Depuis que vous êtes devenu parents, la cuisine n’est plus un lieu de passage mais un véritable lieu de vie. Elle est même le nouveau salon où « chiller » en famille ou entre amis. Alors, si vous devez repenser votre cuisine pour qu’elle soit à la fois tendance et parfaitement sécurisée pour votre bébé, voici les 5 points à retenir, confirmés par une experte en prévention des accidents domestiques.

 Leçon 1 : prendre de la hauteur
  • Finies les gazinières à même le sol avec les portes de four à portée de main des tout-petits. Même si aujourd’hui les fours possèdent une protection thermique, vous n’êtes jamais à l’abri d’une brûlure impromptue au moment d’ouvrir votre four et votre bébé qui se faufile derrière vous. Attention à la vapeur qui est tout aussi dangereuse à hauteur de bébé ! I
  • Pour ce qui est des plaques de cuisson, prévoyez la modernité avec des revêtements qui refroidissent rapidement ou qui s’enclenchent qu’au contact d’un matériel de cuisson. Et si possible, avec des boutons d’allumage sur le côté plutôt que devant, moins accessibles pour un enfant de bas âge.
  • Privilégiez au maximum les éléments électroménagers encastrables et en hauteur, à plusieurs centimètres du sol. De plus en plus d’ensembles de cuisine prévoient même un emplacement en enfilade verticale pour le grill/four à micro-ondes, et un four à hauteur des yeux. De la même façon en surélevant de quelques centimètres votre lave-vaisselle, vous éviterez que votre bébé ne trébuche pile au niveau des pointes de couteau (orientez tous les couverts vers le bas par précaution).

La bonne idée déco : en concentrant vos éléments vers le haut, jusqu’à ras du plafond vous gagnerez aussi en espace et vous éviterez de vous « tasser » vers le bas. Certains éléments peuvent être fixés à même le mur sans toucher les sols, comme s’ils étaient en apesanteur. Encore plus pratique pour le ménage, à la fois design et fonctionnel !

sollybaby

 Crédit photo : @sollybabywrap
Leçon 2 : miser sur l’épuré

Parce que votre cuisine est sûrement l’une des pièces qui va concentrer le plus d’énergie, il est important que vous y voyez clair dans un endroit plutôt épuré. Sans tomber dans l’excès du « total white « (quoique très tendance), essayez tout de même de laisser un minimum d’outils et d’ustensiles à l’extérieur.

  • Les robots, cuiseurs, mixeurs, et autres petits électroménagers seront idéalement rangés dans leur emplacement pour éviter les mauvaises chutes sur la tête de votre bébé qui passe par là. Un fil électrique qui traîne, votre enfant qui tire dessus et voilà comment le grille-pain peut tomber malencontreusement…
  • Même si vous adoriez votre petite desserte bien pratique ou encore vos étagères ouvertes qui vous donnaient accès en un clin d’œil à toute votre vaisselle, il serait préférable de miser sur des portes fermées. Le système de fermeture a aussi son importance. Votre enfant aura tendance à vouloir ouvrir les meubles par le bas. N’hésitez pas alors à les équiper d’un système de fermeture type « butak » qui nécessite de synchroniser deux mouvements, donc difficilement faisable pour un enfant de moins de trois ans.
  • Les tiroirs à l’anglaise sont aussi une bonne astuce puisque derrière les portes se trouvent les tiroirs qui sont accessibles que dans un second temps. Et c’est aussi très pratique, car ces tiroirs peuvent contenir beaucoup de rangements, donc parfait pour les petits espaces.
  • Enfin, les ouvertures par « push » en haut à droite des meubles sont aussi intéressants surtout si vos portes sont hautes : le bébé à quatre pattes n’a pas accès au poussoir du haut et il lui faudra un peu de temps avant de comprendre ce système d’ouverture.
  • On continue le jeu du cache-cache en privilégiant la multiprise qui s’encastre dans le meuble une fois qu’elle n’est plus utilisée. Les couverts en hauteur doivent aussi être cachés : évitez les grands couteaux de cuisine aimantés sur une crédence, particulièrement attrayants pour l’enfant, qui n’hésitera pas à monter sur un tabouret pour y avoir accès.

La bonne idée déco : une cuisine épurée ne veut pas dire tristounette ! Si vous misez un maximum sur le rangement, vous pouvez en revanche vous lâcher côté déco en jouant des couleurs pop ou acidulées sur les murs comme c’est la tendance en ce moment. L’idée étant de rendre la cuisine attrayante et conviviale tout en étant sécurisée au maximum. Vos plus grands enfants peuvent ainsi prendre part à la fête en apposant eux-mêmes une rangée de stickers, par exemple !

Leçon 3 : devenir écolo

Votre déco peut être fonctionnelle et éducative, puisque tout ce qui touche à la cuisine et donc à l’alimentation est un parfait apprentissage, dès le plus jeune âge.

  • Ainsi, débarrassez vos placards des emballages qui peuvent s’ouvrir facilement. Un sachet de pâtes renversé au sol et votre bébé qui s’amuse à les mettre dans sa bouche… Idem pour la farine en beaucoup plus rigolo.  Alors, usez et abusez des bocaux qui font la part belle à la déco « en vrac » et qui permettent en plus d’optimiser vos espaces de rangement et de stockage. Préférez une étagère en hauteur où retrouver toutes ces denrées alimentaires qui seront parfaitement à l’abri et qui, en prime, ajoutent une petite touche « éco-friendly » : épices, sucre, café ou chocolat en poudre, herbes…
  • Côté poubelle, les compartiments de recyclages et de composts sous le levier remplacent les produits ménagers (qui seront mis en hauteur). Mieux vaut plusieurs poubelles rangées et cachées, qu’une benne accessible aux petites mains des petits.

La bonne idée déco : le végétal reprend ses droits dans nos intérieurs, c’est le moment pour faire pousser vos propres plantes aromatiques et en profiter pour faire découvrir ces saveurs aux papilles de vos petites têtes blondes ou brunes. Ce faisant, ils comprennent le cercle de la nature : comment une feuille de basilic qui a poussé il y a quelques jours, se cueille, se lave, se respire, et s’accommode parfaitement à la purée de pomme de terre ! En prime, vous avez une cuisine qui respire bon le vert, et c’est joli !

mateeriel-support-de-cuisine-casto-final-min

Leçon 4 : se mettre à échelle d’enfants

Vous vous rappelez du film « Chérie, j’ai rétréci les gosses ? ». Bon et bien imaginez votre cuisine à l’échelle des yeux d’un enfant. Faites le test en vous mettant à même le sol et constatez les dangers et tentations qui s’offrent à vous. Si vous avez décidé de ne pas interdire l’accès de la cuisine à vos enfants (certains peuvent préférer installer une barrière), alors autant leur faire une petite place pour qu’il puisse se mouvoir sans être dans « vos pattes » et représenter de potentiels dangers.

La méthode Montessori, très en vogue dans les systèmes éducatifs parentaux, préconise d’aménager un coin enfant avec des objets à leur échelle. Ainsi, il serait plus dangereux de vouloir apposer un siège à fixer à votre chaise-haute de bar, tandis qu’une petite chaise et sa petite table dans un coin réservé serait beaucoup plus sécurisant et pédagogique. Ils veulent faire comme vous ? Alors prévoyez de la petite vaisselle incassable pour qu’ils jouent à la cuisine : un peu de mie de pain dans un saladier, une cuillère en bois et vous serez tranquille pendant de longues minutes ! Vous faites sauter des carottes, et pourquoi ne pas leur passer les épluchures pour qu’ils s’amusent un peu avec ?

L’idée est de faire de la cuisine un espace de partage et de vie, et non un lieu anxiogène où vous criez au danger au moindre pas.

chrissyjpowers

 Crédit photo : @chrissyjpowers
 Leçon 5 : soigner les sols

Vous avez pensé à vos meubles, rangements, décos… mais vos sols ont aussi une importance primordiale. Un sol glissant peut être la cause de nombreuses chutes, notamment pour les plus petits et leurs têtes, si fragiles. Si les sols en lino sont un peu passés de mode pour vous, n’hésitez pas à choisir vos carrelages avec des propriétés antidérapantes. Les sols vinyles sont aussi une parfaite option, d’autant plus que leur finition trompe-l’œil garantissent un rendu réel tout en étant sécurisé : ainsi vous pouvez imaginer un vinyle à effet carrelage, marbre, ou encore carreau de ciment, sans en avoir les désagréments. Et en plus c’est beaucoup plus rapide à poser qu’un revêtement naturel !

Toujours pour plus de sécurité aux sols, limitez les obstacles comme les tapis sur lesquels vos petits bouts peuvent déraper. Et lors de l’apprentissage du quatre pattes, mieux vaut veiller à faire les sols régulièrement, au risque de voir toutes les micro-miettes finir dans la bouche !

Le bon conseil de Noémie Sylberg* 

Les enfants sont de véritables mîmes ; donc plus vous aurez une attitude responsable dans votre cuisine, plus ils adopteront les bons réflexes. Si nous faisons cuire des pâtes sans mettre le manche de la casserole vers l’intérieur, notre aîné le fera à son tour. Et le jour où il se préparera à manger tout seul, en présence de son petit frère ou de sa petite sœur, cela risquerait de causer un accident.

Le guide des premiers secours pour nourrissons et enfantsMontrons le bon exemple ! Parmi les réflexes à avoir : se débarrasser de toutes ces choses que l’on fait machinalement. Comme celle de se préparer un thé tout en portant le bébé dans les bras : les éclaboussures de l’eau chaude peuvent le toucher…. Revoyons notre attitude.

Le mieux est d’apprendre le plus tôt possible à nos enfants les dangers qui existent dans la cuisine. Verbalisons le danger en expliquant que le four peut brûler, qu’un couteau peut couper…

Car au final vous avez beau sécuriser votre cuisine, votre enfant ne sera pas à l’abri et n’aura pas les bons réflexes quand il sera en vacances, ou chez quelqu’un d’autre.

* Fondatrice des ateliers Pipinpon (ateliers d’initiations aux gestes de premiers secours) et auteure de « Le guide des premiers secours pour nourrissons et enfants » aux Editions Marabout.

Article-partenaire

Crédit photo principale : @myndid