Nous l’avons vu lors de nos différents ateliers-conseil sur la nutrition : la question de la prise de poids angoisse bien des futures mamans pendant leur grossesse. Combien vais-je prendre ? Comment mon corps va-t-il réagir au fil de ces neuf mois ? Vous aurez beau vouloir tout contrôler, ce sont des données totalement inconnues que seule dame nature régule. Mais loin d’être une fatalité, vous pouvez tout de même décider de faire de l’alimentation votre alliée et non l’ennemi redouté pendant la grossesse, comme le recommande la méthode de LineCoaching. On vous explique tout sur ce coaching comportemental, alimentaire et sportif personnalisé, mis en place depuis 15 ans par un  psychothérapeute et un nutritionniste,  qui peut vous aider à adopter un comportement alimentaire plus serein et réguler votre poids pendant et après la grossesse.

La balance, cette amie qui ne vous veut pas que du bien…

Si le rapport avec le poids et la nourriture peut être conflictuel avant la grossesse, ce phénomène ne fera que s’empirer pendant ! Pour ma part, je n’ai jamais fait de vrais régimes mais je ne me suis jamais sentie totalement à l’aise avec mon corps. J’avais beau maigrir, je me suis toujours vue rondelette devant un miroir, malgré mon 38 (de chez Zara!). Alors forcément mes grossesses ne m’ont pas aidé à me réconcilier avec mon corps, même si je me trouvais glamour avec mes formes de mama. Bref, tant de sentiments opposés quand je me regardais devant le miroir au fil des mois. Pour mes deux grossesses, j’ai cessé de me peser à partir de six mois. Si au début je maîtrisais un peu les kilos, très vite la balance s’emballait et m’apportait son lot de mauvaises nouvelles un peu plus chaque jour… C’est comme si je ne pouvais plus arrêter cette machine infernale qui, quoi que je fasse, allait m’afficher quelques grammes de plus chaque jour. Heureusement je n’ai jamais eu de gynécologue qui me faisait les gros yeux à l’annonce de mon poids aux consultations, certains auraient pu faire une crise cardiaque lorsque j’ai affiché +30 kg au 9ème mois. C’est vrai que j’étais devenue très grosse et difforme et que je souffrais de ce surpoids soudain. Je n’avais rien fait pour le provoquer mais rien non plus pour le stopper.

Après l’accouchement je me suis sentie très mal avec tous ces kilos et j’étais tiraillée entre ma vie de jeune maman préoccupée et celle de la femme qui ne se reconnaissait plus devant le miroir. Mon rapport à la nourriture ne comportait aucun plaisir, je mangeais par compulsion quand j’avais le temps, sans rien apprécier. L’aliment était devenu un moyen de me nourrir et non plus de plaisir. Sans aucun régime j’ai commencé à perdre mes kilos au bout de neuf mois, mes hanches s’étaient replacées naturellement et je commençais à reconnaître ma silhouette. Puis tout doucement, je me suis réconciliée avec ma balance. Si bien qu’au bout de deux ans, j’avais non seulement perdu tous mes kilos mais j’étais même plus mince qu’avant!

Aujourd’hui, enceinte de sept mois, je compte bien faire les choses différemment. Mais comment? Quelle serait la solution miracle pour arrêter de culpabiliser devant mon assiette sans pour autant succomber à toutes mes gourmandises ? Comment éviter que j’en vienne encore une fois à 30 kilos en plus sur la balance, sans me priver ? Comment perdre tout mon poids de grossesse après l’accouchement, sans attendre deux années, qui m’ont paru une éternité ?

Je ne suis pas fan des régimes et je ne suis pas une grande sportive, et pourtant je tiens à mon jean 38 et même 36 de l’été dernier ! En faisant quelques recherches en ligne, je suis alors tombée sur une méthode tout à fait innovante dans le ton et pleine de bon sens : LineCoaching. Une méthode qui allie plaisir et minceur, en jouant sur l’aspect psychologique… Et si j’étais enfin sur la bonne voie dans mon rapport au poids ?

Stop aux régimes !

On le sait les régimes et leur effet yoyo n’ont rien de bon pour la silhouette et le moral. Et encore plus durant la grossesse, je n’imagine même pas devoir réfléchir à deux fois devant un bon plat de pâtes à la crème et lui préférer une soupe et biscotte ! Déjà que la grossesse est une épreuve psychologique, ça serait la déprime assurée ! D’ailleurs, les médecins ne recommandent pas du tout de régimes durant cette période, sauf en cas de complications comme le diabète gestationnel ou autre.

Alors bien sûr sitôt la grossesse terminée, on n’a plus trop d’excuse pour afficher tout ce surplus pondéral… Et la tentation est si forte de me lancer dans la nouvelle méthode à la mode. Si au début je pourrais être super contente d’avoir perdu 5 kg en un mois, je déchanterais aussitôt lorsque le mois suivant j’afficherais +6kg au compteur. Et hop retour à la case départ !

De toute façon, je n’ai jamais aimé les régimes pour leur côté restrictif que je ne saurais absolument pas tenir. Je sais en gros que si je mange des cochonneries… je grossis. Et si je mange des fruits et légumes en bonne quantité, sans trop de gras et de sucre… je maigris ou du moins je stabilise. Et pourtant il y a un paramètre essentiel que je n’ai jamais pris en compte et qui peut totalement faire la différence, c’est bel et bien l’aspect émotionnel que j’entretiens avec la nourriture. C’est vrai, après tout, pourquoi ma copine d’1m80 mange comme quatre sans jamais prendre un gramme et moi, dès que je mange une bouchée de trop je la retrouve stockée autour de ma taille? Ce n’est pas une simple injustice de la nature. Et si elle prenait plaisir à croquer la vie à pleine dents, pendant que moi je fais de la rétention par frustration? Voilà le questionnement mis en avant dans la méthode LineCoaching qui consiste à réapprendre à manger tout en respectant ses sensations alimentaires et en régulant ses envies émotionnelles. On est loin des régimes classiques faits de frustrations en tout genre : mange pas ci, mange pas ça, ni comme ci, pas comme ça… La notion de plaisir est centrale en faisant appel à des techniques de pleine conscience et de dégustation. Cela vous parait un peu abstrait comme ça ? Reprenons dans le détail avec Gérard Apfeldorfer, psycho-thérapeute et spécialiste du comportement alimentaire, expert chez LineCoaching que nous avons interviewé.

Rencontre avec l’expert qui vous fera déculpabiliser!

Prendre du poids pendant la grossesse, c’est normal ?

Normalement, la mère porte une grossesse et c’est cette grossesse qui grossit. Le poids de la grossesse est constitué par le bébé, l’utérus, le placenta, la poche des eaux, et tout cela en fin de grossesse représente environ une dizaine de kilos. De plus, les tissus de la femme enceinte, sous l’effet de la progestérone, s’infiltrent d’eau, ce qui rend le corps de la femme plus moelleux, plus douillet. Car n’est-elle pas le nid dans lequel niche son bébé ? Prendre moins de poids que ces 10 à 12 kg recommandés signifierait que la femme a maigri pendant que sa grossesse grossissait ! Bien des femmes prennent cependant plus de poids que cela, ce qui signifie qu’elles-mêmes grossissent durant leur grossesse. Est-ce si grave ? Ce serait dommage de gâcher la joie que représente la grossesse par une trop grande rigidité alimentaire. Mais un poids qui augmente trop, qui peut conduire à une prise de poids supérieure à 16 à 20 kg en fin de grossesse, rend la fin de grossesse inconfortable. Cela peut être le cas de femmes qui se préoccupaient beaucoup de leur poids et étaient plus ou moins au régime avant la grossesse, et qui perdent tout contrôle lorsqu’elles sont enceintes.

La prise de poids pendant la grossesse est liée à beaucoup de facteurs (hormonaux, stress, sédentarité, nausées…). Comment limiter la prise de poids qui vient d’éléments difficilement contrôlables?

La plupart du temps, les prises de poids importantes durant la grossesse sont le fait de femmes qui étaient plus ou moins au régime auparavant. C’est donc avant la grossesse, ou bien dans le début de la grossesse, qu’il faut mettre en place une alimentation que l’on appelle intuitive, et qui correspond à une alimentation dirigée par nos systèmes de contrôle psychophysiologiques.

L’alimentation intuitive consiste à manger en respectant ses sensations alimentaires de faim et de rassasiement, et en choisissant ses aliments en fonction de ses appétences. Durant la grossesse, la femme enceinte voit ses capacités olfactives augmenter; ses préférences alimentaires ainsi que ses dégoûts alimentaires sont nettement plus perceptibles qu’à l’habitude. Et justement, ses appétences l’orientent vers les aliments qui contiennent des nutriments nécessaires à la grossesse. Elle peut à certains moments avoir très envie de viande, ou bien de poisson, ou de laitages, ou de produits frais. Ou bien elle peut avoir besoin de consolation, de calmer son anxiété, et elle désire alors plutôt des aliments riches en calories.

L’alimentation intuitive consiste alors à manger ce qu’elle désire, en tenant compte de son appétit et en attendant que la faim revienne pour manger à nouveau. De cette façon, elle ne mange pas plus que nécessaire si on se place à l’échelle de la semaine.

Votre programme repose sur un coaching psychologique. En quoi le psychique et la nourriture rentrent en corrélation?

Effectivement, manger requiert de la psychologie. Bien manger, tout d’abord, cela s’apprend. On apprend à déguster, à écouter sa faim, à tenir compte de son rassasiement. On apprend à manger pour le plaisir et à s’arrêter lorsque ce plaisir se termine. Mais on ne mange pas que pour nourrir le corps. Nous mangeons fréquemment ensemble, en convivialité, et l’acte alimentaire est essentiel aux relations sociales. Nous mangeons aussi en vue de réguler nos émotions et c’est là quelque chose de tout à fait naturel. De ce point de vue, nous faisons appel à des aliments à haute densité énergétique, c’est-à-dire gras et sucrés. Ce sont les seuls qui marchent pour calmer nos émotions pénibles ! Une fois que nous nous sentons réconfortés, normalement, naturellement, nous attendons que la faim revienne pour manger à nouveau, si bien que globalement nous ne mangeons pas de façon excessive.

Sur LineCoaching, nos coaches sont des diététiciennes et des psychologues cliniciennes, qui ont été formées pour aider les gens à retrouver une alimentation satisfaisante. Elles aident à reconstruire un comportement alimentaire de type intuitif, elles aident à ne plus culpabiliser de manger pour calmer ses émotions, elles aident les personnes devenues ultrasensibles à leurs variations émotionnelles à augmenter leur tolérance émotionnelle. Nous employons par exemple pour cela des techniques comme la pleine conscience.

C’est quoi manger  ” en pleine conscience ” ?

Ça consiste à manger de façon attentive à ce qui se passe dans la bouche pendant que l’on mange. On observe alors la texture de la bouchée, les saveurs et les arômes, le plaisir procuré. Pour qu’il y ait du plaisir, il faut avoir faim au départ. Lorsque l’on mange des aliments suffisamment nourrissants, on s’aperçoit que de bouchée en bouchée, le plaisir diminue. Le rassasiement gustatif consiste justement en cette terminaison du plaisir gustatif : pourquoi manger encore alors que ce n’est plus vraiment bon en bouche ? Manger en pleine conscience plutôt que mécaniquement conduit donc souvent à se satisfaire de moindres quantités alimentaires.

En quoi votre méthode diffère des autres méthodes de rééquilibrages alimentaires sur le net ?

Les autres méthodes dites de « rééquilibrage alimentaire » présentent sur le net sont des régimes qui parfois ne disent par leur nom. Il s’agit de contrôler son alimentation, de compter les calories, de suivre des diètes supprimant certains aliments de son alimentation, ou encore de payer très cher pour des plats « allégés ». En général, ces méthodes vont conduire dans un premier temps à une perte de poids, mais qui va être repris dans 95% des cas car les restrictions engendrent de la frustration et sont difficiles à tenir sur le long terme.

Au lieu de chercher à modifier radicalement votre répertoire et vos habitudes  alimentaires, nous allons réduire progressivement les prises alimentaires excessives sans privation.

Dès le départ, le programme de LineCoaching permet de déterminer gratuitement votre Profil de Comportement Alimentaire (PCA®)  et propose en fonction de ce Profil des exercices de réapprentissage alimentaire, pour arriver à manger mieux et moins tout en ne sacrifiant pas le plaisir alimentaire.

Si vous êtes sujette aux grignotages et compulsions, qui arrivent fréquemment lors d’une grossesse ou après l’accouchement, le programme va vous donner des méthodes efficaces  pour faire face et ne pas abuser de la nourriture, en utilisant des audios de pleine conscience, des exercices de dégustation.

Pour les mamans sur-occupées qui n’arrivent pas à trouver le temps de se remettre en forme, le programme fait une évaluation de votre forme et vous concocte un parcours sportif sur mesure, organisé en vidéos pour  gainer vos abdos, muscler vos fessiers, étirer vos muscles et retrouver vos formes d’avant la grossesse progressivement. Le programme met l’accent sur la régularité de l’effort et aménage des séances courtes d’une vingtaine de minutes par jour, à suivre pendant la sieste de bébé par exemple.

Des coachs diététiciennes ou psychologues vous suivent personnellement par mail et téléphone, et vous aident à retrouver une alimentation régulée. Elles vous aideront également à retrouver une relation plus harmonieuse à votre corps, par des exercices comme le body-scan. Enfin, les experts et les coachs organisent des chats et groupes thématiques, pour permettre de se retrouver autour de thème pratiques « comment gérer ses fins de journée », « que faire quand je craque sur la nourriture »… et pour répondre à toutes vos questions.

A partir de quand une femme qui vient d’accoucher peut reprendre les choses en main ?

La première année de l’enfant requiert une mère très disponible. Il faut nourrir l’enfant, selon les mamans l’allaiter, s’en occuper le jour et la nuit. C’est dire si c’est une période fatigante pour la mère ! Pendant l’allaitement, la mère doit fabriquer du lait et ce lait est très riche en graisses et en sucres. Il est donc naturel que sous l’effet de l’hormone prolactine, la mère ait davantage faim et soit attirée par les aliments gras et sucrés. Pour la mère, la première année est donc bien plus consacrée à son enfant qu’à soi-même, ce qui ne veut pas dire qu’elle doit s’oublier et ne pas veiller à son bien-être.

Au bout d’un an, ou un peu avant si la mère n’allaite pas, les choses commencent à se calmer, et la mère peut recommencer à s’intéresser davantage à elle-même. Elle peut se remettre à faire de l’exercice de façon progressive pour tonifier à nouveau son corps. Sur le plan alimentaire, quoi de mieux que de poursuivre une alimentation intuitive en continuant à s’intéresser à ses sensations alimentaires de faim et de rassasiement ainsi qu’à ses appétits spécifiques ?

Pour plus d’informations sur la perte de poids après grossesse, n’hésitez pas à consulter le blog de LineCoaching.

Mais comment se mijoter des plats équilibrés quand on a à peine le temps de dormir entre deux biberons ?

Un des problèmes qui guette les jeunes mamans est le perfectionnisme alimentaire. Cela consiste à vouloir concocter pour soi-même et pour son nourrisson des repas parfaitement équilibrés, bio, mitonnés par soi-même et en excluant tout produit issu de l’industrie agroalimentaire. Une jeune mère a déjà tant de chose à faire ! Pourquoi se compliquer ainsi la vie ? Pourquoi ne pas faire preuve de plus de souplesse dans ses choix alimentaires et dans ses modes préparatoires ? Le mieux est l’ennemi du bien. Je ne conseille donc pas de repas planifiés trop à l’avance mais plutôt de suivre l’inspiration du moment, de ne pas hésiter à utiliser les aliments surgelés.

TOP 5 des bonnes résolutions alimentaires d’une jeune maman pour perdre du poids selon LineCoaching

 1. Je mange si j’ai faim, je ne mange pas si je n’ai pas faim

2. Je choisis ce que je mange en fonction de mes préférences du moment, dans la mesure du possible

3. Je déguste attentivement ce que je mange, chaque fois que c’est possible. Manger est un plaisir de la vie, je ne l’oublie pas quand je mange

4. Je m’arrête lorsque je suis rassasiée (même s’il en reste)

5. Je mange parfois sans faim, pour me réconforter, ce dont j’ai vraiment envie à ce moment-là, puis lorsque mes émotions sont calmées, j’attends le retour de la faim pour manger à nouveau.

En résumé…

Le fait d’être en paix avec son alimentation, c’est-à-dire de ne rien s’interdire de manger en fonction de ses sensations alimentaires et de ses appétences, et aussi le fait de reprendre une activité physique, vont faire que le poids se régule naturellement de lui-même, lentement mais sûrement. Voilà une bonne nouvelle pour débuter l’année avec le sourire !

Pour ma part, cette méthode me paraît en accord avec les désirs d’une future maman et le mode de vie d’une jeune maman. Et puis le suivi interactif me semble simple et être la clé de succès de ce programme pour ne pas craquer et rester motivée…et comprise ! Les prix attractifs (à partir de 70€ pour trois mois de programme sur-mesure) me semblent plus que raisonnables pour me réconcilier avec moi-même et devenir une happy (future) maman!

Et vous, les Mums, quel rapport entretenez-vous avec votre corps et vos kilos pendant votre grossesse? 

Crédit photo : Othercloudsphotography