Vous avez le projet de tomber enceinte, mais qu’est ce que vous vous sentez épuisée ! Entre le boulot, le sport, les amis, la famille, le changement de saison, vous ressentez le stress vous envahir et votre désir d’enfant prend souvent le dessus dans vos pensées. Et si le stress physique et l’infertilité étaient étroitement liés ? Comment le surmenage peut avoir une influence sur vos projets de conception ? On vous donne quelques pistes pour mieux comprendre votre fatigue et son possible impact mais aussi comment vous extraire de ce rythme.

Faites le choix de ne plus subir la fatigue !

On a plutôt tendance à s’accommoder de la fatigue qui s’installe jour après jour au point de ne plus en écouter les signaux. Baisse d’énergie, irritabilité, mauvaise concentration, maux de tête ou/et de ventre, picotement dans les yeux… bref autant de symptômes qui sont des alertes de l’organisme. Quand vous puisez dans vos réserves d’énergie, vous faites alors un petit break, le temps d’une grasse matinée ou d’un dodo à 22h, pour reprendre de plus belle dans le rythme infernal quelques jours plus tard. Tout ceci vous parle ? Alors vous êtes peut-être atteinte de fatigue chronique, qu’il faut prendre au sérieux, d’autant plus si vous prévoyez de faire un bébé. Car il est difficile de demander à son corps, cette prouesse naturelle, si vous-même, vous ne parvenez pas à être réceptive.

Alors bien sûr, toutes les femmes fatiguées n’ont pas de problèmes de fertilité ! Pour autant puisque vous êtes dans une démarche de conception, et que vous êtes enclin à être à l’écoute de votre corps, autant agir en précaution. Avant de se remettre en question sur ses capacités à concevoir, ou celles de son conjoint, il suffit souvent d’en revenir au basique à savoir : avoir une bonne hygiène de vie. Et elle passe par le sommeil et la nutrition qui sont de bons socles pour s’assurer des cycles d’ovulation réguliers et des nidations optimales.

Quand la fatigue s’accumule, la répercussion est directe sur les troubles hormonaux.

Réduisez l’hormone du stress

Le cortisol est une hormone produite par les glandes surrénales lorsque votre corps est stressé. C’est ce qui provoque la réaction de «combat ou de fuite», qui s’engage lorsque votre corps se sent menacé. C’est excellent dans les situations d’urgence, mais de nombreuses personnes éprouvent quotidiennement une réaction de «combat ou de fuite» en réponse à des facteurs de stress au travail et à la maison.

Lorsque vous êtes soumis à un stress constant, les niveaux de cortisol augmentent continuellement, parfois au point où la capacité de votre corps à supporter ces niveaux est supprimée. Dans ces cas, la fatigue surrénale s’installe et un grave épuisement peut en résulter.

Pour produire du cortisol, votre corps a besoin de progestérone, qui est généralement utilisée pour soutenir une muqueuse utérine saine, faciliter l’implantation de l’embryon et aider à maintenir la grossesse.

Lorsqu’une trop grande quantité de progestérone est convertie pour produire du cortisol pendant le stress, il n’en reste pas assez pour soutenir votre fertilité.

Vos glandes surrénales (la source de cortisol) sont également chargées de produire des hormones sexuelles telles que la DHEA, la testostérone et les œstrogènes. Ces hormones peuvent toutes être perturbées par la fatigue surrénalienne, entraînant des changements dans la menstruation, la libido et la fonction sexuelle chez les hommes et les femmes.

Et oui si vous n’avez aucune envie de câlins quand vous êtes ultra stressée, ce n’est pas juste dans votre tête, c’est bien le résultat d’un processus physiologique !

conception-fatigue-stress-ava-mumtobeparty

Et si c’était la thyroïde ?

La thyroïde est l’un des organes les plus importants pour réguler l’énergie et le métabolisme. Quand il ne fonctionne pas correctement, une maladie appelée hypothyroïdie peut se développer. L’hypothyroïdie toucherait entre 4 et 8% de la population, avec une prépondérance féminine (8 femmes pour 1 homme).

La fatigue et la prise de poids sont parmi les principaux symptômes de l’hypothyroïdie. De plus, une thyroïde saine est nécessaire à l’ovulation, au développement normal du fœtus et à la prévention des fausses couches. De nombreux spécialistes de la fertilité croient que même un dysfonctionnement thyroïdien très léger peut avoir de graves conséquences sur la fertilité. Si vous souffrez de fatigue ou que vous n’êtes pas aussi dynamique, écoutez ce que votre corps vous dit et consultez votre médecin. Si vos niveaux thyroïdiens n’ont jamais été contrôlés, c’est l’occasion pour faire un petit bilan.

Dormir, boosteur de fertilité !

Saviez-vous que la quantité de sommeil que vous recevez chaque nuit peut affecter vos chances de concevoir? La qualité de votre sommeil a un impact sur votre santé, votre humeur, vos hormones et votre fertilité. Les femmes devraient dormir au moins 8 heures par nuit pour augmenter leurs chances de devenir enceinte. Le sommeil est un peu le bouton « Reset » de l’organisme, c’est la nuit que toutes les cellules se régénèrent et que les organes se filtrent. La leptine est une hormone qui lie le sommeil à la fertilité. Elle n’est sécrétée qu’après un sommeil réparateur et de qualité. La progestérone, l’œstrogène, la LH (hormone lutéinisante) et la FSH (hormone folliculo-stimulante) sont d’autres hormones de fertilité affectées s’il y a une carence de sommeil signifiante.

Si vous travaillez de nuit, vous pourriez avoir beaucoup plus de difficulté à tomber enceinte. Les résultats montrent que les travailleurs de nuit ont des cycles menstruels irréguliers qui peuvent causer des problèmes de conception. Et oui, il n’y a pas que les bébés qui doivent faire leurs nuits !

Nos corps sont dirigés par une horloge interne appelée le rythme circadien. Des schémas réguliers de lumière et de noir aident à maintenir le rythme circadien normal. Ainsi si vous travaillez de nuit, votre rythme circadien est totalement chamboulé, ce qui a le même effet que lors d’un jet lag, mais sur le long terme. Or, il faut savoir que c’est ce même rythme circadien qui contrôle la production de l’hormone du sommeil mélatonine et du cortisol (une hormone du stress). Comme vu au début de l’article, une trop grosse production de cortisol affaiblirait la fertilité. CQFD.

conception-fatigue-sommeil-ava-mumtobepartycrédit photo : pinterest

La déprime vous guette ?

Lorsque l’on est harassé par le stress et la fatigue, les petits « coups de mou » peuvent vite se transformer en « coup de blues », puis « déprime » et enfin « dépression ». Et là aussi ce ne sont pas des facteurs très compatibles avec la fertilité.

Lorsque les gens souffrent de stress chronique, leurs habitudes de sommeil sont affectées. Des sentiments d’anxiété et de dépression peuvent survenir. C’est le serpent qui se mord la queue ! Des études montrent que les taux de succès de la fécondation in vitro (FIV) sont plus faibles chez les patients atteints de fécondité diagnostiqués d’une anxiété et dépression.

Une autre source de mal-être : la dépression affective saisonnière (TAS). Il s’agit d’une forme de dépression déclenchée par une réduction saisonnière de la lumière du soleil dans certaines régions du globe. Pour certaines personnes, ce manque de lumière solaire qui se produit souvent en hiver peut affecter les humeurs et les habitudes de sommeil. Pour contrer le TAS, de nombreux médecins du sommeil recommandent une exposition quotidienne au soleil. Les médecins du sommeil affirment qu’une heure de soleil par jour, même reçue par petits segments chaque jour, peut aider à réguler les rythmes circadiens du corps pour une bonne nuit de sommeil.

Une lumière vive peut également influencer la fertilité. Des études ont montré que la lumière vive corrige les irrégularités menstruelles. La lumière vive peut favoriser l’ovulation, bien que l’utilisation thérapeutique de la lumière vive pour restaurer la fertilité soit encore à l’étude. Une structure du cerveau appelée glande pinéale est essentielle pour réguler les équilibres hormonaux dans notre corps en fonction de notre durée d’exposition à la lumière du jour.

L’exposition à la lumière artificielle peut empêcher un bon sommeil. Pour réduire les effets négatifs sur la santé des lumières artificielles dans votre environnement, éteignez le téléviseur et l’ordinateur plusieurs heures avant le coucher et réduisez l’éblouissement de l’équipement électronique dans votre chambre la nuit, y compris votre réveil.

Comment remédier à la fatigue ?

La fatigue n’est pas une fatalité, et il suffit quelque fois de changer de petites habitudes pour ressentir un résultat considérable.

1. Donnez à votre corps le temps de récupérer. Même si ce n’est pas toujours facile de faire des « pauses » dans son quotidien, vous devez absolument ralentir votre rythme. Il en va de votre santé mentale et physique, ce n’est pas une option. En vous offrant un bain une fois par semaine par exemple, ou en vous couchant une heure plus tôt chaque soir, vous reprenez en main la gestion de votre fatigue. Donnez-vous le temps de souffler sans culpabilité.

2. Apprenez à dire « non » ! Le plus dur dans le surmenage est la gestion du temps. Lorsque l’on est sollicitée de partout, et que l’on pense réellement pouvoir tout gérer. La charge mentale s’accumule au point de mener au « burn-out » quelque fois. Stoppez la machine infernale en disant « non », tout simplement. Votre boss vous demande de vérifier des statistiques à 19h ? Prétextez un RDV médical. Votre meilleure amie vous tient la jambe pendant 3h au tel pour un chagrin amoureux ? Réduisez à 30 minutes et inventez une excuse pour vous échapper. Bref, pensez à vous, et votre couple. En respectant vos propres besoins, vous regagnerez une connexion avec votre propre corps.

3. Dormez bien. Commencez une routine relaxante au coucher. Prenez un bain chaud et prenez une collation légère une heure ou deux avant le coucher. Diminuez les lumières et gardez votre chambre à environ 20 degrés maximum. Soyez cohérent également dans votre routine de sommeil. Allez au lit et réveillez-vous à la même heure chaque jour.

4. Mangez bien. L’alimentation joue aussi un rôle important pour votre tonus. Ainsi privilégiez les aliments verts comme le brocoli qui comporte une bonne dose de vitamine C, et est un excellent tonique. L’avocat grâce à ses matières grasses de qualités, protéines et vitamines est un bon allié également. Les graines de chia le matin sont de vrais boosteur. Tandis que les noix, le chocolat ou le lait chaud ont des vertus plutôt relaxantes en fin de journée, propices à un bon sommeil.

Le bracelet AVA pour réguler votre sommeil

Porté la nuit quotidiennement, le bracelet AVA est un trackeur de fertilité à travers le recueil de données liées à neuf paramètres physiologiques. En plus de déterminer la température ou votre pouls au repos par exemple, il relève votre niveau de stress physiologique et la qualité de votre sommeil.

  • Le stress physiologique est indiqué par la variabilité de la fréquence cardiaque. Ainsi vous pouvez juger par vous-même l’effet d’un mauvais sommeil ou de carences alimentaires sur votre santé physique. Cette conscience vous permettra de réajuster par vous-même ces variables.
  • Le sommeil : même si vous dormez en quantité suffisante, la qualité n’est peut-être pas au rendez-vous ce qui expliquerait aussi votre fatigue. Le bracelet AVA relève avec précision les phases de sommeil léger et profond + paradoxal. Sachant qu’un mauvais rythme a souvent une incidence sur un retard d’ovulation.

conception-fatigue-stress-ava-mumtobeparty     crédit photo : avawomen

Grâce à son application, le bracelet connecté AVA vous aide également à identifier chaque mois votre période de fertilité pour optimiser vos chances de conception. Un allié de taille, sans contrainte, ni prise de rendez-vous médicaux, qui a permis à des centaines de femmes de réaliser leur vœux le plus cher : être maman !

Retrouvez l’avis de nos lectrices après test du bracelet AVA
et bénéficiez avec le code MTBP25 de 25€ de réduction sur l’achat du bracelet 

Et vous, avez-vous déjà ressenti l’impact de la fatigue dans votre cycle ? Quelles sont vos méthodes pour limiter le stress ? Ont-elles été gagnantes dans votre projet de conception ? Dites-nous tout !

Article-partenaire