Des professionnelles existent, quels que soient leurs noms ou leurs titres, leur mission principale est bien d’être cette tierce personne qui vous fera du bien. Il est normal de demander de l’aide. Je peux vous certifier que cela fait un bien fou, d’échanger, de se confier, de se reconstruire, à l’aide de quelques séances et d’exercices personnalisés.

Qu’en pensez-vous ? J’ai hâte de lire vos avis et vos témoignages. En attendant, je remercie Garance et Hélène pour le temps qu’elles m’ont accordé pour la préparation de cet article.

Crédit photo : Garance Yverneau, fondatrice de 5A Conseil