Au début il y avait les pleurs, les cris, les hurlements, pile au moment de faire dodo. Normal me diriez vous…Et pourtant ce n’était pas une fatalité. Car ensuite, il y a eu l’emmaillotage, et là, ma vie a changé du jour au lendemain. Explications.

L’emmaillotage, pour les barbares d’un autre siècle ?

Dans mon esprit, l’emmaillotage était réservé aux tribus Inuits qui momifient leurs bébés pour les protéger du froid. Une méthode exotique mais que je me voyais mal appliquer dans un pays occidental qui a vécu sa révolution industrielle, et avec, ça une ribambelle de produits de puériculture tous plus sophistiqués (et inutiles ?) les uns que les autres. Si on m’avait parlé d’emmaillotage avant ma grossesse, j’aurais probablement dit : « mais c’est barbare, il faut laisser le bébé libre de ses mouvements, c’est n’importe quoi ! Et mauvais pour sa croissance ». En référence à ses émissions que j’avais vues, où on emmaillote en Asie les pieds des bébés pour qu’ils cessent de grandir (il parait que c’est vulgaire d’avoir des grands pieds !).

Bref, comme beaucoup d’autres grands principes éducatifs, lorsque je me suis retrouvée avec un nourrisson dans les bras, je me suis remise en question, à la recherche de solutions miracles. Dans la culture orientale, l’emmaillotage est légion aussi, et c’est ainsi qu’une amie algérienne m’a initiée à cet art. J’avais un peu d’appréhension au début, alors j’ai fait quelques recherches et c’est là où j’ai découvert que cette pratique était, il est vrai, ancestrale mais qu’elle revenait de mode surtout aux USA. J’ai aussi appris que l’emmaillotage n’était pas voué aux cultures d’ailleurs mais qu’elle était aussi bien pratiquée dans nos campagnes françaises, notamment au Poitou, où on suspendait bébé à un clou ou dans un sac au Pays Basque. Bon alors, je n’étais pas plus maligne que ces gens d’ici ou d’ailleurs, essayons…

 Comment « momifier » bébé ?

Je vous avoue que les premières fois, j’ai demandé à mon chéri de s’y coller, ca me faisait mal au cœur de devoir sciemment priver mon bébé de ses faits et gestes sous prétexte que je ne parvenais pas à le consoler. Après un stage de quelques minutes chez la copine, hop il était fin prêt. Nous avons simplement utilisé un drap en coton pour bébé. Il est plus pratique que le tissu ne soit pas trop grand pour ne pas avoir à faire 36 tours. On pose bébé sur le drap en faisant dépasser sa tête. Ses bras tendus le long de son corps, on rabat une extrémité, que l’on cale de l’autre côté du corps, entre les côtes et le deuxième bras, lui aussi tendu le long du corps, puis on rabat la deuxième extrémité et on enroule bébé autour. Bon, c’est assez difficile à expliquer comme ça, mais en vérité c’est super simple une fois qu’on a le coup de main. Le but étant que bébé soit calé dans son drap, qu’il ne puisse plus faire de mouvements, à part ceux de la tête. Au début, il se peut qu’il essaye de se débattre, de gesticuler dans tous les sens, mais très vite, il s’épuisera et ô miracle…il dormira !

Conseil : vous adapterez le tissu en fonction de la saison. S’il fait chaud, vous prendrez un drap en coton. S’il fait froid une petite couverture. Quoiqu’il en soit il faut surtout veiller à ce que bébé ne transpire pas trop et qu’il respire bien. C’est pourquoi il est important de ne pas trop serrer non plus, il ne doit pas être rouge, ou encore pire, bleu ! Si vous ne savez pas trop comment vous y prendre, demandez conseil à une sage-femme à la maternité ou à une tata, grand-mère, amie… ou sur Internet où il y a beaucoup de vidéos. Je suis tombée sur celle-ci, elle est bien faite :

 Les vertus de l’emmaillotage

Je peux vous assurer, parole de maman-au-bord-de-la-crise-de-nerfs, que ma fille a cessé de pleurer instantanément. C’était tellement radical, que je vérifiais sans cesse si elle respirait bien. Non seulement elle respirait parfaitement, mais en plus elle arborait ce petit rictus (vous savez quand les bébés parlent aux anges), elle avait les traits détendus et semblait si apaisée. En fait, l’emmaillotage ramène bébé à l’univers étroit de sa vie intra-utérine, où il avait peu de liberté de mouvements, mais où finalement il faisait si bon vivre. Les sensations d’étroitesse l’apaisent, et lui permettent de regagner sa sérénité. De plus, il faut savoir que la plupart du temps, le sommeil de bébé est perturbé par ses propres mouvements, c’est ce qu’on appelle « les reflexes de Moro », ces gestes brusques qui le réveillent…d’où les hurlements nocturnes soudains. Enfin, dernier bon point en faveur de l’emmaillotage, la compression sur son ventre le soulage aussi des problèmes intestinaux, les fameuses coliques, qui perturbent aussi nos douces nuits.

C’est dangereux ?

Dans les années 80-90, la méthode a été remise en question dans les maternités, en faveur des nids d’ange ou gigoteuses. Ce sont aussi des espaces confinés pour bébé mais ses mouvements ne sont pas entravés. On pensait alors que l’emmaillotage pouvait être néfaste pour la croissance, ou aggraver des problèmes de luxation de la hanche lorsque les mamans glissaient aussi une cale en bois entre les jambes. Mais aujourd’hui les études ont démontré l’innocuité de cette méthode. Il reste le côté affectif : comme tout, bébé va prendre l’habitude de s’endormir avec l’emmaillotage, et il se peut que vous ayez du mal a le sevrer. Alors, soit vous continuez jusqu’à ce qu’il ait assez de force pour retirer de lui-même les liens (environ vers 4 mois), soit vous desserrez progressivement le drap, de telle sorte qu’il s’endorme serré mais se réveille détaché. L’emmaillotage est préconisé exclusivement pour dormir, et non pendant la journée, où bébé doit être libre de ses mouvements pour son développement psychomoteur.

Les produits malins…

Preuve que l’emmaillotage revient de mode, avec tous les produits dérivés pour rendre la chose plus « actuelle ».  Ainsi vous avez la fameuse couverture Miracle de chez Red Castle à 28 €, le cocoon d’emmaillotage bio toute doux de chez Peace & Wool à 45 € ou encore le lange Aden and Anais en mousseline de coton avec un large choix de motifs et de taille sur Elowomum. Des produits tout mimi certes, même si pour ma part, un drap tout simple à 10 € a amplement fait l’affaire. Et je me vantais auprès de mes copines : « Oui, oui, ma fille fait déjà ses nuits ! », sans leur dire que je trichais un peu…

Bon alors les Mums, je vous ai convaincues ? Prêtes à passer de meilleures nuits ?

Crédit photo : mon rouleau de printemps gris perlé Peace & Wool