Chère future maman, vous trouvez ces jours-ci votre bien-aimé un peu ronchon, il vous regarde même parfois bizarrement, a tendance à être un peu maladroit, il tourne en rond, parle puis se ravise… on dirait qu’il a peur… de dire une bêtise !

Deux possibilités : soit vous êtes devenue un tantinet pénible (ce qui est possible) et surtout vous prenez la mouche dès qu’il ose parler de vos rondeurs ou qu’il vous propose de vous reposer (rho, vous n’êtes pas handicapée non plus !)
Soit, il … ne sait pas comment vous aider ni où se trouve sa place (et donc, encore moins, comment la prendre)
Aidez-le. On n’est jamais mieux servi que par soi-même (ou par quelqu’un qu’on guide de près)

Aidons nos hommes à nous aider

Un homme normalement constitué, ça existe. Arf pardon, je m’égare, un homme normalement constitué, amoureux de sa femme, souhaitera naturellement l’accompagner le mieux possible dans sa grossesse (celle de sa femme, mais sachez que certains hommes font aussi des couvades… avec les symptômes de grossesse, notamment la prise de poids… BREF)

Par contre, un homme normalement constitué … est rarement force de proposition dans le domaine du bien-être, sans parler de son niveau de compétence en matière de problème féminin. Alors, le psychologique, j’vais vous dire : c’est pas gagné !
Et si, tout simplement, on lui tendait quelques perches à notre chéri ? Bien longues les perches pour certains… RE BREF

Vous avez envie d’un petit massage dans le dos : demandez-lui ! Vous ne vous sentez pas trop bien : dites-lui ! Comme je le conseille souvent, l’idée est d’apprendre à déléguer, d’apprendre à demander de l’aide, afin de ne pas tout garder pour soi, au risque, quelque temps plus tard de sombrer dans un burn-out, dépression ou autre joyeuseté du genre. Le futur papa est un élément important de la grossesse. La nouvelle génération de père s’intéresse de plus en plus à l’éducation de leurs enfants, profitons-en pour les mettre dans le bain alors que bébé n’est pas encore là !

Le partage, l’écoute, l’échange

Profitez de ces quelques mois, en tête à tête, pour mettre en place de bonnes bases. Cela vous aidera, aussi beaucoup, pour APRÈS. Discutez, imaginez la vie avec bébé, confrontez vos idées, vos envies. C’est maintenant que vous avez le temps. Ensuite, il ne sera pas trop tard, mais le contexte sera différent et ne facilitera pas la tâche. Je pense notamment à la fatigue. Ficheuse d’embrouille numéro 1. Croyez-moi.

La première grande décision concernant bébé, à prendre à deux sera celle du prénom ! Pour certains couples cela va très vite, pour d’autres… on fait des listes, on compare, on croise les doigts et on finit par se mettre d’accord, parfois à la dernière seconde !

La présence physique du futur papa

Pendant les 9 mois de la grossesse, la présence du papa peut être plus ou moins forte. Il devient indispensable si vous êtes alités par exemple, sinon, le quotidien reste plus ou moins le même. Prenez tout de même du temps pour être ensemble, à deux, très régulièrement. Accordez-vous des pauses bien-être à deux.
Massages, câlins, simple bisou sur votre ventre rebondi, votre homme doit pouvoir continuer à vous toucher, vous cajoler. Si cela coince de son côté, discutez-en, dites-lui que vous avez besoin de sa présence, de ses gestes.

Une fois que bébé commence à bien bouger, le futur papa ne résiste guère à l’envie de poser ses mains dessus pour « sentir » lui aussi ! Ici, mon chéri avait l’air très surpris et un peu apeuré quand il a vu pour la première fois des bosses se former sur mon ventre ! Il m’a demandé si cela ne me faisait pas mal… Non, par contre les coups de pieds de ton fils dans ma vessie me donnent envie d’aller aux toilettes mon amour…

N’oubliez pas, chère future maman, que vous êtes la seule à ressentir votre bébé. Avec ses inconvénients, mais… avec ses avantages aussi. Et le papa peut parfois être un peu jaloux. D’où sa difficulté à trouver sa place dans cette grossesse. Encouragez-le à toucher, décrivez-lui les sensations, il participera ainsi davantage !

Des séances d’haptonomie, science du toucher affectif et sécurisant, peuvent aussi être un excellent moyen d’aller ensemble à la découverte de son futur bébé. L’haptonomie va en effet créer un lien fort entre les futurs parents et le bébé in utéro, mais aussi va permettre de rapprocher le couple sur leur projet commun et faire participer énormément le papa.

Des ateliers spéciaux pour futurs papas existent aussi ! A Paris, chez Uma où vous serez divinement accueilli (j’ai testé un massage pour moi là-bas). Proposez lui de l’y inscrire, accompagnez-le, cela vous fera le plus grand bien.

La présence émotionnelle du futur papa

On dit souvent en rigolant que le futur papa souffre des maux de sa femme pendant la grossesse, il doit supporter ses humeurs, ses caprices. Il se sent délaissé, incompris, n’aime pas être considéré comme un punching-ball. Certes. Cependant, on tient là, un des rôles émotionnels majeurs du futur père. La future maman a besoin de lui pour, justement, se laisser aller à quelques envies surprenantes. Elle sait qu’elle peut compter sur lui, il est indispensable !

Les hormones nous jouent des tours à nous les femmes, mais les hommes aussi peuvent être touchés autant que nous. La preuve lors des échographies de contrôle !! Leur première rencontre avec bébé qu’ils n’ont pas encore pu sentir bouger à travers la paroi du ventre.

Je n’oublierai jamais l’émotion qui m’a submergé la première fois que j’ai vu mon bébé sur l’écran et juste à côté, mon homme ému et littéralement gaga en regardant lui aussi notre fœtus. Quel bien fou pour une femme de se rendre compte que son amour, celui avec qui, elle a voulu concevoir cet enfant, a aussi des émotions, a aussi une boule au ventre en attendant le verdict du docteur sur l’état de santé, a aussi ses frissons. La maman se sent en quelque sorte rassurée, je pense, de pouvoir partager aussi ses sentiments nouveaux et parfois … effrayants !

De bonnes lectures

Alors, que peut-on glisser comme lecture à nos futurs papas poules/gâteaux ?

Et puis, mettez-leur quelques blogs sympa de collègues en favoris :

Ils verront ainsi, que la paternité, ça peut être drôle aussi :)